MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’y aura pas Notre-Dame-des-Landes”, parce qu’à la fin des fins, ça envoie deux messages qui sont très négatifs : le premier, on ne respecte pas les consultations publiques quand elles ne nous arrangent pas, ça va pas, et le deuxième, ça veut dire qu’on ne peut plus avoir quelque projet que ce soit dans le pays parce que vouloir le bloquer suffit, en quelque sorte, à tout empêcher de manière durable. »

Le 17 décembre dernier, le chef de l’État l’assurait : « Je fais ce que j’ai dit. Ça étonne peut-être, ça en contrarie d’autres, ça fait peut-être longtemps que ce n’était pas arrivé. »

Finalement, il est « arrivé », a « déchiré » et laissé au naïf et obéissant Philippe le soin d’annoncer qu’il y a eu bien « deux messages envoyés », que Notre-Dame-des-Landes ne se fera pas, mais que les zadistes seront évacués à la fin de la fameuse trêve hivernale, le 31 mars, histoire de faire croire qu’il a encore un semblant d’autorité.

Mais qu’en est-il réellement « côté zadistes » ?

Ils se sont réunis une première fois le 17 janvier pour fêter bruyamment leur « victoire », et viennent de récidiver le 9 février dans une grande fête « Collomb au bûcher », illuminée de feux de joie ultra-polluants, allumés au départ avec des pneus arrosés au gas-oil, pour réclamer la propriété des 1.650 ha de terres dont il fallait protéger les espèces rares et les bocages. Mais qu’ils entendent maintenant s’approprier gratuitement pour les cultiver (?) dans la saleté qui leur est consubstantielle. Les toilettes publiques de la ZAD : un puisard, par-dessus une palette en plastique percée d’un trou, un peu de paille pour se torcher !

« Le moment le plus enthousiasmant et exaltant, il commence aujourd’hui. Il faut qu’on montre qu’on reste complètement déterminés à continuer à prendre soin de ce bocage » (dit une zadiste femelle citée par La Voix du Nord), pour « réaffirmer le refus des expulsions » après le 31 mars.

Pour bien montrer leur détermination, ils ont élégamment accueilli la préfète de la région Pays-de-la-Loire, Nicole Klein, par une rangée de zadistes pantalons baissés pour lui montrer leurs culs. Réaction gouvernementale à cette insulte à l’autorité publique ? – Nulle, rien, nada… Ce que les zadistes ont aussitôt interprété comme la certitude qu’il n’y aura pas d’expulsions, comme au Larzac autrefois.

L’ineffable José Bové a, pour quelques heures, abandonné ses hôtels cinq étoiles, ses costumes de tailleurs chics et sa luxueuse voiture de grand bourgeois enrichi par son élection comme député européen pour, ayant ressorti son blouson, sa chemise à carreaux sa vieille pipe, venir plaider leur cause. Il veut que l’État réitère ce qu’il a fait au Larzac en 1970 : donner aux zadistes de l’époque (la Confédération Paysanne de Bové) les terres squattées en toute illégalité. Ce que Bové ne dit pas à ses nouveaux amis d’aujourd’hui (qui sont d’ailleurs loin de l’avoir accueilli avec enthousiasme à NDDL) c’est que les militaires ont eu le dernier mot. Un camp de légionnaires est installé au Larzac, sur 3.000 ha, pour qu’ils s’y entraînent au tir et rétablissent les services publics, abandonnés par l’État depuis 40 ans, pour la plus grande joie des habitants de La Cavalerie, village voisin du camp.

« C’est plutôt l’enthousiasme. Certains voient dans cette arrivée des Légionnaires une façon de « remettre de la vie dans le village » (France Info 20 h, 12/07/2016) [1].

La presse gouvernementale a peu et rarement relayé les plaintes et difficultés des riverains et des agriculteurs de la ZAD de NDDL, ces riverains qui « racontent leur réalité à eux : des vols, des agressions, des effractions, du squat et des menaces subies dans un climat de relative impunité » (Presse-Océan).

Elle a à peine mentionné que ce même jour de la fête « Collomb au bûcher ». Des riverains de l’aéroport de Nantes manifestaient à Bouguenais, commune voisine de l’aéroport, pour protester contre son extension et une augmentation du bruit à attendre de plus d’avions gros-porteurs.

Pas plus qu’elle n’a signalé l’installation des premiers zadistes transférés de Notre-Dame-des-Landes à Saint-Aignan-de-Grand Lieu pour organiser le futur blocage de l’extension de l’aéroport de Nantes.

L’annonce faite à la France par Édouard Philippe à l’issue d’un Conseil des Ministres en janvier, a tout d’une opération de com’ soigneusement montée, conçue surtout pour délivrer un message qui vienne conforter le slogan publicitaire de ce gouvernement et de son chef (« nous, on décide ») sans préciser que ce qui a été décidé par le président, c’est de faire comme l’ont fait les zadistes devant la préfète Nicole Klein, baisser son slip pour montrer à l’opinion locale que le président et le gouvernement se tamponnent du referendum et que les habitants de Loire-Atlantique avaient gagné en faveur de la création de l’aéroport.

Mais dans ce cas, c’est raté. Le peuple français a compris deux choses : la première (la décision d’abandonner NDDL) était la moins mauvaise des solutions étant donné les circonstances. La seconde, est que « en même temps », c’était la plus mauvaise des solutions parce qu’elle acte un recul de l’État face à une poignée de trublions d’extrême-gauche qui n’ont d’écolos que l’étiquette…

CES ZADISTES SONT EN RÉALITÉ DES COMBATTANTS AGUERRIS À LA GUERRE CIVILE CONTRE L’ÉTAT ET LE PEUPLE FRANÇAIS

La bonne solution était d’abord, d’expulser manu militari les pseudo-écolos-djihadistes, ensuite d’annoncer soit la fin du rêve aéroportuaire de NDDL, soit (et ça c’était la vraiment bonne solution) d’annoncer la poursuite du chantier et qu’ »en même temps » que sitôt celui-ci terminé, les aéroports de Nantes et de Rennes seraient fermés et déconstruits. L’État aurait donné satisfaction aux habitants des villages voisins de la ZAD en construisant l’aéroport qu’ils souhaitent pour développer leur région, et « en même temps » aux Nantais inquiets et fatigués du passage des avions au ras des toits de leur ville et aux riverains des aéroports de Nantes et Rennes.

« En même temps », il aurait montré qu’en France, ce ne sont pas les casseurs d’extrême-gauche hébergés dans la ZAD qui saccagent épisodiquement les centres ville de Nantes et Rennes, qui font la loi en toute impunité.

Il a choisi la faiblesse. Il le paiera très cher dans toutes les ZAD de France et verra compromis tous les projets de grands chantiers nationaux qui auraient pu aider au redressement social et économique de la France en créant des milliers d’emplois dans des activités modernisées ou nouvelles.

L’Imprécateur
11/02/2018

[1] https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/armee-et-securite/dans-le-larzac-les-legionnaires-s-installent_1544041.html



 

 

4 Commentaires

  1. bakoulupin a écrit :

    Il nous faudrait un Le Pen puissance 10 pour arriver à remettre au pas tout ces pique-assiettes !

     
  2. pauledesbaux a écrit :

    En ne détruisant pas NDDL le maqueron favorise les autres ZAD qui fleurissent partout sur notre territoire. Quel bordel que notre DOUCE FRANCE près d’Anduze dans le Gard ! Les villageois n’en peuvent plus du bruit et d’autres nuisances : saleté merdique, bordel ambulant, j’en passe et des meilleures, les divagations d’êtres sous-développés habillés de haillons provocateurs, mais ils TOUCHENT LE RSA que les con-tribuables (à merci) payent. C’est un non-sens : ils ne foutent rien et palpent quand même de l’argent, ont droit aux soins gratuits et à toutes les « aides ». Nous marchons sur la tête. Quelques fois nous regretterions qu’un Hitler ne se révèle pas !

     
  3. Claude Roland a écrit :

    Il est clair que, comme les musulmans radicalisés, les rats d’extrême-gauche sont préservés dans ce pays où traîne encore un parti communiste ! Comme je le dis depuis longtemps, ces raclures sont les alliés actifs, agressifs et sans pitié des islamistes ; leur chiens, leurs idiots utiles lobotomisés. Et l’État n’ose pas s’y frotter, ce qui les rend plus hardis. Il est bien dommage que l’ère des bagnes soit révolu, mais à leur époque, ces gens là y croupiraient.
    Une autre chose transparaît : le fait que l’État abandonne sa gérance et laisse la France reculer dans les âges sombres plusieurs siècles en arrière. Fin mars, si les CRS interviennent, on verra même une bataille type moyen-âge pour libérer la ZAD. Imaginez un sabotage du réseau électrique de tout le pays, et on y est !
    Là-dedans, on se fout des paysans et fermiers riverains à qui ces rats de ZAD veulent carrément piquer des terres que j’imagine appartenir à des personnes du cru. La propriété d’autrui, il se l’approprient et se torchent avec la loi. Même principe que pour le foyer de Youcef : 48 h passées, et le bien est à eux. La ZAD est devenue une zone de non-droit, une cité type moyen-âge avec la même hygiène et les mêmes gueux « bas du plafond » qui y crapotent.

     
    • riffcaster a écrit :

      « leurs idiots utiles lobotomisés »
      Comme au Liban. Nous connaissons la suite ! Mais visiblement pas les gauchistes.
      Ceci étant dit, un gauchiste qui connaîtrait l’Histoire, ça doit être aussi fréquent qu’un poteau télégraphique en fleur !

       

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes ) (L’Imprécateur)

MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

12 février 2018

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’yLire la suite

 
LA CRISE DE L’ÉTAT (Colonel Gilles Lemaire)

LA CRISE DE L’ÉTAT
(Colonel Gilles Lemaire)

16 février 2018

La crise qui sévit actuellement entre le Pouvoir et les Armées est symptomatique de celle que subit l’État démocratique souvent qualifié de post-moderne. Cette crise résulte de questionnements auxquels notre époque impose de répondre : À QUOI SERT L’ÉTAT ? Le monde est-il définitivement pacifié et l’État moderne est-il ainsi vouéLire la suite

 
MACRON MARCHE SUR LES EAUX ! (L’Imprécateur)

MACRON MARCHE SUR LES EAUX !
(L’Imprécateur)

6 février 2018

Macron au Sénégal « Macron marche sur les eaux à Saint Louis » a titré Le Monde pour chapeauter un article dithyrambique de Solenn De Royer, avant de rectifier dans l’édition suivante d’un plus modeste « Sénégal : Macron défend la cause climatique à Saint-Louis » pour apaiser la vague de rigolade qui a envahiLire la suite

 
ANA MARIA HIDALGO, LA SOCIALISTE QUI N’AIME PAS LES ROYALISTES(L’Imprécateur)

ANA MARIA HIDALGO, LA SOCIALISTE QUI N’AIME PAS LES ROYALISTES
(L’Imprécateur)

14 février 2018

Ana Maria Hidalgo : cette métastase du socialisme rance rendit récemment hommage à un tortionnaire vicieux qui utilisait ses maigres connaissances médicales pour indiquer aux bourreaux comment faire souffrir plus intensément les condamnés à mort avant de les exécuter. « El Carnicerito » (le petit boucher, son surnom dans les prisons oùLire la suite

 
LA CRISE DE L’ÉTAT (Colonel Gilles Lemaire)

LA CRISE DE L’ÉTAT
(Colonel Gilles Lemaire)

16 février 2018

La crise qui sévit actuellement entre le Pouvoir et les Armées est symptomatique de celle que subit l’État démocratique souvent qualifié de post-moderne. Cette crise résulte de questionnements auxquels notre époque impose de répondre : À QUOI SERT L’ÉTAT ? Le monde est-il définitivement pacifié et l’État moderne est-il ainsi vouéLire la suite

 
MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes ) (L’Imprécateur)

MACRON DÉCONSTRUIT L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT (ex. : Notre-Dame-des-Landes )
(L’Imprécateur)

12 février 2018

En avril 2017, Macron déclarait : « J’ai dit et rappelé qu’il y a eu une consultation publique de type référendaire, qu’elle s’est exprimée et qu’elle a dit oui au projet. Donc, je ne peux pas, aujourd’hui, être dans une situation où je déchire, j’arrive et je dis “avec moi, il n’yLire la suite

 
LA JUSTICE VA-T-ELLE PERMETTRE AU « MIGRANT-TUEUR » DE CONTINUER LA SÉRIE ? (L’Imprécateur)

LA JUSTICE VA-T-ELLE PERMETTRE AU
« MIGRANT-TUEUR » DE CONTINUER LA SÉRIE ?
(L’Imprécateur)

14 février 2018

Fissenou Sacko est un fils de migrants maliens, âgé de 29 ans. Ce grand courageux sortait de prison. Donc, après avoir été jugé responsable de ses actes et condamné, il a pris le train pour Marseille peu avant Noël 2016. Malgré sa violente résistance, il en a été débarqué àLire la suite