LOI DU 3 JANVIER 1973 : BOMBE À RETARDEMENT (Jean Goychman) – MINURNE – RÉSISTANCE

LOI DU 3 JANVIER 1973 :
BOMBE À RETARDEMENT
(Jean Goychman)

Share Button

Le 03 janvier 1973, à peine terminée la trêve des confiseurs, une petite loi était subrepticement glissée dans le contenu du Journal Officiel. Anodine en apparence, bien enrobée dans un cocon législatif circonstanciel, le venin était tout entier concentré dans l’article 25 et était ainsi libellé :

« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France. » [1].


Commandez ce livre INDISPENSABLE en cliquant sur ce lien


Une date de parution bien choisie et une rédaction lénifiante

La date de parution au JO ne doit probablement rien au hasard du calendrier. Pas plus que celle du 23 décembre 1913 qui a vu l’adoption du “Federal Reserve Act” par le Congrès américain à l’issue d’une lutte souterraine commencée par la crise de 1906. On devrait toujours se méfier des textes accolés aux fêtes de Noël, surtout lorsqu’ils touchent au porte-feuilles des contribuables. La rédaction de l’article renforce un peu cette idée de rester dans l’ombre protectrice d’un vocabulaire difficilement compréhensible par les non-initiés. Que sont les « effets du Trésor Public » ? Si on avait parlé des « Bons du Trésor », tout le monde aurait compris. Mais les effets ? Dans quel sens fallait-il le prendre ? Et pourquoi écrire « présentateur » ? Parce que si la loi avait été rédigée en langage courant, on aurait pu lire : La Banque de France ne créera plus la monnaie sans intérêt nécessaire à l’État pour qu’il puisse boucler son budget. En d’autres termes, l’État devra dès maintenant s’endetter auprès des marchés privés et acquitter des intérêts sur ces prêts. Les choses ne se seraient peut-être pas aussi bien passées, alors que tout s’est fait dans l’indifférence générale.

Un processus qui s’est internationalisé à l’époque

On prête à Nathan Rothschild la phrase : « Si j’imprime les billets de banque, je me fiche de qui fait les lois ». En tout cas, c’est exactement ce qui s’est passé dans l’occident depuis près de deux siècles. Progressivement, les peuples ont perdu les uns après les autres cet attribut essentiel, voire capital, de la souveraineté, qui est le droit de contrôler l’émission et le cours de leur propre monnaie.

Les premiers qui ont tiré, comme à la bataille de Fontenoy, furent les Anglais. Dès 1694, Guillaume d’Orange, ne pouvant plus forcer le Parlement à augmenter les impôts, demanda à des banquiers allemands et hollandais de lui prêter une certaine quantité d’or pour financer ses dépenses. La condition mise par les banquiers était la création de la Banque d’Angleterre, dont ils seraient et resteraient propriétaires, cette banque possédant le privilège d’émettre la monnaie anglaise. Beaucoup de pays depuis cette date ont suivi le même chemin, souvent poussés par ce que de Gaulle appelait « la finance anglo-saxonne ». Refaire toute l’histoire de la monnaie fiduciaire, c’est à dire une monnaie qui n’a de valeur que la confiance qu’on met en elle et qui peut être créée sans limite dépasserait le cadre de cet article et il existe de nombreux ouvrages sur le sujet.

L’effet paralysant des dettes cumulées

Les premières années, les français ne se sont pas inquiétés. D’autant plus que les déficits budgétaires récurrents n’étaient jamais exprimés en valeur absolue. La coutume est de les traduire en pourcentage du PIB (Produit Intérieur Brut), ce qui minimise leur importance. À titre d’exemple, un déficit de 4% du PIB représente environ 90 milliards d’euros, ce qui fait environ 20% du budget de l’État. Aucune entreprise privée ne pourrait vivre avec un tel déficit d’exploitation…

Au début, tout se passe comme avant. Ce n’est que progressivement que les charges dues à l’endettement commencent à croître. À partir d’un certain seuil, ces charges deviennent tellement importantes qu’elles représentent le principal poste budgétaire et que l’État doit emprunter afin de payer les intérêts. La progression de la dette cumulée devient alors exponentielle [2].

Elle représentait pour notre pays l’équivalent de moins de 50 milliards d’euros en 1973 et atteint aujourd’hui plus de 2.000 milliards d’euros.

Un seul remède : remplacer le public par le privé

La tenaille du libéralisme s’est alors refermée sur les peuples qui avaient perdu le contrôle de leur monnaie. Les dirigeants politiques, nous disait-on, sont trop dépensiers car ils veulent « acheter les suffrages » et leur démagogie soit se trouver limitée en même temps que leur pouvoir. Il faut donc à tout prix réduire le rôle de l’État et faire appel au secteur privé partout où cela est possible. Le principal poste de dépense d’un pays comme le nôtre étant la protection sociale, elle doit être transférée à des compagnies d’assurances privées, forcément mieux gérées [3].

C’est là où intervient l’euro, monnaie unique

Pour établir la monnaie unique dans une zone monétaire très disparate, il fallait trouver des critères de « convergence ». L’idée de la monnaie unique européenne remonte à 1944 lorsque l’armée américaine avait prévu de distribuer une monnaie dite « AMGOT » [4] sur l’ensemble des territoires européens qu’elle allait libérer. Certes, de Gaulle a pu s’y opposer à l’époque, mais l’idée était restée présente dans certains esprits. Il a fallu attendre la mort de de Gaulle pour qu’en 1971 ce projet réapparaisse sous forme d’un « serpent monétaire » qui limitait les fluctuations des monnaies européennes entre elles. Le ver était dans le fruit et la préparation du traité de Maastricht (septembre 1992) allait permettre de préciser les choses. Sont ainsi apparus les fameux « critères de convergence » que les futurs États de la zone euro devraient respecter. Ces critères portaient à la fois sur le montant des dettes souveraines, limitées à 60% du PIB et sur le déficit budgétaire, qui ne devait pas excéder 3% du même PIB. Ne me demandez pas le « pourquoi » de ces valeurs : elles sont purement arbitraires et probablement plus dues à des considérations politiques qu’économiques.

Le recours à l’austérité est mathématique

Loi de 73 d’un côté, confinement des dépenses et des dettes publiques de l’autre : la recette était infaillible.Les coupes sombres apparaissent dans les budgets publics, l’État doit vendre dans un premier temps, les « bijoux de famille » qui sont souvent des grandes entreprises. Bien évidemment, les plus rentables partent en premier et il ne reste que celles les plus difficilement vendables en raison de leurs déficits chroniques. On a donc vu partir les autoroutes, les aéroports, la distribution d’énergie (gaz et carburants) et bien d’autres. Les recettes de l’État ont diminué, et devaient être compensées par les impôts. Il arrive un moment où les impôts deviennent « confiscatoires » et amputent le pouvoir d’achat des contribuables. Il faut alors passer à l’étape d’après.

Haro sur les dépenses sociales

Tout le monde s’accorde à dire que les démocraties sont redistributives, ce qui signifie qu’elles prennent un peu aux plus favorisés pour redonner à ceux qui le sont moins.Cela peut se faire sous plusieurs formes. Directement par la progressivité de l’impôt, ou indirectement par l’attribution d’aides ou d’exonération de charges. Toutefois, il arrive un moment ou les contraintes financières qui pèsent sur l’État sont telles que celui-ci doit doit couper dans les dépenses publiques parce qu’il ne respecte plus les engagements pris dans les Traités. On pourrait aussi envisager de dénoncer purement et simplement les Traités, chose que de Gaulle avait envisagé en disant « Quand un grand pays est couillonné, il fout le camp » avait-il dit à Alain Peyrrefite, ajoutant que « les Traités, ce sont des histoires de juristes et de diplomates » en réponse à une remarque de ce dernier lui faisant remarquer qu’il n’y avait aucune de sortie du Traité de Rome [5]. Mais une telle éventualité est totalement inenvisageable de la part de nos dirigeants politiques qui voient dans la construction d’une Europe Fédérale l’essentiel de leur action.

Il faut donc réduire les dépenses tout en évitant l’explosion sociale. Voie étroite qui s’avère difficile et pleine d’embûches. Certains domaines paraissent un peu moins risqués que d’autres. Après tout, les personnes en fin de vie et dépendantes des soins sont peu propices à se rebeller. Pareil pour les hôpitaux et d’une façon générale le secteur de la santé publique. De même pour les retraités, qui ne produisent plus rien et dont on pense, avec un certain cynisme, que la majorité d’entre eux dépense très peu et doit pouvoir encore survivre avec un peu moins. Sans parler de tous les services publics comme la police, l’armée ou la justice qui voient la paralysie les gagner en raison du manque crucial d’argent.

Le dogme du « politique dépensier »

À quelle nécessité cette fameuse loi est-elle censée répondre ? On touche là au cœur du problème. Il fallait, et c’était l’objectif principal, nous mettre sous la coupe des marchés financiers privés et celle des banques centrales réputées indépendantes. Car c’est tout un système de création monétaire qui se trouve derrière cela. Dès l’instant où la monnaie devient sans référence de valeur comme l’or ou un autre métal précieux, rien n’est plus facile que de l’émettre. Il suffit d’imprimer du papier ou, mieux encore, de créer de la monnaie « scripturale » sous forme d’une simple ligne dans un état de compte. La seule différence entre un État qui créé sa monnaie en fonction de ses besoins et d’une banque qui fait la même chose réside dans les taux d’intérêt. Tout le bénéfice des marchés financiers – c’est à dire des banques qui créent cette monnaie à partir de rien – se trouve là et n’est rendu possible que parce que le contrôle de cette création monétaire se fait par une banque centrale indépendante, ou du moins ne dépendant pas des pouvoirs publics.

On reprochait aux gouvernements d’utiliser la « planche à billets » à tort et à travers, provoquant ainsi une inflation démesurée. Au nom de quoi on a créé un système de Banques Centrales qui font exactement la même chose sans que, du moins pour le moment, personne ne trouve rien à y redire. On remarquera également que la création monétaire complétement débridée telle qu’elle est pratiquée par la BCE ne génère aucune inflation…

Et la démocratie, dans tout cela ?

La démocratie ne peut exister que si les peuples exercent leur souveraineté. LES PRIVER DU CONTRÔLE DE LEUR MONNAIE CONDAMNE NÉCESSAIREMENT CETTE SOUVERAINETÉ. Ou bien les peuples reprendront le contrôle de leur monnaie, ou bien la démocratie disparaîtra au profit d’un totalitarisme exercé par une oligarchie financière qui régira l’économie de la planète.

 

Jean Goychman
01/02/2018

 

[1] http://leplus.nouvelobs.com/contribution/213182-dette-publique-et-loi-rothschild-le-silence-des-medias.html
[2] La fonction exponentielle est celle qui, mathématiquement, croit le plus rapidement. Elle consiste à élever un nombre à une puissance qui augmente à chaque fois.
[3] David Rockefeller disait en 1999 : »Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire » (http://www.medias-presse.info/deces-de-david-rockefeller-lun-des-plus-nuisibles-promoteurs-du-nouvel-ordre-mondial/71308/).
[4] https://www.monde-diplomatique.fr/2003/05/LACROIX_RIZ/10168
[5] « C’était de Gaulle » Alain Peyrefitte (éd. Fayard – Tome 2 – page 267).



 

Share Button
 

10 Commentaires

  1. Ping : PASSE D’ARMES DANS L’ÉMISSION « ZEMMOUR & NAULLEAU » (Jean Goychman) – MINURNE – RÉSISTANCE

  2. Georges Milosavljevic dit :

    Bonsoir.
    Aujourd’hui, en parcourant les actualités internationales, je fus surpris de voir que la dette extérieure de l’Égypte s »élevait a 80 milliards de dollars, même pas les 90 milliards d’euros que paye la France aux institutions privées (banques), et tenez vous bien seulement intérêts de la dette!!!!! Annuellement, la « vraie dette est » de 2.000 et deux cent milliards d’euros.
    Comment est ce possible?
    Savez-vous qu’aucune banque en Syrie n’a déclaré faillite malgré la guerre horrible qu’on leur a importée ?
    Comment ces choses étranges sont possible, d’un point de vue cartésien ?????

     
  3. Qui s’inquiète encore pour tout cela?

    La solution se trouve dans la grande Oumma, dirigée par les nababs de la mondialisation et qui aura l’Islam pour religion. Allah sera renomé Euro ou Dollar, peu importe et Rothschild son prophète. On espère tout de même que l’on simplifiera ou changera ce nom qui est difficile a écrire et sonne comme une mauvaise toux!

    Bibliographie…. https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_de_la_coop%C3%A9ration_islamique

     
  4. Une analyse similaire que j’ai écrite en 2000
    Notre monnaie c’est nos dettes !

    Tout un chacun dit que « les banques travaillent avec notre argent ». Ce genre de propos laisse à penser que les banques prêtent aux autres celui que l’on a déposé à leurs guichets qui aurait une contrepartie en monnaie sonnante et trébuchante. La réalité est très très différente ! En réalité, nous n’utilisons presque plus d’argent « fiduciaire », les billets et les pièces frappés par les États, mais de la monnaies scripturale matérialisée par les chèques et la monétique « frappées » par les banques elles mêmes !

    Selon la Banque de France, l’encours monétaire de la France fin septembre 1998 était de 5.635,3 milliards dont 256,4 en billets et monnaies, ce qui ne représentent que le vingtième de ce que la Banque de France qualifie de monnaie. « La monnaie est composée des moyens de paiement détenus par les agents non financiers et, parmi leurs placements financiers, ceux qui sont susceptibles d’être transformés aisément et rapidement en moyens de règlement sans risque de perte de capital ». (Ce qui exclu les actions et les obligations.)

    Nos dépôts bancaires sont de la « monnaie » que nous n’avons jamais vue et que nous ne verrons jamais car elle est « scripturale » c’est à dire une valeur virtuelle écrite ! Si nous voulions voir et toucher, les banques ne seraient pas à même de satisfaire notre curiosité tant il y a une grande distance entre la quantité de « monnaie fiduciaire » et des « monnaies bancaires » qui n’existent matériellement pas ! Ce système fonctionne sur la « confiance », si les clients demandaient aux banques la réalisation de leurs avoirs en monnaie physique, la banqueroute serait assurée ! Finances et apocalypse !

    Les banques créent la monnaie de façon virtuelle sous forme d’écritures quand elles prêtent l’argent qu’elles n’ont ni sous forme de billets ni en dépôts. Elle est détruite par les remboursements ! Autrement dit, elles approvisionnent les comptes de leurs clients avec des chèques sans provisions !!! La garantie de cette monnaie est la solvabilité de l’emprunteur ! Ainsi les emprunteurs sont à la monnaie scripturale ce que l’or de la banque de France est à la monnaie fiduciaire ! Dans ces conditions, les banques sont riches de la « monnaie » virtuelle qu’elles ont créée que nous leur avons confiée et des intérêts de la « monnaie » qu’elles n’avaient pas, qu’elles nous ont prêtée !

    Pourtant, la MONNAIE est à l’économie ce que le sang est à notre corps. Elle est indispensable pour permettre les échanges des biens et des services produits par le corps social. Il est pour le moins surprenant que les banques facturent des intérêts aux personnes qui sont la caution solidaire de leur banque qui leur a donner un chèque dont ils sont la provision ! Les seuls frais à payer devraient être l’assurance de l’emprunteur pour couvrir ses risques d’insolvabilité et les frais administratif de gestion du prêt. Si des intérêts doivent être perçus, ce devrait être au profit de l’État qui devrait fixer les taux dans le cadre de la régulation de l’activité économique. La création de monnaie devant relever des banques centrales dont c’était la mission première. Or, le traité de Maastricht interdit aux banques centrales de faire « des opérations financières au profit des collectivités publiques », réservant ce droit aux seules banques commerciales !

    Nous sommes dans une situation paradoxale, ce ne sont plus les États qui font « marcher la planche à billets » pour « battre monnaie », ce sont les banques commerciales qui disposent de ce privilège qu’elles facturent au prix fort aux états, aux entreprises et au corps social sous forme d’intérêts !

    Ainsi, l’ensemble de la société doit obligatoirement être endettée pour que nous disposions de cet outil indispensable au fonctionnement de l’économie : Nous payons aux banques une rançon sous forme d’intérêts pour pouvoir fonctionner !

    Dans ces conditions, l’endettement de l’État français (1.000 milliards d’€) conduit à un enrichissement proportionnel des financiers qui disposent ainsi des moyens d’acheter les biens publics que doit vendre l’État pour limiter son endettement et les charges financières qui en découlent ! (40 milliards/€/an d’intérêts !)

     
  5. Non, les dettes souveraines limitées à 60% du PIB et le déficit budgétaire à 3% du PIB ne sont pas fixées arbitrairement. C’est le montant à ne pas dépasser si l’on ne veut pas se retrouver asphyxié financièrement. C’est pourquoi il est vital de faire redescendre la dette mais cela suppose des coupes drastiques, très certainement une augmentation du chômage et des soubresauts : pas simple à réaliser. Je vous confirme aussi un montant, à 20% de déficit une entreprise peut tenir avec les créanciers aux fesses tels que l’URSSAF , le plus gros fossoyeur d’entreprises et les banques qui ne sont pas en reste évidemment. À 25%, l’entreprise est morte, inutile d’insister. En conclusion, si l’on veut sortir de cette crise lancinante et refaire partir durablement la « machine », il faut ramener la dette à 60%. Personne n’est capable de réaliser ce prodige car nos gouvernements successifs (droite et gauche) ne font pas le poids. Ils préfèrent la fuite en avant en empruntant plus que de raison et en vendant les bijoux de famille. Pendant ce temps là, le peuple boit du coca derrière sa télé. Quand la France se réveillera, il sera trop tard. Sinon, votre analyse est juste et vous décrivez parfaitement le processus de délabrement de la société Française. Sans un véritable plan Marshal et une réindustrialisation du pays en rapatriant pour partie les industries délocalisées, et une baisse des prélèvements à 40 % ce qui suppose des licenciements massifs de fonctionnaires, je vois mal la France s’en sortir. Et ce n’est pas l’Europe qui la sauvera…

     
    • Jean Goychman dit :

      Quand je disais « arbitrairement », c’était pour faire court. En fait, à l’époque, on considérait que 3% était une croissance moyenne garantie pour les pays européens. Si le déficit budgétaire est comblé par la croissance, tout va bien. Concernant la dette, 60% du PIB était également une valeur moyenne des années 90 qui permettait de ne pas la faire grossir dans l’hypothése du croissance de 3% La suite a été différente…

       
  6. Tel un corps mort enseveli par les marées…

     
  7. Eurosceptique dit :

    « Refaire toute l’histoire de la monnaie fiduciaire, c’est à dire une monnaie qui n’a de valeur que la confiance qu’on met en elle et qui peut être créée sans limite dépasserait le cadre de cet article et il existe de nombreux ouvrages sur le sujet. »
    Je ne connais pas de bon ouvrage sur le sujet. Pourriez-vous en citer ?

     
    • Jean GOYCHMAN dit :

      Bien volontiers.
      Il y a un petit livre « Manipulations Financières et Ordre Social » (éd. St Rémi) de Denis Fahey, qui explique le mécanisme de la création monétaire. Mais il y en a d’autres, surtout en anglais.
      Vous avez aussi « La Guerre des Monnaies » (éd. Le Retour aux Sources) de Hong Bing Song, traduit en français en 2011.

       

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

3 août 2018

Chers Compatriotes, Le 1er août 2018, Minurne-Résistance a officiellement rejoint le CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE), solennellement créé par Renaud Camus et Karim Ouchik le jeudi 9 novembre 2017 – jour du 47ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle – à Colombey-les-Deux-Églises. Dès la création duLire la suite

 
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO (L’Imprécateur)

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO
(L’Imprécateur)

14 août 2018

Souvenons-nous de COP21 et du triomphe annoncé de la « transition énergétique » qui allait sauver la planète (moyennant tout de même cent milliards d’euros à faire débourser chaque année aux contribuables des pays réputés riches, ceux des pays en développement, comme la Chine, en étant exemptés.) Se croyant assurés d’une manneLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite