ÉDITH CRESSON VA BIEN, MERCI POUR ELLE !
(Alexis Céron)

Dites donc… c’est qu’elle aura bientôt 86 ans, la mère Cresson ! 

Vous vous rappelez Édith Cresson ? Elle a été la seule femme Premier Ministre de l’histoire de France.
C’était sous Mitterrand, en 1991 : 11 mois qui valurent des siècles en termes de bénéfices pour la patrie des Droits de l’Homme. 

Et l’État, c’est-à-dire (en théorie et en tous cas chaque fois qu’il faut mettre la main à la poche) « vous et moi », risque, compte-tenu de l’allongement de « l’espérance » de vie de ladite Édith, d’en avoir pour un moment encore à détourner des fonds publics au profit d’une caste de profiteurs qui ajoutent cette ultime particularité à leur besace de menteurs, tricheurs, truqueurs, faussaires et comédiens en tous genres.

Pour ce qui est de la mère Cresson, les honnêtes gens sont d’avis que les sommes que dépensent les Français pour son petit confort bourgeois sont une sorte de loyer pour l’utilisation de son logement à des fins de complot entre deux crapules historiques qui s’y rencontrèrent en octobre 1980 pour mettre au point la meilleure manière d’éjecter de l’Élysée une autre crapule qui espérait y prolonger son premier séjour présidentiel de 7 ans (1). 

Il y a le loyer de son appartement, d’une part, et la reconnaissance des Français d’autre part. Car tout ce que leur coûte l’octogénaire, compte tenu du bien qu’elle a fait à la France lors de son éphémère passage à Matignon, les Français le lui doivent bien. Il faut se souvenir que si elle n’est restée que si peu de temps à Matignon, c’est pour ne pas donner de mauvaises habitudes aux Français qui, avec tout ce qu’elle faisait pour eux, seraient très vite devenus de vrais enfants gâtés.

Sur un plan plus général, plus théorique et plus institutionnel, cela fait plaisir de voir que les personnes âgées ne sont pas abandonnées par l’État.

Surtout après un labeur aussi harassant que pénible de 11 mois à l’Hôtel Matignon. Et pas comme femme de ménage !

La mère Cresson a donc 85 ans, et l’État a d’infinies douceurs pour elle (et pour d’autres, rassurez-vous) !

27 ans après son départ de Matignon, l’État dépense encore 43.780 € par an pour son personnel et ses déplacements.

Aujourd’hui âgée de 85 ans, elle est bien évidemment à la retraite. Et pourtant, en tant qu’ancien Premier Ministre, l’État prend en charge le coût de sa voiture de fonction et le salaire d’une assistante. C’est bien naturel, puisque, dans l’indifférence générale, l’État finance encore les anciens Premiers Ministres dont il assure aussi la sécurité − à défaut d’assurer celle des Français − par une garde policière de leur domicile privé.

C’est le Secrétariat Général du Gouvernement, un service dépendant de Matignon, qui gère les petits privilèges des anciens Présidents de la République et Premiers Ministres. Au nom de la transparence et du droit d’accès aux documents administratifs, garanti à tous citoyens par une loi de 1978, le détail de ces frais a notamment été évoqué par le très pieux Médiapart. Pour savoir de combien les Français sont rackettés au profit des « meilleurs d’entre eux » (les Excellences, donc) demande doit en être faite au Secrétariat Général du Gouvernement, et sans réponse positive de sa part, il faut alors saisir la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs), laquelle rend un avis favorable (ou non) à la communication de ces documents. 

S’agissant d’Édith Cresson, pour l’année 2014, voici donc la douloureuse que vous avez solidairement subie, mes chers compatriotes :

  • L’État a dépensé 33.817 € pour rémunérer son « assistante » (une assistante : pour quoi faire ?).
  • Elle dispose également d’une voiture de fonction, achetée 44.467 €.
  • Quant aux frais d’entretien de sa voiture de fonction, l’État a déboursé 4.233 € en 2014, ainsi que 5.189 € de carburant et 541 € pour l’assurance.

Au total, donc, hors coût d’achat du véhicule, l’État a donc dépensé 43.780 € sur l’année.

Sachant, bien évidemment, qu’elle touche aussi les retraites liées à ses nombreux ex-mandats (maire, député, commissaire européen)…

Question : est-ce bien raisonnable de continuer à financer une voiture et une assistante à une octogénaire sous prétexte qu’elle a été Premier Ministre il y a 27 ans (pendant 11 mois) alors qu’on mégote à chaque Français le moindre droit sur son patrimoine ou les revenus de son travail ?

Et c’est pareil pour tous les anciens Premiers Ministres !

C’était le quart d’heure de vérité pour vous aider à mieux comprendre comment est utilisé votre argent et pourquoi il en faut tant…

Voilà peut être pourquoi il fallait augmenter la CSG sur les retraites !…

(1) En octobre 1980, 7 mois avant l’élection de mai 1981, un dîner secret fut organisé entre Mitterrand et Chirac chez Edith Cresson. Chirac annonça à Mitterrand estomaqué qu’il fallait « tout mettre en oeuvre pour battre Valéry Giscard d’Estaing », le président sortant étant, à ses yeux, un « danger pour la France ».
Comme nous le savons, Chirac, qui n’était pas à une trahison près, tînt parole, infligeant à la France, pour des motifs personnels, 14 ans de mitterrandisme dont nous ressentons encore aujourd’hui les funestes conséquences.
Pour plus d’informations sur ce dîner, lire cet article du Point.

Alexis Céron

11/02/2018

Pour complément d’information, Édith Cresson est l’heureuse propriétaire d’un château à Saint Sylvain d’Anjou, au cœur d’un domaine de 5 hectares. La châtelaine y a subi, en 2013, quelques problèmes de voisinage avec des manants (des roms, semble-t-il) qui venaient régulièrement souiller son parc.

 

 



 

 

6 Commentaires

  1. Eric ADAM CVD a écrit :

    Et pendant ce temps là, les retraités « pauvres » sont devenus encore plus « pauvres »… avec une CSG non seulement scandaleusement réévaluée, mais surtout fondamentalement indigne, inéquitable, spoliatrice, et improductive !
    Le 15/03/2018, nous devons être nombreux à exprimer notre refus de ces 2 scandales d’État, dans la rue, dans toutes les Villes et Villages… et ensemble, travailleurs, artisans, petits commerçants, et retraités.
    Et que les « gamins » scolarisés ne se croient pas « non concernés » ! Car la maltraitance des retraités d’aujourd’hui est le prélude de leur privation de retraite… demain matin!
    Nous devons enfin engager l’INSURRECTION POPULAIRE sereine et pacifique des Citoyens Résistants pour les Valeurs de la Démocratie !
    N’oubliez jamais que la Démocratie, comme la LIBERTÉ, est une VALEUR qui ne se donne pas, mais qui se prend !
    Prenons enfin ces VALEURS et gravons les sur notre DRAPEAU!

    Eric Adam, CRD-CVD
    Citoyen POPULISTE qui s’assume,
    Démocrate Intégriste Radicalisé,
    SEULEMENT Démocrate, mais TOTALEMENT Démocrate!
    encore « un peu LIBRE »…
    Mais sachant que ce n’est plus pour longtemps!

    Résistant des Forces Combattantes Démocrates du PEUPLE de FRANCE:
    « Combattants pour les Valeurs de la Démocratie »

     
  2. OUI Cette jeune CRESSON …. de l’époque , était TRES liée à Mitterrand, raisons de ses postes à l’agriculture, un désastre, et pour la récompenser (échange de bons procédés) elle fut nommée Premier Ministre. Elle était aussi très liée à son dentiste qu’elle fut nommée à Bruxelles. Cet article montre le gâchis Républicain, les Agriculteurs s’en souviennent…

     
  3. Édith Cresson… moi, je l’aime bien. Elle était déjà ministre puisque en 1984 elle est venue au Touquet, au palais de l’Europe (et casino)… et elle a reçu des laitues ! Elle aurait dû être ministre de l’agriculture, je pense (je faisais pas attention à cette époque là à la politique). J’ai assisté à çà ! Ils lui lançaient de la salade ! Pas content sûrement, les agriculteurs et autres paysans. Ils se plaignaient de ne pouvoir plus vendre le lait autant qu’ils voulaient : ils avaient des quotas ça leur plaisaient pas…

     
    • ET oui, mme CRESSON a été ministre de l’Agriculture inutile et dangereuse pour l’avenir des Agriculteurs. Les laitues, oui, mais aussi les bouses de vaches… Amie TRES liée à Mitterrand, elle a été nommée premier Ministre, après un passage désastreux à l’agriculture. Elle était aussi très liée avec son dentiste qu’elle a fait nommer à Bruxelles… et maintenant elle ruine la France. Que cessent ces débordements, cela devient insupportable.

       
  4. Claude Roland a écrit :

    Ah Édith Cresson ! L’exemple même de l’incompétence de la ministre « placée ». Une secrétaire toute simple propulsée ministre parce qu’elle avait couché. Si elle n’avait pas eu un cabinet de crânes d’œuf étriqués qui avaient travaillé pour elle… Et ça ne change pas avec le gouvernement actuel, notamment quand on regarde déjà certain(es) député(es) ! Ça fait peur…

    Édith Cresson est une des emblèmes de la ripoublique… d’un pays qui a viré la Royauté et l’aristocratie pour la remplacer par des néo-aristocrates ripoux.

     
    • pauledesbaux a écrit :

      Cresson à l’agriculture, Le Pensec à la mer… Nous avions bien ri. La mère Cresson comme vous l’appelez… elle était nulle mais pas en pipes sous le bureau de la mite errante.

       

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes ) (L’Imprécateur)

MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

12 février 2018

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’yLire la suite

 
LA CRISE DE L’ÉTAT (Colonel Gilles Lemaire)

LA CRISE DE L’ÉTAT
(Colonel Gilles Lemaire)

16 février 2018

La crise qui sévit actuellement entre le Pouvoir et les Armées est symptomatique de celle que subit l’État démocratique souvent qualifié de post-moderne. Cette crise résulte de questionnements auxquels notre époque impose de répondre : À QUOI SERT L’ÉTAT ? Le monde est-il définitivement pacifié et l’État moderne est-il ainsi vouéLire la suite

 
MACRON MARCHE SUR LES EAUX ! (L’Imprécateur)

MACRON MARCHE SUR LES EAUX !
(L’Imprécateur)

6 février 2018

Macron au Sénégal « Macron marche sur les eaux à Saint Louis » a titré Le Monde pour chapeauter un article dithyrambique de Solenn De Royer, avant de rectifier dans l’édition suivante d’un plus modeste « Sénégal : Macron défend la cause climatique à Saint-Louis » pour apaiser la vague de rigolade qui a envahiLire la suite

 
ANA MARIA HIDALGO, LA SOCIALISTE QUI N’AIME PAS LES ROYALISTES(L’Imprécateur)

ANA MARIA HIDALGO, LA SOCIALISTE QUI N’AIME PAS LES ROYALISTES
(L’Imprécateur)

14 février 2018

Ana Maria Hidalgo : cette métastase du socialisme rance rendit récemment hommage à un tortionnaire vicieux qui utilisait ses maigres connaissances médicales pour indiquer aux bourreaux comment faire souffrir plus intensément les condamnés à mort avant de les exécuter. « El Carnicerito » (le petit boucher, son surnom dans les prisons oùLire la suite

 
LA CRISE DE L’ÉTAT (Colonel Gilles Lemaire)

LA CRISE DE L’ÉTAT
(Colonel Gilles Lemaire)

16 février 2018

La crise qui sévit actuellement entre le Pouvoir et les Armées est symptomatique de celle que subit l’État démocratique souvent qualifié de post-moderne. Cette crise résulte de questionnements auxquels notre époque impose de répondre : À QUOI SERT L’ÉTAT ? Le monde est-il définitivement pacifié et l’État moderne est-il ainsi vouéLire la suite

 
MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes ) (L’Imprécateur)

MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

12 février 2018

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’yLire la suite

 
LA JUSTICE VA-T-ELLE PERMETTRE AU « MIGRANT-TUEUR » DE CONTINUER LA SÉRIE ? (L’Imprécateur)

LA JUSTICE VA-T-ELLE PERMETTRE AU
« MIGRANT-TUEUR » DE CONTINUER LA SÉRIE ?
(L’Imprécateur)

14 février 2018

Fissenou Sacko est un fils de migrants maliens, âgé de 29 ans. Ce grand courageux sortait de prison. Donc, après avoir été jugé responsable de ses actes et condamné, il a pris le train pour Marseille peu avant Noël 2016. Malgré sa violente résistance, il en a été débarqué àLire la suite