LA RÉPUBLIQUE ET LA NATION SONT EN DANGER
(Serge Grass)

(cet article a été publié sur le site Délit d’Images)

La République exemplaire

Selon les médias et nos politiciens, les Français sont des privilégiés. Ils vivent dans une « République exemplaire » administrée de belle façon grâce au « pacte républicain » qu’ont scellé nos grands partis qui défendent « nos valeurs ». Nous bénéficions d’un « État de Droit » garanti par une fonction publique que « le monde entier nous envie ».

La réalité est hélas bien loin de ces rodomontades. Alors que personne au monde n’envie notre fiscalité, tous ces bons apôtres n’hésitent pas à nous spolier en trichant sur les comptes que nous leur confions et en manipulant la démocratie.

Le coup d’état institutionnel

En 2012, le candidat naturel des socialistes était Dominique Strauss Khan. Quelques mois avant les élections il a été éliminé suite à un comportement « inapproprié » avec une femme de chambre, alors que ce comportement n’avait jamais ému personne. Cette élimination a permis à l’oligarchie financière de mettre en avant un ectoplasme. Pour s’assurer de sa servilité un « conseiller », spécialisé en transactions spéculatives lui a été imposé, un certain Macron. Nommé ministre, en plus d’être mis sur orbite présidentielle, il a profité de son pouvoir pour permettre à des amis de s’approprier des fleurons de notre économie.

En 2017, au nom de « l’État de Droit », une campagne de dénigrement a été engagée contre le candidat potentiellement éligible. Afin de justifier des enquêtes, le pouvoir socialiste, ne disposant pas d’arguments politiques valables à l’encontre de François Fillon, a orchestré une campagne calomnieuse dénonçant sur un registre moral des pratiques légales et pratiquées par une majorité d’élus. Cette situation rappelle, de sinistre mémoire, les procès staliniens où les  magistrats et les journalistes étaient des commissaires politiques qui ont fait la grandeur des Républiques socialistes soviétiques, démocraties dites populaires qui n’étaient de fait ni démocratiques ni populaires.

Parallèlement les déclarations de patrimoine de M. Macron, étrangement incomplètes, n’ont pas fait l’objet d’enquêtes de la part de la Haute Autorité pour le Transparence de la Vie Publique dont la mission est de : « s’assurer de la cohérence des éléments déclarés ; rechercher des omissions importantes ou variations inexpliquées du patrimoine » […] « Le Code Pénal punit d’une peine de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 € d’amende le fait d’omettre de déclarer une partie substantielle de son patrimoine ou de fournir une évaluation mensongère de son patrimoine […] Peuvent être prononcées à titre complémentaire de la première de ces peines l’interdiction des droits civiques… »

Malgré plusieurs courriers dûment argumentés, s’appuyant sur des documents officiels, mettant en évidence des « omissions importantes et des variations inexpliquées de patrimoine », la HATVP, le Parquet financier et le Parquet général on refusé de procéder à des enquêtes : http://u3c.free.fr/actions/encours/macron/macron_sommaire.php

Monsieur Macron, qui a déclaré avoir perçu plus de 3.000.000 € de revenus en 2010-2013, faisait état d’une fortune nette de… 65.000 € en 2016 ! Son patrimoine boursier et son appartement ont disparu sans que n’apparaisse le montant des cessions.

Voilà une situation extraordinaire : un candidat est éliminé pour des « péchés véniels » et un autre, pour des « péchés mortels », est adoubé au nom de « l’État de Droit » !

Si la loi était appliquée, compte tenu de l’importance des carences de ses déclarations, Monsieur Macron devrait perdre ses droits civiques et être inéligible !

La Nation

Il est aujourd’hui malvenu de parler de la Nation ; seule la République est citée. Or, la République, comme la Monarchie, est un système politique qui est au service de la Nation. Nation qui figure toujours fièrement sur les frontons de nos édifices publics : La Nation, la Loi. Nos politiciens ne la font subsister qu’au travers des impôts nationaux qui aujourd’hui servent surtout à financer la défense des intérêts de ceux qui veulent la détruire !

Il est utile de rappeler que sans Nation, pas d’État, pas de République, pas de Démocratie, pas de Citoyens, pas de Solidarité, pas d’Électeurs et pas d’élus.

Macron : la stratégie du chaos

Au nom du monde libre, celui du bien, forcément démocratique (!) comme les monarchies du Golfe, Macron permettra aux spéculateurs internationaux de piller l’économie de la France, comme il l’a déjà fait lors de son passage comme ministre.

Pour éviter la rébellion, avec les « élites », il poursuivra la déstructuration de la cohésion du peuple et de la Nation pour créer le chaos en accélérant :

  • L’immigration massive et incontrôlée qui a pour objet de détruire la cohésion du peuple et de la nation de l’intérieur par la création d’une société multiculturelle. Présentée comme tolérante et généreuse cette stratégie pernicieuse et perverse a pour objet de diviser pour régner.
  • Le « laisser faire » de la délinquance qui marginalise les nouveaux arrivants qui ne pourront jamais s’intégrer et moins encore s’assimiler.
  • Le terrorisme psychologique, qui interdit toute velléité de rébellion du peuple si peu souverain, niant l’existence d’une identité nationale qui ne serait que le fait de « beaufs » racistes, esclavagistes, colonisateurs, franchouillards, incultes et picoleurs. (Cette image n’incite pas les nouveaux arrivants à prendre une telle identité. Pourtant la Nation est par excellence l’espace dans lequel s’expriment l’identité et la culture fondées sur une Histoire, bases essentielles du « vivre ensemble »).
  • L’acharnement policier, juridique, fiscal et administratif vis à vis des citoyens laborieux.

La République et la Nation sont en danger

La poursuite de l’endettement public justifiera la nécessité de vendre le patrimoine, y compris stratégique, aux « copains ».

L’Homme est d’une espèce grégaire. Il a un besoin d’appartenir à un groupe qu’il soit religieux, ethnique, tribal ou national. Sans identité, que la nation française n’aura bientôt plus, et sans repères, des jeunes en recherche vont se réfugier dans des extrémismes qui leur donnent une illusion d’être. Cette stratégie du chaos est au service d’une gouvernance mondiale qui ne pourra plus être contrée par des nations et des peuples déstructurés.

Cette stratégie mortifère a déjà été engagée avec les révolutions colorées qui aujourd’hui ensanglantent le Moyen Orient. Elles n’ont pas été spontanées comme nos politiques et nos médias voudraient nous le faire croire. Les musulmans, dont on stimule le fanatisme, sont utilisés pour « faire le boulot », pour reprendre la formule de notre ex ministre des affaires très « étrangères ».

Stop au vol et au viol de la démocratie

La justice et la presse sont en principe des piliers de la démocratie. Ils devraient être les ultimes remparts contre les coups d’état au lieu d’en être les organisateurs. Nous constatons que des juges et des journalistes, enfermés dans leurs certitudes, abusent de leur indépendance pour nous imposer leurs dogmes, oubliant  leurs devoirs de servitude vis à vis de la démocratie.

Il devient urgent de mettre en place des moyens démocratiques pour que le peuple puisse mettre un terme à ces dérives.

  • Les juges, qui décident au nom du Peuple français, doivent pouvoir être jugés par ce Peuple au nom duquel ils décident : dans des conditions qui demandent à être définies, les magistrats pourraient être jugés par un jury populaire.
  • Il faut mettre en place un contrôle citoyen de la presse afin de veiller à l’application de la loi de 1881 sur la presse, notamment la diffusion de fausses nouvelles. Les sondages devront aussi être concernés.
  • Dès qu’une pièce d’un dossier d’instruction « fuite » dans les médias, celui qui la reçoit et la publie doit perdre le bénéficie de la protection de ses sources.

Il nous faut faire respecter les principes de notre Constitution qui précise que la République c’est :

  • Le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple
  • La souveraineté nationale appartient au peuple […] Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. 

Serge Grass
Ancien conseiller régional de Franche-Comté
Président de l’Union Civique des contribuables Citoyens. (U3C)
07/02/2018



 

19 Commentaires

  1. riffcaster a écrit :

    Un excellent billet d’Olivier DAMIEN, Docteur en droit, Commissaire divisionnaire honoraire, dont je partage totalement le contenu.

    « C’est dans un contexte sécuritaire particulièrement délabré que le ministre de l’Intérieur a annoncé, jeudi dernier, le lancement de la nouvelle « police de sécurité du quotidien ». C’est ainsi à une promesse de campagne d’Emmanuel Macron que Gérard Collomb a tenté de donner corps, sans convaincre qui que ce soit, il faut bien le reconnaître. D’abord parce que les problèmes de fond demeurent. En effet, à aucun moment de sa présentation le ministre de l’Intérieur n’a clairement désigné ceux qui, aujourd’hui, constituent un danger omniprésent pour notre sécurité. Il aurait pu rappeler la grave menace terroriste qui pèse toujours sur notre pays avec le retour programmé de nombreux djihadistes, dont manifestement nos gouvernants ne savent que faire. Il aurait pu évoquer, ensuite, les désordres, voire l’anarchie totale, qui règnent dans bon nombre de nos quartiers, actuellement livrés aux gangs et aux trafics en tous genres, et au sein desquels nos policiers ne peuvent plus pénétrer sans courir le risque d’être violemment agressés. Il aurait pu également souligner les nombreuses villes qui voient proliférer les règlements de comptes à coups d’armes automatiques, sans qu’il soit possible d’y mettre un terme définitif, faute de réelle volonté de s’attaquer aux racines du mal.

    « Non, notre ministre a préféré – et l’on devine pourquoi – rester dans les généralités. Il a donc parlé de forces de l’ordre plus nombreuses sur le terrain. Mais où ira-t-il les chercher, alors que l’on sait que le manque d’effectifs est tel que de nombreuses missions de base ne sont plus réalisées ? Il a repris la vieille revendication des tâches indues qui entravent l’action de nos policiers et de nos gendarmes au quotidien. Mais sans donner la moindre piste de solution. Il a évoqué une collaboration plus étroite entre les policiers, les gendarmes et la Justice, oubliant cependant de définir les nouveaux contours de ces relations transformées, tout en renvoyant à une loi future. Il a, enfin, prôné la mise en œuvre de méthodes de travail rénovées, ainsi qu’un nouvel état d’esprit dans la réalisation des missions de sécurité publique. En un mot, un discours complètement hors-sol, déconnecté des réalités et digne de ceux que la gauche nous sert depuis des décennies sans apporter la moindre solution crédible au mal qui ronge notre société.

    « Cette nouvelle police de sécurité du quotidien, qui doit démarrer dans trente quartiers prioritaires, s’annonce à l’évidence comme une nouvelle grande et vaste fumisterie. Alors qu’il y a quelques mois seulement, nos policiers étaient dans la rue pour demander de meilleures conditions de travail et la mise en place d’une politique de sécurité digne de ce nom. Alors que les agents de l’administration pénitentiaire étaient, eux aussi, dans la rue, il y a à peine quelques semaines, pour attirer l’attention du gouvernement sur le délabrement de nos prisons et les dangers liés à la radicalisation de certains détenus, le gouvernement Macron nous ressort des recettes éculées qui ont déjà fait la preuve de leur inadaptation et de leur inefficacité.

    « Il n’y a donc rien à attendre de ce gouvernement en matière de sécurité intérieure. Le vide sidéral, en la matière, du programme présidentiel d’Emmanuel Macron nous l’avait laissé supposer. Nous en avons, désormais, la certitude. Les grandes réformes indispensables, celles qui auraient pu permettre à notre système sécuritaire de s’adapter aux nouveaux enjeux, devront encore attendre. Il ne reste plus à espérer que cette incurie de ceux qui, délibérément, exposent les Français aux plus graves dangers ne conduira pas notre pays vers un chaos qui, de jour en jour, s’annonce comme inéluctable. »

     
    • Claude Roland a écrit :

      Une chose apparaît claire dans cet exposé de Me Damien : le gouvernement (et les précédents), organisent la subversion de la France par leur inertie, leur incompétence (que je pense volontaire) et leur laisser-faire, car finalement, leurs mesures et décisions reviennent à ça sur le fond. Donc, il faut que les Français sachent bien que se mettent en place les troupes qui vont leur régler leur compte et prendre leurs biens, comme au temps des razzias et pillage au moyen-âge. Et ce n’est pas du jour au lendemain que l’on acquière les réflexes, le savoir-faire de défense armée et la condition physique pour survivre.
      Pas de souci pour nos gouvernants qui ont les moyens d’être mis très rapidement à l’abri en attendant de voir passer le typhon en bons spectateurs cyniques.

       
  2. lepatriote111 a écrit :

    Ben , c’est sûr avec les couilles molles et suceurs de babouches qui nous gouvernent , les fameux clandés allogènes et autres racailles ne risquent rien . Tous ces politichiens bafouent allègrement le droit à l’auto-détermination du peuple Français, plus en clin à faire la chasse aux Patriotes et de les poursuivent devant la XVIIème Chambre correctionnelle. Dans une vraie Démocratie un gouvernement digne de ce nom, demanderai par voix référendaire pour ou contre l’accueil massif de « faux réfugiés » et pour ou contre l’expulsion de tous les autres qui ne vivent que des aides sociales , mais là que nie nie, nos têtes de pouilleux pensant savent très bien que le non pour l’accueil serai massif, et le oui l’emporterai pour les autres , et tous ces corrompus viennent nous seriner en parlant de « démocratie », de liberté, et j’en passe des vertes et des pas mûres.
    Quand des gouvernements félons trahissent leurs peuples , ces peuples devraient les cravatés, les jugés pour Haute Trahison et les passés par les armes.

     
    • Claude Roland a écrit :

      Nous avons un gouvernement très proche de celui de Pétain en 1940 qui chassait le résistant aux côté des Allemands. Et c’est ce qui se fera dès que ça pètera, comme certains disent. Alors défiez-vous des forces de l’ordre car si certains seront avec la résistance, d’autres ne le seront pas. Il ne faut pas oublier que des descendants d’immigrants musulmans sont aussi parmi les forces de l’ordre et rien, absolument rien ne permet d’augurer de leur loyauté, sauf exceptions prouvées. Par ailleurs, il y a parmi les forces de l’ordre de nombreuses personnes qui redoutent d’avoir à faire le coup de feu…et à qui les armes font peur.

       
  3. Pour ceux qui n’auraient pas lu ce livre:
    https://www.qwant.com/?q=la%20camp%20des%20saints&t=all
    « Dans ce roman, qui comporte de nombreuses références à l’Apocalypse de Saint Jean, la submersion de la France est décrite. Cette submersion résulte de l’incapacité tant des pouvoirs publics que de la population à réagir face à cette invasion pacifique mais lourde de conséquences pour une civilisation déjà ancienne.
    Il y dénonce ce qu’il considère être un aveuglement de la part d’un clergé catholique trop favorable à l’accueil de populations immigrées devant les modifications que ces flux comportent sur la nature d’une civilisation. »
    L’actualité montre que ce n’est plus une invasion pacifique car nous sommes soi-disant en guerre contre l’islamisme. Quant à faire appel au Peuple, laissez moi rire. Il n’y a plus de Peuple, c’est du « chacun pour soi ».

     
    • Claude Roland a écrit :

      Le clergé catho est favorable à l’immigration parce que, tout comme les gauchistes bobos, ce n’est pas lui qui accueille les immigrants dans ses nombreuses propriétés et établissements. Ce n’est pas lui, pourtant très riche, qui paye la note… C’est facile de dire qu’il faut accueillir la misère et demander aux autres de le faire sans le faire soi-même. L’église pourrait le faire à grande échelle mais non… Je suis toujours dubitatif de ses principes (rien à voir avec la foi) quand je vois des curés vivre seul avec leur bonne bigote dans des bâtiments presbytères hors de proportion, genre 450 m2 pour un seul homme qui, soi-disant, se contente de peu…

       
  4. mc gyver a écrit :

    Et alors , on cerne le problème ,et après !!!!! ON FAIT QUOI ???

     
    • riffcaster a écrit :

      Aujourd’hui FAIRE = PRISON ou destruction sociale !
      Je suis convaincu que ce seront des événements qui décideront à notre place.
      Le problème que je constate est que ces événements ne surviendront que tardivement et que l’invasion afro-muzz voulu par micron et sa clique de mondialistes ne donne un avantage numérique à l’engeance allogène.
      Avec une Police et une Armée aux ordres, ça ne va pas être simple.
      Car quand ça va péter, c’est la chasse aux résistants qui sera ouverte.

       
  5. Philippe a écrit :

    Un bon joueur d’échecs, de niveau 1.600 (classement FFE) sait que la victoire va dépendre du choix des ouvertures, tant la sienne que celui de son adversaire. Aujourd’hui en France, face au danger qui menace, si nous connaissons la situation générale, de même les rapports de forces, tout repose à présent sur une « idée de manœuvre » (expression empruntée à l’ancienne MRT* de notre armée). En d’autres termes, celui qui sera en charge de nettoyer les écuries d’Augias ne doit pas se planter. Quant à savoir qui pourrait le faire : les compétences ne manquent pas. L’ultime question est de savoir : comment ? C’est à la conception de l’idée de manœuvre que l’Histoire reconnaît un grand stratège. Le reste, comme disait Napoléon « n’est qu’exécution ».

    (*) MRT : méthode de raisonnement tactique.

     
  6. Excellent article mais à part constater les dégâts des politiques anti-patriotiques menées par nos politiciens il n’y a pas grand chose à faire.

     
    • Il y a toujours plusieurs étapes. Pendant longtemps personne n’ausait décrire la situation. Depuis quelques années « la parole se libère » ce qui permet aux citoyens d’en prendre conscience. c’est un préalable à l’action.

       
  7. riffcaster a écrit :

    Afin de soutenir mes prédictions au sujet de la P.S.Q. de Micron :

    « Rillieux-la-Pape (69) : un homme déclenche une émeute urbaine pour échapper à son arrestation.
    « Un homme de 18 ans a été arrêté chez lui mercredi à Rillieux-la-Pape après avoir déclenché une émeute urbaine lors de son arrestation la veille. Déjà poursuivi pour mise en danger d’autrui, il a été présenté au parquet jeudi pour violences sur agents, outrage, menaces de crime et laissé libre.
    « L’arrestation a été compliquée pour les policiers de la Brigade anti-criminalité .Elle a finalement dû se dérouler en deux temps. Dimanche, la BAC et plusieurs équipages de police se présentent dans un snack situé avenue de l’Europe à Rillieux-la-Pape. Ils viennent interpeller un jeune homme de 18 ans, originaire de Rillieux, dans le cadre d’une procédure pour « mise en danger d’autrui et refus d’obtempérer ».
    « L’homme rameute ses amis. Un groupe d’une quinzaine d’individus se forme à l’extérieur de l’établissement pour entraver l’action de la police. Ils jettent des projectiles dans leur direction sans les atteindre. Sous les outrages, les policiers ont obligés de faire usage de gaz lacrymogène pour se dégager et battre en retraite. Un climat d’émeute urbaine avec un abri-bus saccagé et des poubelles en feu. »

    J’ai procédé à de nombreuses interpellations dans le « 9-3 ».
    Je connais bien ces types de situations pour les avoir vécues. La différence aujourd’hui, tient au fait que depuis trop longtemps, la vermine a été soutenue par des juges gauchistes et des politiciens lâches et corrompus. Cette vermine (essentiellement musulmane et un peu gauchiste) a « évolué » vers un niveau de violence auquel j’ai eu la chance d’échapper.
    Aujourd’hui, l’ennemi affiché est avant tout le flic, mais aussi les Sapeurs Pompiers et les en-saignants.
    Mais c’est le flic que Micron et son taré de ministre de l’inférieur veulent envoyer reconquérir des quartiers perdus.
    L’accueil sera violent et ce ne seront pas seulement des canettes et des boules de pétanques qui voleront mais aussi du 7,62×39.
    La riposte sera inévitable, ainsi que… ses conséquences.

     
  8. riffcaster a écrit :

    J’explique régulièrement que la Police de Sécurité au Quotidien de Micron (ex-PolProx) va être une catastrophe, et je rencontre tout aussi régulièrement des haussements d’épaules méprisants d’indifférence .
    Je découvre aujourd’hui que cette ineptie a été présentée ce 08 février 2018 pour une première mise en place en septembre sur 15 quartiers perdus de la république (60 à terme, enfin… s’il reste encore des flics vivants pour finaliser cette énorme connerie !?).

    Je lis ceci, extrait de Rance-info :

    « Quartier des Tarterêts, sur les hauteurs de Corbeil-Essonnes (Essonne). Entrer dans ce quartier, c’est le début d’un face-à-face quotidien pour ces jeunes policiers. Dès leur arrivée, ils sont repérés. Dans ce hall en pleine semaine, quatre garçons âgés de 12 à 14 ans, soupçonnés d’être impliqués dans un trafic de cannabis. Dans le quartier, au moins cinq points de vente sont répertoriés. Lutter contre les trafics, contrôler les identités, c’est le quotidien des policiers dans ce quartier où vivent 10 000 personnes dont près de la moitié a moins de 20 ans. Et un taux de chômage record : près de 15 %.
    « Défiance grandissante.
    « Le major Patrick connait le secteur par cœur ; il y travaille depuis 28 ans. ”Dans un quartier exposé comme celui-là, c’est impossible de rétablir le contact”, regrette le policier. Ici, la police n’est pas la bienvenue. Une défiance qui n’a cessé de grandir, selon certains habitants. “Le problème, c’est que s’ils persistent avec les contrôles au faciès, ils n’auront jamais de répit, leurs voitures se feront toujours caillasser, ils auront des problèmes avec les jeunes”, témoigne un habitant. Chez les policiers, l’inquiétude grandit.

    « Le problème, c’est que s’ils persistent avec les contrôles au faciès… »

    Primo, pourquoi donner la parole à cette sous-engeance afro muzz’ dont la connerie n’a d’égal que sa haine de la France ?
    Secundo, comment la Police pourrait-elle ne pas contrôler « au faciès » quand près de 100% des crimes et délits sont commis dans ces zones de non-droit par l’engeance afro-muzz’ ?

    « … ils auront des problèmes avec les jeunes… »

    J’en ai ma claque d’entendre systématiquement confondre la jeunesse française avec ces raclures de fond de chiotte musulmanes.

    « Lutter contre les trafics, contrôler les identité… »

    Quel foutage de gueule !!!
    Comme si le principal problème sécuritaire de la France était le trafic de stups et non l’islamisation galopante et sa charia qui l’accompagne !!??

    Pour conclure sur la PSQ, je dirais que bientôt, « l’inquiétude » de la Police ne suffira plus à lui éviter les tirs de kalash.

    Le chaos se rapproche et sera peut-être pour septembre avec… les premiers champignons !
    À moins que ce ne soit… l’ouverture de la chasse !?

     
  9. Claude Roland a écrit :

    Nos politiciens n’ont que les mots « démocratie » et « république » plein la bouche… pour mieux nous endormir des certitudes qu’ils veillent sur nos institutions. Mais la démocratie est devenue une démocrassie et la république une ripoublique menée par des guignols. Il faudrait, pour espérer lutter contre la sévère dérive de ces institutions, être un peuple capable de cohésion
    Quant à la Justice, au cœur de la démocratie, elle est pervertie.
    Un début de solution serait que les procureurs soient élus par le peuple au suffrage universel comme aux USA. Pour ce qui est du jury populaire destiné à juger les juges, là je serais un peu dubitatif au sujet de sa qualité en la matière.
    Quant à la Presse, sa collusion avec le pouvoir est une institution où prolifèrent les rats…
    Bref, il faudrait repenser complètement notre système.
    Il aurait été intéressant de faire comme le Royaume-Uni, l’Espagne, la Hollande, le Danemark, la Suède et la Norvège en gardant un Roi ou une Reine (ou les deux) avec un gouvernement tenu par un Premier Ministre pour diriger le pays. Le Roi servant d’arbitre suprême, de haut-régulateur de la justice, de la presse et des institutions. Et tout cela a aussi l’avantage de donner une âme personnifiée à un peuple en devenant le représentant vivant d’une nation.
    La tâche d’un Roi est très difficile car, incarnant une nation, il a une très lourde responsabilité de conscience, ce qui l’amène à être très instruit, à réfléchir avant de parler ou d’agir. Il faut des épaules très très solides, et un mental d’acier. Mais rares sont de telles personnes, hélas.
    Enfin, on peut rêver…

     
  10. Martinez a écrit :

    Allah n’est pas Dieu, Allah = Pharaon ! (Conclusion après la lecture du coran.)

     
  11. Constat (pour ne pas dire réquisitoire) sans concessions.
    Compliments à l’auteur.

     
  12. riffcaster a écrit :

    C’est tellement beau de rêver !

     
  13. kalach niko a écrit :

    Excellent

     

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes ) (L’Imprécateur)

MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

12 février 2018

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’yLire la suite

 
LA CRISE DE L’ÉTAT (Colonel Gilles Lemaire)

LA CRISE DE L’ÉTAT
(Colonel Gilles Lemaire)

16 février 2018

La crise qui sévit actuellement entre le Pouvoir et les Armées est symptomatique de celle que subit l’État démocratique souvent qualifié de post-moderne. Cette crise résulte de questionnements auxquels notre époque impose de répondre : À QUOI SERT L’ÉTAT ? Le monde est-il définitivement pacifié et l’État moderne est-il ainsi vouéLire la suite

 
MACRON MARCHE SUR LES EAUX ! (L’Imprécateur)

MACRON MARCHE SUR LES EAUX !
(L’Imprécateur)

6 février 2018

Macron au Sénégal « Macron marche sur les eaux à Saint Louis » a titré Le Monde pour chapeauter un article dithyrambique de Solenn De Royer, avant de rectifier dans l’édition suivante d’un plus modeste « Sénégal : Macron défend la cause climatique à Saint-Louis » pour apaiser la vague de rigolade qui a envahiLire la suite

 
ANA MARIA HIDALGO, LA SOCIALISTE QUI N’AIME PAS LES ROYALISTES(L’Imprécateur)

ANA MARIA HIDALGO, LA SOCIALISTE QUI N’AIME PAS LES ROYALISTES
(L’Imprécateur)

14 février 2018

Ana Maria Hidalgo : cette métastase du socialisme rance rendit récemment hommage à un tortionnaire vicieux qui utilisait ses maigres connaissances médicales pour indiquer aux bourreaux comment faire souffrir plus intensément les condamnés à mort avant de les exécuter. « El Carnicerito » (le petit boucher, son surnom dans les prisons oùLire la suite

 
LA CRISE DE L’ÉTAT (Colonel Gilles Lemaire)

LA CRISE DE L’ÉTAT
(Colonel Gilles Lemaire)

16 février 2018

La crise qui sévit actuellement entre le Pouvoir et les Armées est symptomatique de celle que subit l’État démocratique souvent qualifié de post-moderne. Cette crise résulte de questionnements auxquels notre époque impose de répondre : À QUOI SERT L’ÉTAT ? Le monde est-il définitivement pacifié et l’État moderne est-il ainsi vouéLire la suite

 
MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes ) (L’Imprécateur)

MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

12 février 2018

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’yLire la suite

 
LA JUSTICE VA-T-ELLE PERMETTRE AU « MIGRANT-TUEUR » DE CONTINUER LA SÉRIE ? (L’Imprécateur)

LA JUSTICE VA-T-ELLE PERMETTRE AU
« MIGRANT-TUEUR » DE CONTINUER LA SÉRIE ?
(L’Imprécateur)

14 février 2018

Fissenou Sacko est un fils de migrants maliens, âgé de 29 ans. Ce grand courageux sortait de prison. Donc, après avoir été jugé responsable de ses actes et condamné, il a pris le train pour Marseille peu avant Noël 2016. Malgré sa violente résistance, il en a été débarqué àLire la suite