« LA QUESTION JUIVE »
(L’Imprécateur)

« 2018 » bicentenaire de la naissance de Karl Marx que l’on ne devrait ni fêter, ni célébrer. Il est à l’origine du socialisme et du communisme, l’une des idéologies sociales et humaines les plus criminelles que l’humanité ait connue, chiffrée entre 80 et cent millions de morts.

Curieusement, personne ne conteste sérieusement ce bilan du communisme. La polémique actuelle porte, à l’occasion de ce bicentenaire, sur l’antisémitisme de Marx dénoncé par les uns, nié par les autres. Il serait pour les premiers à l’origine de l’antisémitisme des soviétiques, puis des nazis et enfin des musulmans. Les seconds soutiennent au contraire que Marx aimait les juifs et s’il les a vertement critiqués, c’est pour les sauver du capitalisme et de l’argent.

marx-1843-question-juive

Tout part de La Question Juive [1], un pamphlet que Marx écrit pour répondre à Bruno Bauer, un philosophe du début du XIXème siècle. Pour Bauer, le juif « est l’argent », il en découle que le juif « est le capital » et que pour combattre le capitalisme, il faut commencer par supprimer sa cause : le juif [2].

Marx répond que ce n’est pas le juif en soi qui est le symbole du capitalisme, mais sa religion, le judaïsme. La nuance est importante et de même nature que celle qui « nous », je parle ici de l’esprit Minurne, nous fait distinguer l’islam de l’Arabe. Toute religion peut être analysée et critiquée, c’est un droit constitutionnel dont ne se privent pas, jusqu’à en abuser, les tenants du laïcisme quand ils parlent de la religion chrétienne mais, par racisme intrinsèque uniquement d’elle.

Si l’on trouve des défauts à une religion, ceux qui la pratiquent n’en sont pas responsables en tant qu’hommes, excepté peut-être à un niveau hiérarchique élevé. Les Occidentaux, généralement chrétiens, ne sont pas responsables des excès de l’Inquisition ; les juifs, généralement de religion juive, ne sont pas responsables du capitalisme parce qu’ils sont souvent plus doués que les autres pour manipuler l’argent (et les mathématiques) ; et les Arabes, généralement musulmans, ne sont pas responsables des crimes de l’islamisme. Le philosophe libéral Jean-François Revel est de cet avis, il parle de « l’antijudaïsme » de Marx, pas de son antisémitisme.

Cela dit, Revel dénonce non seulement les termes très insultants que Marx utilise pour parler des juifs, mais aussi le fait que l’antijudaïsme marxiste a pesé lourdement sur les théories des mouvements révolutionnaires à l’encontre des juifs.

L’ex-communiste André Senik [3] va plus loin dans le même esprit, il considère que de La Question Juive découle l’image « répugnante » du juif sous-jacente à toutes les constructions politiques totalitaires soutenant que l’émancipation humaine n’est possible que par la suppression du juif et que cela est la cause de l’effondrement du communisme.

Senik est aussi l’un des rares critiques de Marx à souligner qu’il y a dans La Question Juive quelques pages qui démolissent la théorie, les principes et les « valeurs » des Droits de l’Homme et du Citoyen que les politiciens français, surtout ceux de gauche, encensent. Un autre auteur [4] cite Marx : « Avant tout, nous constatons que ce que l’on appelle les « droits de l’homme », les droits de l’homme distingués des droits du citoyen, ne sont autres que les droits du membre de la société civile, c’est-à-dire de l’homme égoïste, de l’homme séparé de l’homme et de la communauté. Laissons parler la constitution la plus radicale, la constitution de 1793… ».

Marx considère en effet notre Constitution qui glorifie les Droits de l’Homme et du Citoyen comme un symbole de l’hypocrisie et de l’égoïsme du libéralisme ultra qui fait de l’individu une valeur supérieure à la société et à l’État.

Plusieurs auteurs, souvent anglo-saxons, considèrent que Marx n’est pas seulement hostile à la religion juive qu’il trouve obscurantiste, mais qu’il est également profondément antisémite par sa haine viscérale du juif et dans La Question Juive lance sans le dire ouvertement un appel au génocide [5].

A contrario, Maximilien Rubel s’efforce de démontrer que juif lui-même, fils de juifs, Marx ne peut pas être antisémite. Mais, protestant par son père qui s’était converti et l’avait baptisé quand il avait six ans, il a été élevé dans la haine du judaïsme et de la bourgeoisie capitaliste juive, et ce serait cette haine que l’on retrouve dans La Question Juive, haine de la religion qu’il faudrait éradiquer pour sauver les juifs.

Mais pourquoi s’acharner ainsi sur les juifs qui, dans la société occidentale, ne sont qu’à peine 1% de la population ? Ce serait parce que la religion juive a « enjuivé » la majorité chrétienne qui, après avoir pendant des siècles stigmatisé « les déicides » qui ont crucifié le Christ, défend maintenant les juifs comme s’ils étaient ses « ancêtres » religieusement parlant (ce qui n’est pas tout à fait faux).

Admettons que l’antisémitisme de Marx soit prouvé, ou que le texte de Marx ait été mal interprété, cela peut expliquer l’antisémitisme des mouvements révolutionnaires marxistes et notamment du principal, le soviétique, qui déporta plusieurs millions de juifs en Sibérie pensant qu’ils y mourraient. Refusant de mourir, ils défrichèrent, construisirent ville, gare, écoles, créant l’état autonome de Birobidjian.

 

Mais l’antisémitisme de Marx ne peut pas être à l’origine de l’antisémitisme des musulmans envers les juifs

Celui-là a deux sources : le Coran et la renaissance d’Israël que les Arabes fraîchement islamisés pensaient avoir définitivement conquise et colonisée entre le VIIIème et le XXème siècle.

La première accusation du Coran contre les juifs est que la Torah aurait été strictement conforme au Coran à la virgule près, et que les juifs en auraient falsifié les textes par la suite, uniquement pour pouvoir vendre des textes « sacrés » différents de celui du Coran. À partir de cette accusation qui est peut-être l’un des premiers et des plus meurtriers mensonges (fake news) de l’histoire par ses conséquences, le Coran dit « Malheur à ceux qui écrivent le Livre de leur main, et qui disent ensuite, pour en retirer un faible prix : Ceci vient de Dieu » (sourate 2, verset 79). Il en découle que les juifs sont maudits, « Qu’ils (les juifs) soient maudits à cause de leurs paroles » (sourate 5, verset 64) et que « Allah a transformé en singes et en porcs ceux qu’il a maudits » (sourate 5 verset 60). D’où l’obligation coranique reprise ensuite dans plusieurs sourates de tuer les juifs.

Il semble cependant que le Coran originel ait été amputé des éléments qui gênaient les califes et que des menaces de mort contre les mécréants aient été rajoutées par des scribes ultérieurement [6].

On aimerait que les ulémas montrent des preuves historiques de l’antériorité du Coran sur la Torah et surtout qu’elle ait été à un moment donné rigoureusement identique au Coran dont la version définitive n’a été actée par l’Université al-Azar qu’au début du XXème siècle.

En admettant que la Torah soit postérieure au Coran, cela signifierait qu’Allah aurait permis que Sa parole soit copiée par « des singes et des porcs » ? Si les ulémas le pensent, pourquoi pas ? Mais si, comme l’Histoire et l’archéologie le prouvent, la Torah a précédé le Coran et si les deux textes ont été identiques, cela signifierait que Mahomet n’a pas eu besoin de l’aide de Gabriel pour connaître la parole de Dieu, il s’est contenté de recopier un exemplaire de la Torah qui lui aurait été donné par l’un des moines ou rabbins qu’il a fréquentés assidûment avant d’avoir ses premières « révélations ».

Quoi qu’il en soit, il est incontestable que le Coran et les hadiths sont très violemment antijuifs, comme l’on constaté récemment dans Le Monde 300 personnalités signataires d’une tribune contre le nouvel antisémitisme.

Au début du XXème siècle, les juifs ont réintégré leur terre ancestrale depuis près de 5.000 ans, la Palestine judaïque, que les Arabes venues de La Mecque leur avait volée en 738 ? Les juifs expulsés, ils la colonisèrent ensuite par des apports successifs d’Arabes de la péninsule, d’Égyptiens, de Bédouins, de Syriens, d’Irakiens, etc. que Gamal Abdel Nasser baptisa « palestiniens » après la guerre du Golfe pour faire croire qu’ils auraient été le peuple premier de la Palestine. Les musulmans qui avaient créé le mythe de Jérusalem troisième pilier de l’islam alors que le Coran ne mentionne le nom de Jérusalem qu’une seule fois à propos d’un rêve qu’aurait fait Mahomet, n’ont pas digéré cette défaite, pas plus qu’ils n’acceptent d’avoir perdu l’Espagne chrétienne qu’ils ont conquise et tenté de coloniser pendant sept siècles.

En se radicalisant avec le salafisme, l’islam fait croire aux musulmans modernes que le modèle que tout musulman doit suivre et imiter, c’est Mahomet, un bédouin du clan Mottalib de la tribu des Quraich qui s’est autoproclamé prophète.

Il y avait trois tribus juives à Médine, la ville où Mahomet s’était réfugié avec Aïcha, sa première femme. Il en prit rapidement le contrôle politique et militaire. Les juifs refusèrent de se convertir à l’islam. Les membres des deux premières tribus, celle des Qaynoqâ puis celle des Beni Nadir, sauvèrent leur vie en partant et en abandonnant tous leurs biens en rançon, mais 900 hommes de la troisième tribu, celle des Banu Qurayza, furent égorgés au bord d’une fosse commune, leurs femmes et les enfants furent pris ou vendus comme esclaves, Mahomet s’en réservant un quart. Ce fut le premier grand génocide de juifs de l’histoire.

Le massacre des juifs de Médine constitua l’acte fondateur invoqué pour justifier plus tard les exactions des musulmans contre les juifs. C’est celui qu’invoquent les jeunes musulmans des banlieues pour persécuter et de temps en temps tuer les juifs. Marx n’est pour rien dans ce nouvel antisémitisme, le gouvernement et la Justice qui font preuve de clémence pour ces jeunes musulmans antisémites y sont pour partie.

 

L’Imprécateur
12/05/2018

 

[1] Un grand nombre d’ouvrages portent le titre de La Question Juive, souvent sous la forme « Marx et la question juive », qui commentent le pamphlet de Marx sur les juifs ou l’influence de la thèse de Bruno Bauer sur Marx et ne citent que quelques extraits du texte original.
[2] Die Judenfrage de Bruno Bauer, livre téléchargeable (en allemand) sur ce lien : https://archive.org/details/bub_gb_gLdUAAAAcAAJ
[3] André Senik « Marx, les juifs et les droits de l’homme. À l’origine de la catastrophe communiste » (Denoël, 2011, postface de Pierre-André Taguieff).
[4] https://inventin.lautre.net/livres/Marx-La-question-Juive.pdf
[5] Robert Misrahi, « Marx et la question juive », 1972.
[6] Controverses sur l’authenticité du Coran, voir : http://la-veritable-lumiere.over-blog.com/article-la-verite-sur-le-coran-et-sur-l-alcoran-suite-117813179.html



 

 

13 Commentaires

  1. Visiblement, seuls les antisémites ont la parole, puisqu’on refuse mon message: restez entre vous et allez faire des bisous à vos frères islamistes…

     
    • Je ne vois pas ce dont vous parlez, Monsieur.
      Il est extrêmement rare que des commentaires soient jugés « indésirables » de quelque opinion dont ils soient porteurs, hormis les attaques ad hominem, ce qui ne semble pas être votre cas.
      Quant à nos « frères islamistes », vous vous égarez un peu, non ?

       
      • Si mon commentaire, noté comme en attente, a « sauté » par le fait d’un simple problème technique, je veux bien présenté des excuses. Mais je note une étonnante prolifération de clichés antisémites, comme chez les islamistes. Les juifs et l’argent, les juifs et le pouvoir et même les juifs qui seraient à mettre dans le même panier que les islamistes à cause de certains passages de la Thora: comme si quelqu’un appliquait ces passages! Et c’est ignorer qu’il existe une tradition juive essentielle: l’interprétation. Les textes sont critiqués, décortiqués, placés dans un contexte et sources de débats: les textes ne sont pas vus comme des lois qu’il faudrait appliquer de façon stricte. Est-ce que Israël ressemble à l’Arabie ou l’Iran? Où un occidental se sentirait mieux de vivre entre ces théocraties musulmanes et l’état juif? De plus, je réagissais au texte de Claude Roland, qui affirme qu’il y aurait de faux juifs, car il faudrait être sémite pour être juif… Donc il faudrait être aussi sémite pour être chrétien ou musulman ! c’est absurde… la plupart des croyants de ces trois religions ne sont pas sémites. Quant au terme « antisémite », historiquement il désigne bien uniquement une haine anti juive, c’est ainsi ; dire que les arabes sont sémites, pour en réalité sous entendre que les musulmans ne sauraient être antisémites, est une ruse des islamistes : en utilisant au passage un glissement sémantique entre « musulmans » et « arabes » alors que les mêmes s’opposent à ce glissement pour « antisémitisme »… pourtant, encore une fois, historiquement, ce terme est un terme européen à une époque où il ne s’agissait bien que de parler des seules « sémites » présents alors en Europe: les juifs !

         
  2. Omar Krüger dit :

    S’il est légitime de réclamer la terre qu’on aurait perdue peu après les Calendes Grecques, imaginez deux minutes le monde dans lequel on vivrait…
    Qui bouge le curseur?
    Pourtant la naissance d’israël semble passer comme une lettre à la poste dans l’esprit de certains.
    Sous prétexte de textes sacrés, les juifs n’ont rien trouvé de mieux que s’installer en plein milieu des terres de leur ennemi séculaire. Et ils persistent encore davantage avec les colonies.
    Etonnant que la situation soit explosive…
    On ne peut pas être de bonne foi et rejeter toute la faute dans un camp.

     
  3. Si JHVH a inspiré les textes de la Bible hébraïque, ce sont des hommes qui les ont écrits. La religion du Christ diffère amplement de l’Ancien Testament : Jésus n’est pas venu pour rien et Il a laissé son Testament universel qui n’est pas un simple codicille !
    Dieu s’est fait homme en tant que Juif. Il fallait bien qu’il naisse quelque part. Ce choix tient sans doute à l’exceptionnel qualité de la Vierge sa »mère » et au fait que les fondements religieux d’Israël constituaient une base de départ compatible (en l’épurant!) à la nouvelle religion en gestation.

     
  4. Les Arabes étant eux-aussi des Sémites, il est donc absurde de parler d’antisémitisme des Arabes envers les Juifs. Les Arabes sont anti-juifs, anti-sionistes, anti-israéliens, tout ce qu’on veut, mais pas antisémites, cela n’a aucun sens. Tout le monde fait la même erreur, médias, politiques et vous-mêmes.

     
    • @ Bourdalou

      Ce que vous exprimez, Monsieur, est une évidence criante.
      Mais ce qui crève les yeux rend aveugle… Et la grande majorité de nos compatriotes qui croient parler français continueront à user d’un mot pour un autre.
      La manipulation sémantique n’ayant d’autre but que de faire prendre des vessies pour des lanternes au vulgum pecus, l’usage déformé des mots n’est pas innocent.
      Nous sommes en pleine construction de la Tour de Babel !

       
  5. Cher Imprécateur votre vision (génuflexion) est hémiplégique.

    Si le coran est en effet à plus d’un titre, un livre guerrier et sectaire, le talmud est un tissu de haine.
    Je prie vos lecteurs de se renseigner sur son approche des goys.

    Renvoyés dos à dos !

    Il faut croire que l’unité n’est pas de ce monde et je le déplore du fond du cœur. Parole de chrétienne.

     
    • Un chien ne fait pas des chats…

       
    • L'Imprécateur dit :

      La Bible aussi, « Et Dieu ordonna à David de les tuer tous… », Mais Juifs et Chrétiens ont su dépasser la lecture primaire de leurs livres saints, pas les Musulmans dont le Coran est toujours le guide incorrigible, puisque « incréé ».
      Tant qu’il le restera, l’unité, ou même le vivre ensemble entre islam et christianisme est une pure illusion, il y aura toujours des musulmans fanatiques pour égorger les chrétiens puisque même l’amitié entre musulman et juif ou chrétien est interdite et peu être punie de mort par la charia.

       
      • Nous sommes d’accord l’islam pose problème en France. Problème organisé, à base d’associations subventionnées, de padamalgam et d’ouvertures de frontières. Énorme problème dû à la dynamique du nombre et son soutien par les zélites.

        Mais ouvrez donc les yeux ! En Israël le mariage d’un/une juif avec un/une chrétien n’est pas possible. Le savez-vous ?

        Quant à la torah/bible, ancien testament à l’adresse des juifs :
        « « Tu anéantiras donc tous les peuples que te livre l’Éternel, ton Dieu, sans laisser ton œil s’attendrir sur eux »
        (De VII.16). »

        « « Quand l’Éternel, ton Dieu, aura fait disparaître devant toi les peuples que tu vas déposséder,
        quand tu les auras dépossédés et que tu occuperas leur pays,
        prends garde de te fourvoyer sur
        leurs traces après les avoir vu périr »
        (De XII.29-30). »

        « « Mais dans les villes de ces peuples dont l’Éternel, ton Dieu,
        te donne le pays pour héritage,
        tu ne laisseras la vie à rien de ce qui respire. Car tu dois vouer à l’extermination le Hétéen et
        l’Amoréen, le Cananéen et le Phérézéen, le Hévéen et le Jébuséen, comme te l’a commandé
        l’Éternel ton Dieu »
        (De XX.16-17). »

        Dans notre Nouveau Testament, Jésus Christ loué soit-il, fut refusé par les pharisiens, les marchands du temple.
        Les marchands sont maintenant à l’œuvre plus que jamais, ils se sont construit un temple. Ne le voyez-vous pas ?
        Maintenant, c’est votre âme qu’ils veulent.
        Combien pour votre âme à l’encan ?

        Résister c’est d’abord ouvrir les yeux. Donc le cœur.
        Nous ne sommes pas là pour perdre ou pour gagner, louvoyer entre deux négociations frauduleuses, mais pour nous engager pleinement, loyalement. Le reste appartient à Dieu.

        Ainsi soit-il.

         
  6. Claude Roland dit :

    Il est intéressant de lire aussi « La bataille du discours » de Israël Adam SHAMIR pour y voir clair.

    Les juifs et les arabes sont des peuples sémites tous les deux. Mais il faut discerner les « véritables juifs » de sang (les Palestiniens et d’autres juifs comme les Falachas), et les « juifs de religion » seulement (les Khazars). Ce sont ces derniers, à la tête de la Haute Finance Internationale et du gouvernement d’Israël, qui agissent mal et jettent ainsi l’opprobre sur tous les autres leur attirant les malédictions d’autres peuples.
    Par ailleurs, si on a jugé les juifs « répugnants » parce qu’ils contrôlaient l’argent, c’est aussi par envie et jalousie. C’est la religion catholique qui s’est fustigée elle-même en leur abandonnant le contrôle de l’argent. Quand le vin est tiré, il faut le boire.

     
    • Ce caractère catholique auquel vous semblez faire reproche me paraît être en partie à l’origine du Protestantisme qui est propre aux peuples commerçants de l’Europe du nord et de l’Amérique .

       

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.
AMI, ENTENDS-TU LE BRUIT SOURD DU TOCSIN, DANS LA PLAINE ?(Luc Sommeyre)

AMI, ENTENDS-TU LE BRUIT SOURD DU TOCSIN, DANS LA PLAINE ?
(Luc Sommeyre)

14 mai 2018

« LE » problème n’est pas « un » problème Il est tard. Très tard. Nous vivons les derniers moments pour réunir en un sursaut salvateur tous les Français qui ont compris que le seul problème à régler est l’invasion musulmane. L’actualité nous offre un exemple tragique. Le « fou d’Allah » de l’Opéra à ParisLire la suite

 
ERNST VON SALOMON (Éric de Verdelhan)

ERNST VON SALOMON
(Éric de Verdelhan)

13 mai 2018

«… Je manifeste toujours tout seul. Mes idées sont trop originales pour susciter l’adhésion des masses bêlantes ataviquement acquises aux promiscuités transpirantes et braillardes inhérentes à la vulgarité du régime démocratique imposé chez nous depuis deux siècles par la canaille régicide… »        (Pierre Desproges)   Plus le temps passe et plusLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite

 
FOURBE QUI COMME HULOT… (Cédric de Valfrancisque)

FOURBE QUI COMME HULOT…
(Cédric de Valfrancisque)

20 mai 2018

(à la manière de Joachim du Bellay) Fourbe qui comme Hulot, cet écolo cinglé, Trahissant ses amis pour devenir ministre, (Alors qu’il n’est en fait, qu’un paltoquet sinistre) Se vendit à Macron par besoin d’exister. Reverrons-nous un jour nos charmants patelins, Sans tous ces grands totems qui obstruent l’horizon ? ImmondesLire la suite

 
LES DESSOUS DU« CASSE DU SIÈCLE »(Jean Goychman)

LES DESSOUS DU
« CASSE DU SIÈCLE »
(Jean Goychman)

12 mai 2018

La chaîne de télévision BFM télé a diffusé récemment un documentaire de 53 minutes intitulé Le Casse du Siècle. À l’heure où beaucoup de gens commencent à se poser des questions sur le « pourquoi » de l’élection d’Emmanuel Macron, cette émission arrive à point nommé pour nous relater l’histoire de ceLire la suite

 
L’ISLAM VU PAR LE PLUS GRAND SAVANT ARABE(L’Imprécateur)

L’ISLAM VU PAR LE PLUS GRAND SAVANT ARABE
(L’Imprécateur)

20 mai 2018

Ayant cité Ibn Khâldoun dans mon précédent article, il me paraît intéressant de faire un bref résumé de la façon dont ce grand et quasiment unique savant arabe a perçu le monde musulman. Tous les autres, ou presque, « savants » arabes étaient d’origine juive, persane ou européenne et récupérés par lesLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite