DEGUELDRE :
LE 6 JUILLET 1962,
ON A FUSILLÉ L’HONNEUR
(Éric de Verdelhan)

Share Button

Aujourd’hui, ayons une pensée pour l’un des plus ardents défenseurs de l’Algérie française : le lieutenant Roger Degueldre, fusillé le 6 juillet 1962.

Chef des « Commandos Delta » de l’OAS, poursuivi par toutes les polices, sa tête mise à prix, il a été trahi et arrêté le 7 avril 1962. Et pendant que les « Pieds-noirs » fuyaient leur terre natale, que les Harkis agonisaient et que les métropolitains s’apprêtaient, indifférents, à partir en vacances, un officier de l’armée française attendait de passer devant ses juges.

 

Tixier-Vignancour et Denise Macaigne à la Défense

Sa défense est assurée par Maître Jean-Louis Tixier-Vignancour et sa consœur, Me Denise Macaigne.

Sachant que leur client est condamné d’avance, ils déposent une requête en suspicion légitime contre les membres de la cour militaire. Aucune autorité judiciaire ne la reçoit. Le procès doit aller vite.

Ainsi en a décidé de Gaulle.

Deux raisons l’imposent : la « Cour de Justice » juge sans voie de recours, elle est donc contraire au droit français. Elle peut, de ce fait, être déclarée illégale à tout moment. Par ailleurs, au moment où s’ouvre le procès, l’Algérie française n’a plus que six jours à vivre. Il convient de la condamner définitivement en fusillant celui qui a été son défenseur le plus actif et le plus résolu.

 

Une parodie de justice

L’instruction est inexistante. Il n’y a aucun témoin à décharge. Comprenant qu’il est déjà condamné à mort avant même d’être jugé, l’officier refuse de répondre aux questions.

Il reste muet, assis les bras croisés, absent, comme si ce procès n’était pas le sien. Tout va très vite. Les dépositions des témoins à charge durent treize minutes.

Le réquisitoire du procureur, qui réclame la peine de mort, ne dépasse pas les quinze minutes. Seuls les avocats – parce qu’ils sont la défense et donc la vie – ne renoncent pas.

Denise Macaigne souligne le passé exceptionnel de Degueldre. Tixier rappelle que le général Salan ayant été épargné, aucun de ses subordonnés ne peut être exécuté.

Les membres de la Cour se retirent. Il leur faut moins de quarante minutes pour répondre aux 55 questions et rapporter l’arrêt de la condamnation à mort. Roger Degueldre reste de marbre. Il décroche ses décorations et les tend à sa femme.

Dans la salle, une voix s’écrie : « Soyez courageux ! »
Degueldre répond froidement : « C’est pour ça que je suis là ».

 

Recours en grâce rejeté

Denise Macaigne va présenter un recours en grâce au chef de l’État. Elle s’y rend seule, car de Gaulle refuse de recevoir Tixier.

Le chef de l’État écoute l’avocate sans dire un mot et sans lui poser de questions. Il refuse la grâce.

 

Fusillé pour avoir respecté sa Parole

Le 6 juillet, Jean-Louis Tixier-Vignancour et Denise Macaigne arrivent à Fresnes en même temps que l’avocat général Gerthoffer et l’aumônier de la prison. À 2h30, les deux avocats et le magistrat pénètrent dans la cellule du condamné qui dort paisiblement. Ses yeux s’ouvrent. Sans dire un mot, il revêt sa tenue léopard et coiffe son béret vert. Avant de quitter sa cellule, il déclare, en guise d’adieu : « Je suis fier de mourir pour tenir le serment qu’a fait tout officier ayant servi en Algérie. Dites aux Algériens que, si je ne suis pas de leur race, n’étant pas né sur leur sol, je les ai beaucoup aimés et je les aime toujours. »

Se tournant vers le procureur Gerthoffer, il déclare : « Je ne vous garde pas rancune, mais je vous plains ».

Il est à peine 4 heures. Le fourgon qui emmène Degueldre, encadré de quinze motards, quitte la prison de Fresnes. Le cortège est fermé par huit véhicules de la préfecture de police et une quinzaine d’autres de diverses administrations.

A-t-on donc si peur qu’il s’évade ?

 

Une exécution infâme et infamante

Cliquez sur l’image pour lire
l’article du 7 juillet 1962

Le lieutenant Roger Degueldre se présente devant le peloton d’exécution en tenue impeccable. Autour du cou, un foulard de la Légion.

Il se tourne vers son avocat : « Dites que je suis mort pour la France… ».

Il refuse qu’on lui bande les yeux.

Il crie « Messieurs, vive la France ! » et entonne La Marseillaise.

Émus par son courage, les soldats hésitent à tirer. La première salve ne fait que le blesser. Une seule balle, sur les douze tirées, l’atteint. Au ventre ? Au bras ? Les témoignages divergent. Il semble cependant que la blessure n’était pas mortelle. Pourtant, l’adjudant préposé au coup de grâce se précipite pour accomplir sa sinistre besogne ; le condamné est toujours en vie et même bien vivant. Il ne s’agit plus d’achever un mourant, mais de tuer de sang-froid un blessé léger. L’adjudant tremble et il tire… à côté. Le procureur en est irrité. Il fait signe au sous-officier de se hâter. Roger Degueldre, recroquevillé, souffre.

L’adjudant, toujours tremblant comme une feuille, pointe une nouvelle fois son arme, ferme les yeux et appuie sur la détente. Rien ! Le pistolet s’est enrayé ! Exaspéré, le procureur ordonne qu’on apporte un autre pistolet. Personne, parmi les militaires présents, n’en possède un. Il faut courir en chercher un quelque part !

Roger Degueldre est toujours vivant et conscient.

Tous les juristes s’accordent à dire que, la sentence ayant été exécutée, quand le condamné est encore en vie, il faut le détacher et lui porter secours. Mais les ordres sont formels : Degueldre doit impérativement être tué ! Pétrifié, glacé d’effroi, Tixier-Vignancour ne bouge pas. Cette inertie lui sera reprochée.

Image de la tombe du Lieutenant Degueldre, publiée sur le site Internet du 2ème REP

On remet enfin un autre pistolet à l’adjudant, pâle comme un linge, écœuré mais servile aux injonctions. Un nouveau coup de feu claque, mais pas dans la tête, dans l’omoplate ! Sous l’effet de la douleur, le supplicié tourne son regard vers le ciel. Peut-être perçoit-il la fin de son calvaire ? Une autre détonation, le lieutenant Roger Degueldre rejoint enfin le paradis des braves.

Ainsi donc, quelques heures après le génocide du 5 juillet 1962 à Oran, tombait Roger Degueldre qui, fidèle à son engagement, avait justifié son action dans l’OAS par ces quelques mots : « Mon serment, je l’ai fait sur le cercueil du colonel Jeanpierre. “Plutôt mourir, mon colonel, que de laisser l’Algérie aux mains du FLN, je vous le jure !” »

Le lieutenant Roger Degueldre était

  • médaillé militaire,
  • titulaire de la Croix de guerre des TOE avec palmes,
  • titulaire de la Croix de la Valeur Militaire et
  • chevalier de la Légion d’Honneur.

8 mois plus tard, le 11 mars 1963, le colonel Jean-Marie Bastien-Thiry, polytechnicien, tombait à son tour à 35 ans, sous les salves d’un peloton d’exécution.

C’était le dernier martyr de l’Algérie française.

 

NB : Ce texte est extrait de mon prochain livre « Hommage à NOTRE Algérie française » qui sortira au dernier trimestre 2018.

 

Éric de Verdelhan
6 juillet 2018


« Lieutenant Degueldre » par Jean-Pax Méfret
cliquez pour écouter la chanson


Voir également : http://paras.forumsactifs.net/t24162-ce-jour-la-6-juillet-1962-assassinat-le-lieutenant-roger-degueldre#164842



 

Share Button
 

9 Commentaires

  1. Vous noterez que tous ceux qui ont fait de l’ombre ou supposer faire de l’ombre à DE GAULLE, qu’ils soient civils ou militaires, résistants, ont été écartés d’une manière ou d’une autre par des moyens légaux ou illégaux au cours des années de pouvoir de DE GAULLE . Il y aurait un livre à écrire sur ce sujet car même ceux qui se réclamaient de lui si leur aura grandissait ils devenaient suspects et étaient écartés , de Jean MOULIN à SALAN !…

     
  2. Une anecdote en passant au sujet au sujet du Lieutenant Degueldre.

    Quelques jours avant le 1er de l’an 1962, un parent, habitant l’immeuble d’en face, avait fourni les plans de la villa, rue Lucien Reynaud, au Général ‘Y’, lieu d’habitation de barbouzes vietnamiens, dirigés par un policier français, lesquels étaient sous l’égide, entre autres, de Sanguinetti.

    Le soir du réveillon, le Lieutenant Degueldre et son commando ont pris position dans l’immeuble et sur la terrasse où étaient disposés six/huit bazookas.
    Exceptionnellement, le couvre-feu avait été repoussé de minuit à 1h. Vers minuit 30, les bazookas sont entrés en action. J’ignore combien il y eut de morts ou blessés, les versions se contredisent.

    Degueldre et ses hommes sont partis.
    Dans les minutes qui suivirent, ma famille fut prise en otage par le restant des barbouzes et le policier français silencieux. Après menaces et invectives, ils ont exigé les identités de tous. Lorsque le Français a vu qu’un des membres de ma famille était juge, il a ordonné le départ.

    Il reste de cette histoire, les deux fauteuils ou le Lieutenant Degueldre s’est assis et a bu un whisky.
    Ils font partie de mon héritage.

     
  3. Un de mes amis disait : « de Gaulle, j’irai pisser et chier sur sa tombe », cela à au moins le mérite d’être clair.
    Sa gestion de la crise algérienne fût déplorable, pitoyable, sanguinaire, et relevant de la pure trahison.
    Le planqué de Londres était bien planqué à l’Élysée……

     
  4. Gloire à Roger Degueldre et JBT et les autres

    Amen.

     
  5. Il est plus simple de s’en prendre à un seul qu’à tout un ensemble de crapules !

     
  6. Durant la WW II, la Guerre d’Algérie et jusqu’aux derniers évènements les Patriotes ont pour ennemi celui qui reste bien à l’abri dans leur dos : le pouvoir politique

     
  7. Les politiques ont toujours trahis les « purs », ceux qui aiment la France.

     

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

DEGUELDRE : LE 6 JUILLET 1962, ON A FUSILLÉ L’HONNEUR (Éric de Verdelhan)

DEGUELDRE :
LE 6 JUILLET 1962,
ON A FUSILLÉ L’HONNEUR
(Éric de Verdelhan)

4 juillet 2018
 

 Aujourd’hui, ayons une pensée pour l’un des plus ardents défenseurs de l’Algérie française : le lieutenant Roger Degueldre, fusillé le 6 juillet 1962. Chef des « Commandos Delta » de l’OAS, poursuivi par toutes les polices, sa tête mise à prix, il a été trahi et arrêté le 7 avril 1962. Et pendantLire la suite

DEGUELDRE : LE 6 JUILLET 1962, ON A FUSILLÉ L’HONNEUR (Éric de Verdelhan)

DEGUELDRE :
LE 6 JUILLET 1962,
ON A FUSILLÉ L’HONNEUR
(Éric de Verdelhan)

4 juillet 2018
 

 Aujourd’hui, ayons une pensée pour l’un des plus ardents défenseurs de l’Algérie française : le lieutenant Roger Degueldre, fusillé le 6 juillet 1962. Chef des « Commandos Delta » de l’OAS, poursuivi par toutes les polices, sa tête mise à prix, il a été trahi et arrêté le 7 avril 1962. Et pendantLire la suite

HONNI SOIT QUI MALI PENSE ! (bis) (L’Imprécateur)

HONNI SOIT QUI MALI PENSE ! (bis)
(L’Imprécateur)

2 juin 2018
 

 Plus je regarde les vidéos de Mamoudou-Super-Migrant, plus je suis perplexe. Il y a d’abord l’anomalie du positionnement de l’enfant visible sur cette photo : Première photo, Mamoudou arrive au troisième étage. Au quatrième, l’enfant de quatre ans est à un mètre du voisin. Il a la pointe des piedsLire la suite

SUPPRESSION DU MOT « RACE » DANS LA CONSTITUTION : LA FAUSSE BONNE IDEE (L’Imprécateur)

SUPPRESSION DU MOT « RACE » DANS LA CONSTITUTION :
LA FAUSSE BONNE IDEE
(L’Imprécateur)

18 juillet 2018
 

 Le principe (pervers) est bien connu. Quand on ne peut plus (ou qu’on ne veut plus) diriger un pays en prenant les décisions qui s’imposent pour sa sécurité et son développement économique et social, on s’occupe d’autre chose, autant pour détourner l’attention du peuple que pour détruire ce qui reste de sonLire la suite

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ? ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ? (Marc Le Stahler)

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ?
ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ?
(Marc Le Stahler)

18 juillet 2018
 

  La « fête » est finie. Tant mieux, ça commençait à bien faire. Elle se termine dans un fatras nauséeux et confus de 14 juillet, de finale de foot, de casseurs d’autant plus violents qu’ils restent impunis et de médias de plus en plus béats, subjugués par ce ballon-qui-rend-fou et l’idéologie mortifère du « vivre-ensemble »,Lire la suite

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ? ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ? (Marc Le Stahler)

« ON A GAGNE… ON A GAGNE » ?
ON A GAGNE QUOI, AU JUSTE ?
(Marc Le Stahler)

18 juillet 2018
 

  La « fête » est finie. Tant mieux, ça commençait à bien faire. Elle se termine dans un fatras nauséeux et confus de 14 juillet, de finale de foot, de casseurs d’autant plus violents qu’ils restent impunis et de médias de plus en plus béats, subjugués par ce ballon-qui-rend-fou et l’idéologie mortifère du « vivre-ensemble »,Lire la suite

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018
 

 Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite