CORSE : LA FAUSSE BONNE-IDÉE DE L’INSCRIPTION DANS LA CONSTITUTION
(Général Franceschi)

Share Button

La révision constitutionnelle en débat au Parlement prévoit en son texte l’inscription de la Corse dans un article spécial de la Constitution. L’amendement présenté par le groupe Les Républicains de l’Assemblée Nationale en vue de la suppression de cette disposition a mis le feu au maquis d’une partie de la Droite insulaire, abusée dans sa bonne foi, espérons-le.

Qu’il soit permis à un observateur assidu de la situation locale d’affirmer une nouvelle fois que cette initiative, semblant harmoniser identité et légalité, est non seulement politiquement inutile, mais contient de plus par son exclusivité le germe d’une dérive séparatiste contagieuse.

Si cette mesure avait une quelconque raison d’être, pourquoi l’avoir occultée depuis que la Corse est devenue par consentement française à part entière en 1789, avant Nice et la Savoie ? Mais, surtout, cet accroc à l’unité de la République fait remonter à contre sens l’autoroute de l’Histoire de la Corse, devenue consubstantielle à la France au cours de 229 années de partage des bonheurs et des malheurs de la Nation.

Rappelons-le au risque de nous répéter :

  • Consubstantielle à la France, la Corse l’est d’abord par l’Histoire de France qu’elle a forgée à coups d’Empires, les deux napoléoniens et l’Empire colonial dans lequel elle s’est particulièrement illustrée.
  • Consubstantielle à la France, la Corse l’est ensuite par le sang abondamment versé pour la Patrie sur tous les champs de bataille, au coude à coude avec tous les autres Français.
  • Consubstantielle à la France, la Corse l’est encore par le sang largement mêlé dans sa fusion charnelle dans la Nation, à travers d’innombrables mariages corso-continentaux.
  • Consubstantielle à la France, la Corse l’est, enfin, par l’incomparable implication de ses ressortissants dans toutes les affaires du pays, comme en témoigne, entre autres, le gotha politique.

Et, que l’on sache, les Corses n’ont pas renié leur sublime « Serment de Bastia », prononcé en 1938 en riposte aux visées annexionnistes de Mussolini : « Face au monde, de toute notre âme, sur nos gloires, sur nos tombes, sur nos berceaux, nous jurons de vivre et de mourir Français ».

Mais, en plus d’être inutile, l’inscription de la Corse dans la Constitution est foncièrement trompeuse et perverse. Les Séparatistes corses en sont les inventeurs. Peut-on croire sérieusement qu’ils l’ont conçue pour « mieux arrimer la Corse à la France », comme semblent le croire des responsables naïfs ?

Rappelons enfin que la même mesure a été adoptée en 1998 pour la Nouvelle-Calédonie, dans l’intention ouverte de la préparer à l’indépendance.

En définitive, cette disposition constitutionnelle est à prendre pour ce qu’elle est : la recherche d’un illusoire confort politique, en échange d’une exorbitante concession constitutionnelle, néfaste non seulement à la Corse mais aussi au pays tout entier.

À bon entendeur salut !

article publié dans Boulevard Voltaire

Général (2S) Michel Franceschi
02/07/2018



 

Share Button
CORSE : LA FAUSSE BONNE-IDÉE DE L’INSCRIPTION DANS LA CONSTITUTION
(Général Franceschi)
Évaluez ce billet!

4 Commentaires

  1. Omar Krüger dit :

    Oui l’autonomie voire l’indépendance représente à la fois un leurre et une menace à l’intégrité même du pays qui n’en est plus à ça près cela dit.
    Si les Corses veulent, à leur majorité (ce qui reste à prouver), leur indépendance, soit.
    Mais avant tout, ils devront rembourser tout ce que la France a investi (infrastructures, routes, écoles etc…). On ne peut pas tout avoir.
    Ensuite ils devront se débrouiller sans un centime de la France qu’ils auront quittée de leur propre gré.
    Encore des candidats?

  2. Bon supposons que la Corse devienne indépendante, que se passera-t-il alors ? Création d’un budget, d’une armée, d ‘une police, d’une justice, mais aux ordres de qui ? Des indépendantistes, des mafieux et la justice sera-t-elle expéditive avec son cortège de vendetta ? Je plains les corses de bonne foi car ils vont souffrir rapidement !

    • Un pouvoir politique autonome en Corse serait-il moins vertueux que le pouvoir parisien ? Notre régime vend le pays aux étrangers en échange de prêts à fond perdus (déficit budgétaire permanent). Quoi de pire que le régime actuel ? Liberticide, traître, corrompu. Peut-on faire pire que le socialisme parasitaire et clientéliste d’Hidalgo à Paris ?

  3. La langue corse témoigne de sa filiation italienne. Au XVIIIème siècle, les corses ont érigé la Corse en Nation indépendante. La seule raison de l’intervention des troupes de Louis XV est géopolitique : la rivalité maritime anglo-française. Lors de la Révolution les députés des Provinces françaises ont été pris en otages par les activistes révolutionnaires parisiens : transfert du Roi et de l’Assemblée à Paris. Ce sont les société de pensée progressistes (club des jacobins) qui, au pouvoir, ont rayé de la carte tous les États et Parlements de Province, y compris en Corse. Si ce coup d’État a des effets encore aujourd’hui, il n’y a aucune raison de se résigner à voir Paris et ses politiciens professionnels commander à un pays, que d’ailleurs ils vendent. À ce jour, seules les régions à forte identité locale – c’est un atout pour s’auto-gouverner – demandent leur autonomie. À terme, la subsidiarité, couplée à l’autonomie et à la responsabilité budgétaire, seraient dans l’intérêt de tous les peuples de France (des savoyards au basques, des catalans aux alsaciens).

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BATACLAN : CE N’EST QU’UN DÉBUT, LE COMBAT CONTINUE ! (Marc Le Stahler)

BATACLAN : CE N’EST QU’UN DÉBUT,
LE COMBAT CONTINUE !
(Marc Le Stahler)

21 septembre 2018

« L’UNION FAIT LA FORCE »   LES « CONCERTS DE LA HONTE » DU RAPEUR ISLAMISTE MÉDINE PROGRAMMÉS AU BATACLAN LES 19 ET 20 OCTOBRE SONT ANNULÉS ! Journalistes, politiciens collaborationnistes et médias menteurs s’organisent déjà pour évoquer un signe d’apaisement vis-à-vis de la « polémique » qui se serait installée,Lire la suite

BATACLAN : À « J − 28 » VICTOIRE ! (Luc Sommeyre)

BATACLAN : À « J − 28 »
VICTOIRE !
(Luc Sommeyre)

21 septembre 2018

LE CONCERT DU RAPPEUR ISLAMISTE MÉDINE N’AURA PAS LIEU AU BATACLAN LE 19 OCTOBRE COMME « ILS » L’AVAIENT PRÉVU Grâce à l’immense levée des boucliers de France, grâce à la mobilisation des familles des victimes, des médias et associations patriotes (CCP du général Christian Piquemal, VPF du général Antoine Martinez, LIGUELire la suite

MACRON ET « LES PAUVRES » (Jean Goychman)

MACRON ET « LES PAUVRES »
(Jean Goychman)

15 septembre 2018

Avec une cote de popularité en chute libre, il apparaît normal que notre président tente de colmater la brèche qui vide son réservoir électoral à une vitesse croissante. Pensant, peut-être avec raison, que le qualificatif « président des riches » attribué par les médias pouvait être la cause principale de cette impopularité,Lire la suite

MACRON ET « LES PAUVRES » (Jean Goychman)

MACRON ET « LES PAUVRES »
(Jean Goychman)

15 septembre 2018

Avec une cote de popularité en chute libre, il apparaît normal que notre président tente de colmater la brèche qui vide son réservoir électoral à une vitesse croissante. Pensant, peut-être avec raison, que le qualificatif « président des riches » attribué par les médias pouvait être la cause principale de cette impopularité,Lire la suite

MACRON PRÉSIDENT : LE DEAL AVEC ROTHSCHILD (L’Imprécateur)

MACRON PRÉSIDENT : LE DEAL AVEC ROTHSCHILD
(L’Imprécateur)

23 septembre 2018

Pour bien comprendre où se trouve l’anomalie entre le niveau déclaré et le niveau réel de la fortune du président Macron, il faut partir du moment où cette richesse lui est tombée du ciel par la grâce de l’un des plus anciens et des plus prospères établissements financiers du monde :Lire la suite

Planisphère et connexions symbole du réseau

LE RETOUR DES ÉTATS-NATIONS
(Jean Goychman)

23 septembre 2018

Nous vivons une période historique, même si beaucoup d’entre-nous n’en ont pas la conscience. Le monde de l’après seconde guerre mondiale est en profond bouleversement. Les institutions humaines, dont le fonctionnement répond souvent au besoin de remédier aux cataclysmes qui n’ont pas été évités, ont toujours eu du mal àLire la suite

ALGÉRIE + REPENTANCE = TRAHISON Lettre ouverte au Président de la République (Éric de Verdelhan)

ALGÉRIE + REPENTANCE = TRAHISON
Lettre ouverte au Président de la République
(Éric de Verdelhan)

19 septembre 2018

« Je n’aurais pas d’horreur de la trahison si elle était faite pour me rendre maître du monde. » Fénelon : « Le jeune Pompée et Ménas » (1712)   « Monsieur le Président, « La citation en entête de cette lettre pourrait être de vous tant on vous sait capable de toutes les bassesses, de toutesLire la suite