LES RÉFORMETTES DE MACRON
(L’Imprécateur)

Share Button

Quand Macron apprendra-t-il donc à faire une réforme, une « vraie » ? Pas des réformettes faites à la va-vite, sans réflexion sérieuse et consultations réelles, en trompe l’œil, qui se terminent toujours par « de toute façon, c’est moi et moi seul qui décide ».

Beaucoup d’agitation et de bla-bla, des annonces fracassantes sur « tout va changer dans ce monde nouveau », pour finalement aboutir à ce que rien ne change, sinon que tous les intéressés sont mécontents et que l’anti-macronisme progresse tous les jours, avec le sentiment que son incompétence est bien à la hauteur de ce qu’en on dit ceux qui, lucides, l’ont constaté dès son entrée en campagne. Sur ce blog même, j’ai écrit, dès le départ, que son intelligence n’est pas « complexe » comme il le prétend pour justifier ses erreurs de jugement, son manque de vision à long terme, ses hésitations et ses contradictions, mais tout simplement brouillonne.

C’est avant tout une question de méthode. Le tir en rafale de « réformes » qui n’en sont pas, semble n’être fait que pour occuper l’espace médiatique et a pour résultat de fâcher successivement tous les corps de métiers touchés, chacun se demandant « pourquoi nous et pas les autres ? » et la réforme est aussitôt considérée comme injuste. Voyez les cheminots, maintenant les juges, les étudiants, les élus… Non que toutes les réformes soient mauvaises, loin de là, mais toutes sont annoncées sans préparation de l’opinion à les comprendre avant d’avoir à les accueillir, et personne ne voit ce qu’elles changent sur le fond hormis quelques aménagements techniques et quelques profits pour le gouvernement.

Et quand ce n’est pas un corps de métier qui est concerné, c’est pire, puisque c’est la grande majorité des Français.

Prenez la loi « Asile et Immigration ». La presse et les Français n’en ont retenu que deux choses : la durée du temps d’étude des dossiers des migrants va être réduite et leur nombre va augmenter du fait de l’extension du regroupement familial aux frères et sœurs des mineurs isolés (donc plus de gamins à prendre en charge pendant des années) que les grands-frères déjà sur place ne demandent pas, n’ayant aucune envie d’avoir leurs petits-frères-et-sœurs dans les jambes et à charge.

La prolongation de la durée de la rétention administrative de 45 à 90 jours ne changera rien tant que le préfet n’aura que 48 heures pour décider de la dangerosité du migrant et de la nécessité de son rapatriement. Le juge des libertés qui prend la décision finale le fera toujours selon son sentiment intime, autrement dit, s’il est de gauche, le migrant restera, même s’il doit être à vie une charge coûteuse pour la société française.

Rien sur le contrôle aux frontières, rien sur les mariages blancs, rien sur le droit du sol qui est entrain de tuer Mayotte, rien sur les pratiques religieuses inhumaines comme l’excision, rien sur le contrôle des droits aux prestations sociales que les nationaux ont du mal à obtenir… Rien, en somme, pour rassurer les Français et les Européens sur le sentiment qu’ils ont d’être envahis par des parasites et que les migrants sont avant tout des colons venus pour piller les richesses du pays.

Le gros défaut des réformes de Macron est qu’elles ne touchent pas au cœur des problèmes. Quand les Français souhaitaient une réforme de la fiscalité, ce n’était pas pour avoir le prélèvement à la source qui n’avantage que la trésorerie du gouvernement, mais pour avoir une réforme « de type Trump » qui a provoqué une simplification des procédures fiscales, une baisse des impôts, une reprise forte et rapide de l’économie et la chute du chômage qui frôle en moins d’un an le plein emploi. Et quand la réforme se traduit pas une augmentation des impôts, excepté pour les fortunes mobilières (actions et obligations), ils voient d’un mauvais œil que les élus votent une augmentation de taxe, comme la CSG et votent « en même temps » vite et discrètement l’article de la loi qui les en exonèrera et eux seuls.

Le train de vie de l’État… va trop vite !

Les Français sont aussi d’accord pour réduire le train de vie de l’État, et de ce côté-là rien n’est fait, à part la réduction envisagée du nombre des élus et une petite part de proportionnelle qui arrange Macron pour les prochaines élections. Au contraire, l’État dépense toujours plus en spéculant sur le fait que la forte reprise économique européenne entraine une faible reprise en France et en conséquence une amélioration des recettes fiscales qui fera que cette hausse des dépenses passera inaperçue.

Les réformes Macron paraissent fortes, mais ce n’est qu’une apparence, elles sont en réalité modestes et cafouilleuses, n’apportant pas les améliorations espérées et par-contre un fort mécontentement.

Dans Contrepoints, Claude Robert établit un parallèle avec Hollande devenu impopulaire parce qu’il parlait beaucoup et tenait souvent un double-discours pour finalement ne rien faire. Macron, de s’agiter et parler encore plus pour arriver au même résultat parce que ses réformes n’ont pas été suffisamment réfléchies, arrivent trop vie et en trop grand nombre, et « possèdent les côtés désagréables sans en avoir les avantages », donnant l’impression d’un matraquage publicitaire pour des produits insatisfaisants à tous points de vue, dont certaines ne sont que pénalisantes pour aucun bénéfice. Comme la limitation à 80 km/h dont le seul bénéfice est pour l’État qui se dispense ainsi des frais de la rénovation, ou tout simplement de l’entretien d’un réseau routier dont tout un chacun peut constater qu’il est dans un état déplorable.

La réforme du droit du travail ne porte que sur des détails qui n’intéressent personne excepté la minorité qui en souffre. Ce qui aurait été accepté par la grande majorité des Français, c’est une réforme qui aurait remédié aux inégalités inacceptables entre le public et le privé. Tout le reste, c’est beaucoup de bruit pour presque rien.

C’est une erreur de s’en prendre aux seuls cheminots avant d’avoir réformé le statut syndical qui est totalement obsolète en France et le statut de la fonction publique qui apparaît de plus en plus ouvertement pour ce qu’il est : un statut profondément inégalitaire que les intéressés se sont votés eux-mêmes, comme ces hauts fonctionnaires des Finances et du Budget le font depuis des dizaines d’années. Ces deux réformes sont le fondement de toutes les autres et ne sont pas entreprises alors qu’elles recevraient l’assentiment de la majorité des Français. Elles mériteraient six mois de travail assidu du gouvernement. Toutes les autres réformes en couleraient de source ensuite.

Annoncer une réforme fiscale qui n’avantage que les plus riches et se traduit par 8 taxes supplémentaires est d’une absurdité toute énarchienne.

Ne pas baisser fortement le train de vie de l’État pour le ramener dans la moyenne européenne et permettre une réduction de la dette colossale de la France et le retour à des budgets équilibrés, est considéré par les Français comme une faute économique grave.

Ne pas réformer la gouvernance des grandes entreprises d’État presque toutes déficitaires et s’en prendre aux employés qui n’ont parfois commis de faute qu’en abusant, comme à la SNCF, de la faiblesse et de l’incompétence de dirigeants comme Peppy ou, comme chez Areva, Anne Lauvergeon, a pour effet que les Français se plaignent des désagréments que leur cause la grève, mais comprennent aussi que l’État ne fait pas son travail en ne réformant pas la tête de l’entreprise. Seulement, c’est évidemment difficile. Où recaser les incompétents quand ils sont peut-être de la même promotion que vous et, de toute façon, hauts fonctionnaires qu’il est illégal de jeter comme ils devraient l’être ?

 

L’Imprécateur
06/03/2018



 

Share Button
LES RÉFORMETTES DE MACRON
(L’Imprécateur)
Évaluez ce billet!

4 Commentaires

  1. Claude Roland dit :

    Je rajouterai qu’en fait, le sentiment dominant dans ce pays est l’égoïsme. Chacun (ou presque) ne pense qu’à sa gueule, ses avantages et son petit confort et ne semble pas s’apercevoir du naufrage de ce pays qui prend des proportions gravissimes. Les gens ne savent pas et ne veulent pas comprendre qu’ils peuvent tout perdre du jour au lendemain si le chaos nihiliste démarre ; et la seule question est « quand ? ». Tout le monde attend de rejouer (comme à la loterie) aux prochaines élections comme si le monde était en paix générale et prospérité partout. On se drogue au déni comme avec des tas de choses (médias mainstream, cannabis, etc.), et on se dit que tout ira mieux demain… C’est hallucinant ! C’est zombie land.
    En tous cas, d’élections en élections, les Français ne vont que d’erreurs en erreurs, mais pas de souci ! Tout va bien dans le meilleur des mondes, la souffrance des autres, on s’en tape, la subversion du pays, on s’en tape. Chacun ne voit que midi à sa porte et se fiche de ce qu’il se passe à côté, comme si ça ne fera pas tâche d’huile ! On va vraiment droit dans le mur en béton armé densité militaire, et on est heureux comme Simplet.

  2. Claude Roland dit :

    Excellent résumé de situation. Mais depuis des décennies, les Français subissent en râlant les incompétences et auto-arrangements de nos politiciens, mais sans plus. Ils élisent en fonction des rêves dispensés, mais c’est tout. Chien qui aboie ne mord pas. Les Français sont une peuple soumis et nos ennemis le savent bien…tout comme nos politiciens parasites. La France est exsangue, couverte de tiques.
    Le noeud gordien de ce pays est les syndicats et leurs subventionement par l’Etat. Ils sont les vestiges résistants du communisme qui englue les économies. Nous sommes au 21ème siècle pourtant ! Et ces gus pensent comme au 19ème siècle. Faire des réformes ? Mais cela prend un temps fou car il faut palabrer des mois !
    Quant à Micron 1er, c’est un autre zébulon que Sarko. Quant on voit comment fonctionne la France, on se demande pourquoi on a viré la royauté puisqu’elle est imitée !
    Bref, tout ceci donne au peuple français une image de fifres gouvernés par des branquignoles (ou des branquignolettes pour certains…). Crédibilité internationale : – 20.

  3. Une autre manière de réformer la Police :
    http://www.fdesouche.com/983469-police-le-vivre-ensemble-au-programme-du-concours-de-gardien-de-la-paix-du-05-04-2018

    Un torche-cul signé « Charles Rojzman ». Faut-il s’en étonner ?
    Nul doute que les réponses vont sélectionner les candidats, dans un concours truqué, comme le reste.
    La France s’enfonce inexorablement.
    Quand j’entends certains attentistes se projeter dans l’élection 2022… Que restera-t-il de la France en 2022 ?

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BATACLAN : CE N’EST QU’UN DÉBUT, LE COMBAT CONTINUE ! (Marc Le Stahler)

BATACLAN : CE N’EST QU’UN DÉBUT,
LE COMBAT CONTINUE !
(Marc Le Stahler)

21 septembre 2018

« L’UNION FAIT LA FORCE »   LES « CONCERTS DE LA HONTE » DU RAPEUR ISLAMISTE MÉDINE PROGRAMMÉS AU BATACLAN LES 19 ET 20 OCTOBRE SONT ANNULÉS ! Journalistes, politiciens collaborationnistes et médias menteurs s’organisent déjà pour évoquer un signe d’apaisement vis-à-vis de la « polémique » qui se serait installée,Lire la suite

BATACLAN : À « J − 28 » VICTOIRE ! (Luc Sommeyre)

BATACLAN : À « J − 28 »
VICTOIRE !
(Luc Sommeyre)

21 septembre 2018

LE CONCERT DU RAPPEUR ISLAMISTE MÉDINE N’AURA PAS LIEU AU BATACLAN LE 19 OCTOBRE COMME « ILS » L’AVAIENT PRÉVU Grâce à l’immense levée des boucliers de France, grâce à la mobilisation des familles des victimes, des médias et associations patriotes (CCP du général Christian Piquemal, VPF du général Antoine Martinez, LIGUELire la suite

MACRON ET « LES PAUVRES » (Jean Goychman)

MACRON ET « LES PAUVRES »
(Jean Goychman)

15 septembre 2018

Avec une cote de popularité en chute libre, il apparaît normal que notre président tente de colmater la brèche qui vide son réservoir électoral à une vitesse croissante. Pensant, peut-être avec raison, que le qualificatif « président des riches » attribué par les médias pouvait être la cause principale de cette impopularité,Lire la suite

MACRON ET « LES PAUVRES » (Jean Goychman)

MACRON ET « LES PAUVRES »
(Jean Goychman)

15 septembre 2018

Avec une cote de popularité en chute libre, il apparaît normal que notre président tente de colmater la brèche qui vide son réservoir électoral à une vitesse croissante. Pensant, peut-être avec raison, que le qualificatif « président des riches » attribué par les médias pouvait être la cause principale de cette impopularité,Lire la suite

MACRON PRÉSIDENT : LE DEAL AVEC ROTHSCHILD (L’Imprécateur)

MACRON PRÉSIDENT : LE DEAL AVEC ROTHSCHILD
(L’Imprécateur)

23 septembre 2018

Pour bien comprendre où se trouve l’anomalie entre le niveau déclaré et le niveau réel de la fortune du président Macron, il faut partir du moment où cette richesse lui est tombée du ciel par la grâce de l’un des plus anciens et des plus prospères établissements financiers du monde :Lire la suite

Planisphère et connexions symbole du réseau

LE RETOUR DES ÉTATS-NATIONS
(Jean Goychman)

23 septembre 2018

Nous vivons une période historique, même si beaucoup d’entre-nous n’en ont pas la conscience. Le monde de l’après seconde guerre mondiale est en profond bouleversement. Les institutions humaines, dont le fonctionnement répond souvent au besoin de remédier aux cataclysmes qui n’ont pas été évités, ont toujours eu du mal àLire la suite

ALGÉRIE + REPENTANCE = TRAHISON Lettre ouverte au Président de la République (Éric de Verdelhan)

ALGÉRIE + REPENTANCE = TRAHISON
Lettre ouverte au Président de la République
(Éric de Verdelhan)

19 septembre 2018

« Je n’aurais pas d’horreur de la trahison si elle était faite pour me rendre maître du monde. » Fénelon : « Le jeune Pompée et Ménas » (1712)   « Monsieur le Président, « La citation en entête de cette lettre pourrait être de vous tant on vous sait capable de toutes les bassesses, de toutesLire la suite