POLLUTION VOITURES
(L’Imprécateur)

Share Button

Pour ce qui est des limitations dites « de vitesse », un article sur Contrepoints dit qu’elles devraient être nommées « limitations de lenteur » [1]. Elles sont trop basses, inadaptées aux conditions actuelles de la circulation et au niveau technique et sécuritaire très élevé atteint par les voitures et les camions modernes. Les statistiques de la prévention routière montrent que le nombre de morts sur routes est dû à l’alcool, surtout les nuits de week-end, et sur autoroutes celui par « somnolence » ou « endormissement » est très supérieur à celui des morts par dépassements de la vitesse autorisée, décision administrative à forte cause fiscale, qui n’a rien à voir avec la « vitesse excessive », c’est-à-dire une vitesse inadaptée aux conditions de la circulation.

De plus, si l’on tient compte du nombre de kilomètres parcourus et du nombre de conducteurs, la moto et le vélo sont bien plus dangereux que la voiture privée. Et la ville plus dangereuse que la route et a fortiori l’autoroute. Voici un tableau qui vient tordre le coup à certains clichés …

Les pouvoirs publics et les associations subventionnées mettent uniquement en cause la vitesse, mais c’est justement sur les sections où l’on peut rouler le plus vite qu’il y a le moins de morts. Les Allemands l’ont compris, qui laissent la vitesse libre sur autoroutes et ont moins de morts qu’en France. Mais en France, les considérations budgétaires sont prioritaires sur la sécurité « Il semble que le budget soit plus mis dans les nouveaux radars que dans la réfection d’emplacements dangereux où il y a déjà eu moult accidents… Refaire un carrefour dangereux est plus coûteux qu’un radar et cela ne rapporte rien (à part des vies sauvées !). Et puis politiquement, ça marche un peu mieux. Le renouvellement constant du parc automobile, et donc la hausse moyenne de la sécurité de nos voitures fait baisser le nombre de morts. Il y a chaque année environ 3% de voitures peu sûres (0 étoile au crash-test) qui partent à la casse et sont remplacées par des voitures neuves dont la résistance est bien supérieure. Ce qui veut dire que chaque année le pourcentage de risque de mortalité est en baisse. Ne dites pas ça au gouvernement car il risque de ne pas apprécier car ils préfèrent dire que « ce sont les radars qui sauvent les vies ».

Les pouvoirs publics font preuve d’un cafouillage verbal, utilisation de mots inappropriés (confusion volontaire entre vitesse excessive et vitesse illégale), doublé d’un cafouillage sur les causes accidentogènes, statistiques délibérément mal interprétées, souvent dans un but financier – les radars – l’automobiliste étant le racketté idéal, et économique, limiter la consommation de carburant. La limitation de vitesse à 130 a été inventée non pour la sécurité mais pendant la première crise pétrolière.

[cliquez sur l’image pour visionner la vidéo]

C’est le progrès technique qui fait la sécurité, pas les radars

Même erreur avec la délirante campagne actuelle de dénigrement des Diesel au profit des véhicules à essence devenus subitement moins pollueurs par une décision politique : les statistiques montrent que la pollution par le CO2 des véhicules qui décroissait depuis 23 ans grâce aux énormes progrès techniques réalisés sur les moteurs Diesel, est repartie à la hausse à cause des derniers moteurs à essence à injection directe qui, non seulement produisent plus de CO2 que les Diesel à puissance égale, mais aussi plus de particules fines. Au point qu’un projet administratif envisage d’obliger les constructeurs à équiper leurs voitures à essence de filtres à particules, y compris les hybrides qui, certes, ne consomment pas de carburant sur quelques dizaines des premiers kilomètres, mais en consomment autant que les autres au-delà, notamment sur autoroutes.

AAAData, spécialiste de la donnée automobile en France, constate que « Après une baisse continue des émissions de CO2 pendant 23 ans, la pollution atmosphérique des véhicules est repartie à la hausse en 2017. En cause, l’augmentation du nombre de véhicules à essence qui émettent plus de CO2… Dans le sillage du « dieselgate », les consommateurs ont acheté davantage de voitures à essence ».

Si l’on ajoute à cela la fiscalité sur le gazole qui augmente et continuera à augmenter « chaque année pendant 4 ans » a annoncé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire en septembre dernier, les ventes de véhicules Diesel ont chuté. « En 2012, ces ventes représentaient 72% du marché. 5 ans plus tard, elles n’étaient plus que 47,3%, selon les chiffres du Comité de Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA). Une mauvaise nouvelle pour les émissions de CO2« .

La propagande gouvernementale veut faire croire que cela est compensé par la diminution des particules fines, mais cela est faux aussi. Les moteurs essence à injection directe, très à la mode, en produisent bien plus (jusqu’à 20 fois sur la Mégane et la Hyundai i30) que les moteurs diésel équipés de filtres qui en éliminent plus de 99%.

« On est coincé entre la peste et le choléra », reconnaît auprès de Le Parisien Jean Thévenom, responsable du réseau Transports et Mobilités durables de l’association France Nature Environnement.

Le comportement est un facteur essentiel de la sécurité

En réalité, le gouvernement est parfaitement conscient de la pollution supérieure des moteurs à essence. C’est la raison pour laquelle il pousse à la voiture électrique. Mais si le marché de celle-ci se développe aussi peu, c’est que la voiture électrique est totalement incapable de longues distances en un temps raisonnable, et surtout, que les constructeurs trichent énormément en réalisant en laboratoire des mesures « sur rouleaux » à vitesse constante et réduite pour annoncer des distances parcourues qui sont souvent le double de ce qu’il est possible de réaliser sur route. On nous dit que des progrès sont en cours, notamment avec de nouvelles batteries au graphène, mais le kilo de graphène coûte un prix astronomique et le graphène, c’est… du carbone !

Sans compter que si les batteries électriques (presque toutes de provenance chinoise) ne polluent pas quand elles fonctionnent, elles polluent beaucoup avant par leur fabrication et les métaux rares qu’elles nécessitent, et après aussi, quand il faut tenter de les recycler. Si bien que leur bilan-pollution ne devient neutre qu’au-delà de plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, 100.000 pour les plus puissantes comme celles des Tesla américaines qui peuvent réellement dépasser les 400 km d’autonomie (pour 600 annoncés) mais ont besoin de presque douze heures pour une recharge complète.

Cette hausse du CO2 inquiète l’OMM : « La concentration de CO2 dans l’atmosphère représente 145% de ce qu’elle était avant 1750 et la révolution industrielle » annonce l’Organisation Météorologique Mondiale. Pourquoi choisir 1750 comme date de référence ? Parce que c’est le pic du « Petit âge glaciaire » qui a refroidi la Terre du XIVème à la fin du XIXème siècle approximativement, après des XIème et XIIème siècles très chauds, plus chaud qu’aujourd’hui, avec plus de CO2 pendant la période chaude, et moins en 1750. « 1750 » permet donc de « valoriser » la hausse du CO2. « Au XIème siècle, les oliviers poussaient dans la Sarthe et la vigne en Angleterre, et la Sarthe était à sec en été » (Emmanuel Le Roy-Ladurie, Histoire du climat depuis l’an mil).

On voit que le climat est une alternance permanente entre des périodes froides et chaudes, même entre les variations plus importantes de 10.000 ans en moyenne pour les périodes durablement chaudes et 100.000 ans pour les périodes durablement froides comme la grande glaciation de Würm dont l’on voit la fin sur la gauche du schéma.

L’OMM ne nie pas ce fait d’ailleurs, mais prend comme exemple « La dernière fois que la Terre a connu une teneur en CO2 comparable, c’était il y a trois à cinq millions d’années : la température était de 2 à 3°C plus élevée et le niveau de la mer était supérieur de 10 à 20 mètres par rapport au niveau actuel », en raison de la fonte des nappes glaciaires, a rappelé l’agence de l’ONU dans son bulletin annuel sur les gaz à effet de serre. Combien de voitures et d’activité industrielle il y a 3 à 5 millions d’années ?

Surtout quand l’OMM ajoute que cette « montée en flèche » (actuelle) du niveau de CO2 est due à « la conjonction des activités humaines et d’un puissant épisode El Niño » (on ne doit pas tenir compte des variations du soleil ni des paramètres de Milanković ?). El Niño est un phénomène climatique qui apparaît tous les 4 ou 5 ans et se traduit par un transfert massif d’eau chaude d’ouest (Papouasie) en est (Chili) provoquant une hausse de la température de l’Océan Pacifique, ce qui provoque dans le monde des sécheresses et de fortes précipitations.

À combien de 0,000X% faut-il attribuer la production de CO2 des voitures ? Sachant que la teneur totale en CO2 de l’atmosphère est de 400 parties par million (en 2015), soit 0,0004% ?

« Les générations à venir hériteront d’une planète nettement moins hospitalière » affirme Peteri Taalas, secrétaire général de l’OMM chargé de préserver à tout prix le mythe du réchauffement climatique d’origine anthropique, et ce, en dépit des archives climatiques et archéologiques qui montrent que toutes les périodes de réchauffement ont été favorables à la flore et à la faune mondiale. Pourquoi, s’il en survient une, ne serait-elle pas favorable aux hommes, comme le constatent déjà les Sibériens et les Alaskiens qui voient repousser les arbres dans la toundra ?

Curieusement, jamais aucune organisation ni aucun homme politique n’évoque le seul vrai risque pour le climat et l’humanité : la démographie mondiale qui s’emballe depuis un siècle, contrairement à toutes les règles écologiques. Mais pourquoi autant de fake news dans la presse mondiale sur les voitures et le climat ? Le blog Délit d’images pense avoir la réponse : « la fréquence des bobards démontre que les médias ont changé de nature en Occident : ils ne sont plus un contre-pouvoir, mais au contraire un instrument du pouvoir, un pouvoir au service du pouvoir ».

 

L’Imprécateur
17/03/2018

 

[1] https://www.contrepoints.org/2018/03/14/311684-limitation-a-80-km-h-le-probleme-nest-pas-la-vitesse-mais-la-lenteur



 

Share Button
 

7 Commentaires

  1. Essayez de convaincre un religieux fanatique, genre imam, que Dieu n’existe pas. Imaginez qu’en plus, il gagne 10.000€ par fidèle attaché à sa boutique et qu’il ne restera imam que si ses fidèles y consentent. Vous n’en ferez JAMAIS un apostat. JAMAIS !
    Il en va de même de nos décideurs réchauffistes : ils sont profondément convaincus de leur connerie de réchauffement anthropique, ça leur rapporte un fric fou et en plus, tous les abrutis stupides qui subissent les conséquences de cette idéologie de cinglés votent pour eux. Ils devront pourtant, tôt ou tard, affronter la réalité :
    1°) l’exploitation des minerais nécessaires à la technologie automobile électrique est entrain de ruiner l’environnement de l’Afrique et c’est LIBÉ qui le dit (http://www.liberation.fr/planete/2018/02/01/metaux-rares-un-vehicule-electrique-genere-presque-autant-de-carbone-qu-un-diesel_1625375) ;
    2°) Le seul moteur au point actuellement est le moteur à piston à cycle de Beau de Rochas et ses dérivés Diesel 2 temps et rotatif ;
    3°) Le seul combustible inépuisable sur terre, bien moins dangereux que l’essence ou le GNV en cas d’accident et qui, en plus, ne pollue pas en brûlant est l’hydrogène.

     
  2. La seule fabrication des batteries pour la voiture tout électrique Tesla revient à émettre l’équivalent de 8 années de CO2 de l’équivalent d’un moteur essence.

    Concernant le CO2 dans le passé :
    https://web.archive.org/web/20091027050237/http://ff.org/centers/csspp/library/co2weekly/2005-08-18/dioxide_files/image002.gif

    La démographie mondiale n’est pas un problème puisque celle-ci devrait être à un maximum d’ici quelques dizaines d’années avant une décroissance (vu la pollution de l’environnement rendant les mâles de plus en plus infertiles).

    Accélération inquiétante du vieillissement de la population
    https://www.youtube.com/embed/Z_B0JNgCDSU

    Comme chacun pourra le vérifier, malgré la hausse de la démographie, il y a de moins en moins de personnes souffrant de famine sur terre. La démographie est un argument massivement utilisé par les extrémistes écolo WWF etc… Un argument également utilisé par des industriels qui voient dans une alimentation à base d’insectes de gros profits au risque de faire avaler à la population plus de perturbateurs endocriniens au travers de pesticides etc… (il faudra aussi condamner des terres agricoles et des cultures de blés etc… réservés aux insectes alors que les ovins ou bovins ne mangent que de l’herbe ! (La solution résiderait à ne plus produire au-delà de la demande réelle et ne plus gaspiller ni faire de sélections esthétiques des produits dans un but lucratif)

    http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/31/89/29/Etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes/Etude-sur-la-nature-des-mouvements-ecologistes.pdf

     
  3. Claude Roland dit :

    La cause des accidents de la route est en partie due à la survitesse sur des routes inadaptées, par des gens qui ne savent pas maîtriser leur véhicule par manque de connaissances en physique.
    Puis, il y a l’alcoolisme et les drogues qui rendent les crétins encore plus inaptes à la conduite. Mais il y a aussi l’état des routes qui se dégrade. D’abord parce que le pays n’a plus de fric et tout part en vrille, et parce que la corruption et la malhonnêteté de nombreuses entreprises fait que lors de la construction des routes, des magouilles pourrissent le produit.
    Un ami président de prud’homme me disait que si on faisait des carottage pour vérifier la qualité des revêtements, on serait désagréablement surpris. Les matériaux nobles posés sur les bases de tout-venant sont d’épaisseur maigre quasiment partout. D’où le défoncement rapide par les intempéries. Et les réparations sont tout aussi chiches et mal faites. Alors, plutôt que de faire des réparations de qualité et des routes de qualité, on préfère forcer les gens à rouler comme des voitures à cheval. Et bientôt, on aura que ça, d’ailleurs…
    Et comme les gens râlent mais finalement se soumettent… Pourquoi s’arrêteraient-ils de nous faire ch. ?

     
    • Joli résumé de la situation, tout est dit.
      J’aurais juste insisté sur l’incompétence, l’irresponsabilité et l’inconscience de ces dangers publics que sont ces prétendus « conducteurs », dans leur écrasante majorité.
      « …les gens râlent mais finalement se soumettent… ».
      Les deux guerres mondiales ont aussi servi à détruire l’esprit combatif transgénérationnel dans ce pays.

      Merci à vous.

       
    • Vous avez raison, on râle mais c’est tout et finalement « ILS » continuent de nous faire chier !
      2 exemples :
      Il y a quelques années dans ma région, un automobiliste bien courroucé et pas fainéant a décidé de cramer des radars. Hurlements de tous les pro-lenteur et ricanements des conducteurs. Sauf que, des conducteurs le voyant faire l’ont dénoncé et fait pincer par la maréchaussée…

      Bien avant, dans une autre région où je travaillais, un maire et son conseil avaient décidé un plan de circulation assorti de grosses buses de béton pour contraindre les automobilistes. Chambard dans le village où ils faisaient chier automobilistes et commerçants.
      Une nuit, munis d’un tractopelle, quelques résistants ont déplacé toutes les buses de béton pour les déposer devant la mairie…
      Là, ils ont compris que s’il y revenaient, l’étape suivante serait plus saignante.

       
      • Votre premier exemple est aussi symptomatique de la société française que révélateur. Notre peuple est certes parfois courageux, inventif, élégant, mais sa propension à la délation est un bémol en acier trempé…

         

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

DEGUELDRE : LE 6 JUILLET 1962, ON A FUSILLÉ L’HONNEUR (Éric de Verdelhan)

DEGUELDRE :
LE 6 JUILLET 1962,
ON A FUSILLÉ L’HONNEUR
(Éric de Verdelhan)

4 juillet 2018
 

 Aujourd’hui, ayons une pensée pour l’un des plus ardents défenseurs de l’Algérie française : le lieutenant Roger Degueldre, fusillé le 6 juillet 1962. Chef des « Commandos Delta » de l’OAS, poursuivi par toutes les polices, sa tête mise à prix, il a été trahi et arrêté le 7 avril 1962. Et pendantLire la suite

DEGUELDRE : LE 6 JUILLET 1962, ON A FUSILLÉ L’HONNEUR (Éric de Verdelhan)

DEGUELDRE :
LE 6 JUILLET 1962,
ON A FUSILLÉ L’HONNEUR
(Éric de Verdelhan)

4 juillet 2018
 

 Aujourd’hui, ayons une pensée pour l’un des plus ardents défenseurs de l’Algérie française : le lieutenant Roger Degueldre, fusillé le 6 juillet 1962. Chef des « Commandos Delta » de l’OAS, poursuivi par toutes les polices, sa tête mise à prix, il a été trahi et arrêté le 7 avril 1962. Et pendantLire la suite

HONNI SOIT QUI MALI PENSE ! (bis) (L’Imprécateur)

HONNI SOIT QUI MALI PENSE ! (bis)
(L’Imprécateur)

2 juin 2018
 

 Plus je regarde les vidéos de Mamoudou-Super-Migrant, plus je suis perplexe. Il y a d’abord l’anomalie du positionnement de l’enfant visible sur cette photo : Première photo, Mamoudou arrive au troisième étage. Au quatrième, l’enfant de quatre ans est à un mètre du voisin. Il a la pointe des piedsLire la suite

SUPPRESSION DU MOT « RACE » DANS LA CONSTITUTION : LA FAUSSE BONNE IDEE (L’Imprécateur)

SUPPRESSION DU MOT « RACE » DANS LA CONSTITUTION :
LA FAUSSE BONNE IDEE
(L’Imprécateur)

18 juillet 2018
 

 Le principe (pervers) est bien connu. Quand on ne peut plus (ou qu’on ne veut plus) diriger un pays en prenant les décisions qui s’imposent pour sa sécurité et son développement économique et social, on s’occupe d’autre chose, autant pour détourner l’attention du peuple que pour détruire ce qui reste de sonLire la suite

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ? ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ? (Marc Le Stahler)

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ?
ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ?
(Marc Le Stahler)

18 juillet 2018
 

  La « fête » est finie. Tant mieux, ça commençait à bien faire. Elle se termine dans un fatras nauséeux et confus de 14 juillet, de finale de foot, de casseurs d’autant plus violents qu’ils restent impunis et de médias de plus en plus béats, subjugués par ce ballon-qui-rend-fou et l’idéologie mortifère du « vivre-ensemble »,Lire la suite

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ? ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ? (Marc Le Stahler)

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ?
ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ?
(Marc Le Stahler)

18 juillet 2018
 

  La « fête » est finie. Tant mieux, ça commençait à bien faire. Elle se termine dans un fatras nauséeux et confus de 14 juillet, de finale de foot, de casseurs d’autant plus violents qu’ils restent impunis et de médias de plus en plus béats, subjugués par ce ballon-qui-rend-fou et l’idéologie mortifère du « vivre-ensemble »,Lire la suite

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018
 

 Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite