ANNE HIDALGO,
LA FOFOLLE DE CHAILLOT
(Marc Le Stahler)

Share Button

Tout bon chef de famille connait les règles de bases de la gestion budgétaire et s’efforce de ne pas dépenser plus qu’il ne gagne.
À l’exception des gros investissements qui peuvent − et même qui doivent − être financés par l’emprunt et sous la condition expresse que l’amortissement annuel dudit emprunt puisse entrer dans ses capacités budgétaires.
Quand les charges dépassent les revenus, il n’existe généralement pas d’autres solutions qu’augmenter les revenus ou réduire les charges.
Ces notions simples échappent totalement aux technocrates qui nous gouvernent et qui, pour la plupart, sont formatés à l’ENA, qui n’est d’ailleurs pas une école de gestion, mais une école d’administrateurs – ce qui fait, hélas, toute la différence. Comme l’Imprécateur, j’en ai côtoyé quelques uns au cours de ma carrière, et j’en suis sorti, comme dirait Renaud Camus… hébété.
Mais, rassurez vous, il n’est pas absolument nécessaire de « faire l’ENA » pour obtenir un brevet d’incompétence. La preuve par Anne Hidalgo, qui s’est contentée d’un diplôme universitaire en Sciences Sociales, ce qui lui a quand même permis, la carte du PS en sus, de sévir quelques années en tant qu’inspectrice du travail, avant d’occuper le poste envié de Maire de Paris…

Tout le monde est désormais convaincu qu’elle est un peu inconsciente voire démente. Ceux qui l’accompagnaient au Salon de l’Agriculture et qui furent témoins qu’elle interprétait sifflements et quolibets des agriculteurs comme une ovation en sont désormais persuadés. 

Avec beaucoup plus de retenue et de respect pour la fonction que l’auteur de ces lignes, Agnès Verdié-Molinier, directrice de la Fondation IFRAP, se borne à analyser le déficit que va laisser Anne Hidalgo aux générations futures : 5,5 milliards d’euros, excusez du peu. Évidemment, une goutte d’eau, comparé à la dette publique de la France (2250 milliards d’euros, environ un an de PIB). Mais quand même une petite somme coquette de 5500 € pour chaque foyer fiscal parisien (il y en a environ un million).
À porter évidemment au débit des générations futures, qui se demanderont avec raison ce que nous aurons pu fabriquer pour leur laisser pareille ardoise.

Ce n’était évidemment pas inéluctable ; nous n’avons pas traversé de guerre, ni subi d’effondrement économique majeur, non rien de tout ça. En revanche, on constate quand même que la dette de la ville de Paris n’était « que » d’un milliard d’euros en 2001. Comme on estime qu’elle frôlera les 6 millions à la fin de cette année, on peut retenir qu’elle aura été multipliée par 6 en 17 ans.
Quand on voit ce qu’est devenu la « Ville Lumière », avec sa crasse, ses bouchons, son insécurité, ses rats et ses quartiers paupérisés, on se demande bien où est passé l’argent…
Enfin, on a quelques idées…

Voici ce que publiait
Le Parisien à ce sujet dans son édition du 4 mars.

Marc Le Stahler
04/03/2018


Agnès Verdier-Molinié, de la Fondation IFRAP, apporte un regard critique sur la politique budgétaire de la Ville.

La dette de la Ville de Paris s’élève à 5,5 Mds€ pour un budget total de 9,5 Mds€. Alors qu’Emmanuel Grégoire, adjoint aux finances de la maire (PS) de Paris, défend cette politique totalement assumée, Agnès Verdier-Molinié, qui dirige depuis 2009 la Fondation Ifrap (Fondation pour la Recherche sur les Administrations et les Politiques publiques, un think-tank d’inspiration libérale), se montre quant à elle critique.

« La dette était de 1 Md€ en 2001 et elle sera, selon le prévisionnel, proche des 6 Mds€ en 2018. En 17 ans, la dette de Paris a donc été multipliée par 6. Un choix, semble-t-il, assumé par l’exécutif de la ville de repousser aux générations futures le remboursement de cette dette », souligne-t-elle.

Pour cette spécialiste des politiques publiques, « il est inquiétant que Paris continue sa politique d’endettement en misant sur les taux bas et en assumant indirectement qu’il est politiquement plus payant d’augmenter la dette que les impôts. C’est une vision à courte vue. »

Agnès Verdier-Molinié fait aussi la liste des engagements de la Ville. « On a la sensation que beaucoup d’investissements ne sont pas indispensables pour le bien-être des Parisiens. Paris s’engage pour les aménagements piétons avec des millions d’investissements ces dernières années et des millions de frais annuels de fonctionnement. Mais le tribunal administratif vient d’annuler cette piétonnisation des berges rive droite car l’étude d’impact a été jugée insuffisante. Était-ce un investissement utile ? Et il y a aussi le fiasco actuel des vélib’, le démontage des panneaux d’affichage Decaux… Rien que cela, c’est entre 20 et 40 millions de coût pour la ville, soit plusieurs centaines de places en crèches. »

Enfin, la spécialiste des comptes publics donne sa conclusion : « Ce qui compte, c’est la pente de l’endettement, exponentielle, quand les autres grandes villes ont plutôt calmé le jeu de la dette. Tous ces investissements sont-ils bien raisonnables ? Si les taux d’intérêt remontent, l’ajustement devra inévitablement intervenir via la fiscalité directe locale. Aux frais des Parisiens. »


 


 

 

Share Button
ANNE HIDALGO,
LA FOFOLLE DE CHAILLOT
(Marc Le Stahler)
Évaluez ce billet!

10 Commentaires

  1. La spécialité des socialistes a toujours été de ruiner la ville ou le département dans lesquels ils ont agit. Après le sac-à-pus Hollande et la pleurnicheuse Ségolène, maintenant la loche Hidalgo ! Il semble néanmoins que les parisiens aiment ce genre de quiche.

  2. Si la dette reste celle du million de foyers fiscaux bobo-parisiens c’est un moindre mal. Mais il y a fort à parier la nation sera solidaire des remboursements inéluctables de cette ville si mal gérée, devenue infréquentable de crasse, de rats, d’immondices et d’immigration clochardisée .

  3. flechebleue dit :

    Qu’elle aille donc se promener sur la berge du ravin… Ça la calmera peut-être cette foldingue !
    Nouvelle lubie : elle veut interdire la circulation automobile devant l’esplanade du Louvre, mais elle continue à faire le buzz avec sa bagnole électrique en se garant n’importe où.

  4. Promouvoir l’Islam en finançant leurs fêtes dont le Ramadan, participer à la mise à disposition des salles de prières, loger les migrants dans des hôtels à 35€ la nuit (et il y en a des centaines), investir dans des « loisirs » sur berges, avec sables et gardes, se promener en vélo comme Taubira, suivie par 4 motards… le tout et le reste à un coût. Les 6 MDS seront dépassés, Paris perdra encore plus ; avec ses exploits des jeux qui coûteront des centaines de millions… Y avez-vous pensé ?

  5. Comme disait le Général de Gaulle : « les socialistes sont d’éternels utopistes, des déphasés, des apatrides mentaux, ils gaspillent toujours la plus grande partie des crédits ; on ne les a jamais vu dépenser efficacement l’argent public. »

    « Le socialisme est une philosophie de l’échec, un principe de l’ignorance et l’évangile de la jalousie. Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.” (Churchill)

    Si tous ceux qui votent socialiste (Hollande, Macron) s’intéressaient à ce qu’est réellement le socialisme, on n’en serait pas là aujourd’hui ! La gauche-caviar a remplacé le pseudo-gauchisme depuis Mitterrand !

    • Claude Roland dit :

      Mais de « socialistes », ils n’en ont que le nom. C’est un camouflage que beaucoup de gens utilisent afin de passer pour vertueux alors que ce ne sont que des idiots utiles ou des crapules. Mais cela fait longtemps que la duperie fonctionne et ça continue. À croire que la majorité des Français n’ont pas encore percuté malgré les déboires remarquables de la gouvernance socialiste ! Plus bourrin, il faut le faire !

  6. Claude Roland dit :

    Anne Hidalgo, ou « comment réussir grâce au principe de la promotion-canapé ».
    Un magnifique exemple de simplets qui arrivent au pouvoir par ce biais, comme le directeur de l’INA, petit mignon de notre président…

  7. La spécialiste du PS dépense l’argent des autres !

  8. On ne peut pas financer des fêtes muzz et des mosquées ainsi que des pseudos-centres culturels, véritables écoles coraniques sans endetter inutilement une ville.

  9. La suite logique d’une longue gestion par des gens du PS !

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BATACLAN : CE N’EST QU’UN DÉBUT, LE COMBAT CONTINUE ! (Marc Le Stahler)

BATACLAN : CE N’EST QU’UN DÉBUT,
LE COMBAT CONTINUE !
(Marc Le Stahler)

21 septembre 2018

« L’UNION FAIT LA FORCE »   LES « CONCERTS DE LA HONTE » DU RAPEUR ISLAMISTE MÉDINE PROGRAMMÉS AU BATACLAN LES 19 ET 20 OCTOBRE SONT ANNULÉS ! Journalistes, politiciens collaborationnistes et médias menteurs s’organisent déjà pour évoquer un signe d’apaisement vis-à-vis de la « polémique » qui se serait installée,Lire la suite

BATACLAN : À « J − 28 » VICTOIRE ! (Luc Sommeyre)

BATACLAN : À « J − 28 »
VICTOIRE !
(Luc Sommeyre)

21 septembre 2018

LE CONCERT DU RAPPEUR ISLAMISTE MÉDINE N’AURA PAS LIEU AU BATACLAN LE 19 OCTOBRE COMME « ILS » L’AVAIENT PRÉVU Grâce à l’immense levée des boucliers de France, grâce à la mobilisation des familles des victimes, des médias et associations patriotes (CCP du général Christian Piquemal, VPF du général Antoine Martinez, LIGUELire la suite

MACRON ET « LES PAUVRES » (Jean Goychman)

MACRON ET « LES PAUVRES »
(Jean Goychman)

15 septembre 2018

Avec une cote de popularité en chute libre, il apparaît normal que notre président tente de colmater la brèche qui vide son réservoir électoral à une vitesse croissante. Pensant, peut-être avec raison, que le qualificatif « président des riches » attribué par les médias pouvait être la cause principale de cette impopularité,Lire la suite

MACRON ET « LES PAUVRES » (Jean Goychman)

MACRON ET « LES PAUVRES »
(Jean Goychman)

15 septembre 2018

Avec une cote de popularité en chute libre, il apparaît normal que notre président tente de colmater la brèche qui vide son réservoir électoral à une vitesse croissante. Pensant, peut-être avec raison, que le qualificatif « président des riches » attribué par les médias pouvait être la cause principale de cette impopularité,Lire la suite

MACRON PRÉSIDENT : LE DEAL AVEC ROTHSCHILD (L’Imprécateur)

MACRON PRÉSIDENT : LE DEAL AVEC ROTHSCHILD
(L’Imprécateur)

23 septembre 2018

Pour bien comprendre où se trouve l’anomalie entre le niveau déclaré et le niveau réel de la fortune du président Macron, il faut partir du moment où cette richesse lui est tombée du ciel par la grâce de l’un des plus anciens et des plus prospères établissements financiers du monde :Lire la suite

Planisphère et connexions symbole du réseau

LE RETOUR DES ÉTATS-NATIONS
(Jean Goychman)

23 septembre 2018

Nous vivons une période historique, même si beaucoup d’entre-nous n’en ont pas la conscience. Le monde de l’après seconde guerre mondiale est en profond bouleversement. Les institutions humaines, dont le fonctionnement répond souvent au besoin de remédier aux cataclysmes qui n’ont pas été évités, ont toujours eu du mal àLire la suite

ALGÉRIE + REPENTANCE = TRAHISON Lettre ouverte au Président de la République (Éric de Verdelhan)

ALGÉRIE + REPENTANCE = TRAHISON
Lettre ouverte au Président de la République
(Éric de Verdelhan)

19 septembre 2018

« Je n’aurais pas d’horreur de la trahison si elle était faite pour me rendre maître du monde. » Fénelon : « Le jeune Pompée et Ménas » (1712)   « Monsieur le Président, « La citation en entête de cette lettre pourrait être de vous tant on vous sait capable de toutes les bassesses, de toutesLire la suite