MACRON :
L’INALTÉRABLE MAFIA DE L’ÉLYSÉE
(L’Imprécateur)

Share Button

Tout le monde connaît, pour l’avoir vu dans des films, lu dans des romans ou des reportages journalistiques, le processus de recrutement des parrains de la mafia. Pour s’assurer de la totale fidélité de ceux qui auront leur protection pour mission, ils recrutent eux-mêmes les premiers dans le milieu des voyous et leur donnent progressivement des droits de plus en plus étendus : porter une arme en leur présence, les suivre partout, faire la police dans la « famille », punir ceux qui pourraient leur nuire quelle qu’en soit la raison. La preuve faite de leur intégration au système, ils peuvent recruter à leur tour d’autres voyous qu’ils présentent au parrain pour obtenir son agrément. En échange, ils bénéficient de sa protection totale et, quand ils commettent une bévue, sont sanctionnés avec autant d’indulgence que l’est le fils du parrain s’il en a un, retenue sur l’argent de poche, privation de sortie…

Il est impossible d’affirmer que c’est ainsi que le président de la République voit le fonctionnement de son entourage le plus proche, tant qu’il n’aura pas au minimum sérieusement pris la parole faute de pouvoir être inculpé en raison de  son immunité présidentielle. Mais c’est visiblement ainsi que le concevait la petite bande de voyous qu’il avait substituée aux services officiels pour assurer sa protection rapprochée. On en connaît au moins trois, mais des journalistes disent qu’ils ont été jusqu’à sept, recrutés pour la  plupart dans la racaille des banlieues que Macron affectionne tant qu’il lui arrive d’en inviter à l’Élysée pour une teuf.

 

Le recrutement des porte-flingues

Emmanuel Macron avait trouvé au sein même de LREM (Les Ripoux En Marche), Vincent Crase et Lahcène Benlahlia, francisé en Alexandre Benalla, né en France d’origine marocaine, que la presse algérienne dit avoir été recruté par les mukhabarats (1), les services secrets marocains, à partir du moment où il était dans l’entourage du président, pour occuper la place qu’une autre marocaine Najat Vallaud-Belkacem, membre du CCME (2) marocain, avait sous Hollande. La presse algérienne étant hostile au Maroc, la chose n’est pas forcément vraie, on peut tout craindre, l’Algérie ne cherche peut-être qu’à mettre un peu d’huile sur le feu.

N’empêche, c’est bien le profil de Benalla. Il avait, une fois installé dans la place, recruté le gabonais Makao, un géant qui plaisait bien au président et avait travaillé pour LREM, mais avait un gros défaut, c’était un copain de Dawad Bendaoud, le logeur des tueurs du Bataclan.

Makao est un ex-videur de boites de nuit avant d’avoir été recruté lui aussi par des personnalités politiques, mais au début plutôt dans le showbiz. Benalla est un ex-garde du corps et chauffeur de diverses personnalités socialistes aimant montrer leur antiracisme en embauchant à leur service du petit personnel coloré, Aubry, Hollande, etc., Montebourg ayant été le seul à avoir compris la dangerosité du personnage et l’avoir viré au bout d’une semaine.

Benalla, membre  des Jeunesses socialistes a été recruté par Macron, nommé par le président « lieutenant-colonel dans la gendarmerie » sous prétexte qu’il avait reçu cent heures de formation pour être dans la réserve citoyenne comme gendarme, placé officiellement comme conseiller-sécurité sous l’autorité du Secrétaire général de l’Elysée. On lui avait procuré un port d’arme de 1ère catégorie sans se préoccuper de son caractère irascible, tous les passe-droits possibles, y compris le H autorisant l’accès à l’hémicycle de l’Assemblée nationale, un appartement luxueux dans l’immeuble où Mitterrand logeait sa maîtresse et sa fille, une voiture de luxe équipée d’une radio codée de la police, le déguisement adéquat, brassard, casque, etc.

 

À l’Élysée, tout est permis

Comme le révèle une vidéo, ayant tout obtenu à 26 ans, il se croyait tout permis, croyait que sa carte de membre du personnel de l’Élysée lui donnait tous les droits, y compris celui de dire « J’emmerde » le préfet, ou le commissaire de police, ou le commandant de gendarmerie qui critiquait ses méthodes ou n’obéissait pas à ses ordres. Pour lui, l’Élysée c’était comme au Maroc, le pouvoir absolu du roi.

La question est maintenant de savoir quels liens particuliers lient Benalla au président. Car Benalla est vraiment un intime, tant de Macron lui même que de Brigitte. Il n’y a que le chien qu’il refuse de toucher, en raison peut-être d’une appartenance à l’islam s’il ne s’agit pas d’une simple phobie. Au travail, il avait accès direct au bureau et à l’appartement du président, il allait avec lui en voiture, l’accompagnait dans ses promenades à vélo, au ski, à la nage à Brégançon, en vacances, etc. Les photos sur ce sujet sortent à un rythme de mitrailleuse.

S’agit-il, comme le dit le préfet Michel Delpuech d’un simple « copinage malsain » ? L’enquête le dira. Un préfet qui ajoute devant la commission d’enquête, pour sa défense préventive, car il a vite compris que l’Élysée et l’Intérieur cherchent des lampistes, « Quand j’ai appelé le cabinet du ministre de L’Intérieur, on m’a répondu « nous traitons directement avec l’Elysée » (Le Monde). Il a compris qu’il ne devait pas s’en mêler.

 

Pas touche à l’Élysée, c’est la valse des lampistes

Sans se préoccuper d’informer la Justice, le Secrétariat général de l’Élysée a donc, dès le mois de mai, sanctionné Benalla de quinze jours de suspension sans solde, « une sanction d’une gravité exceptionnelle » dit le porte-mensonges  de l’Élysée, sauf que ce ne fut pas mis en application et que Benalla a continué son service de protection rapprochée du président, en témoignent encore de nombreuses photos, comme si de rien n’était. C’est d’ailleurs à la même période à quelques jours près, qu’a été prise la décision de le loger dans une annexe de l’Élysée, quai Branly, et de lui donner la voiture que l’on sait, aux frais des contribuables, ce qui ressemble plus à une récompense ou à une demande de pardon qu’à une sanction !

Si l’on écarte le « copinage malsain », reste que Benalla a pu, en raison de son extrême proximité avec le président, avoir connaissance de secrets d’État ou de conversations ou faits qui, s’ils étaient connus, seraient nuisibles à la présidence. Ce qui expliquerait l’épaisse couverture dont elle l’entoure. On soupçonne d’ailleurs la pauvre ministre de la Justice de s’être fait sermonner pour ne pas avoir anticipé l’action rapide des juges qui ont ordonné l’arrestation de Benalla. Mais que faire maintenant qu’il est trop tard ?

Attendre pour voir ce que l’enquête (ou « les » enquêtes, si l’on y ajoute celles qu’entreprennent le Sénat et plusieurs journalistes) fera sortir ? Mais comme Macron n’est pas du genre à se laisser accuser éventuellement, car le risque n’est pas nul malgré son immunité, il doit réfléchir à sa défense qui pourrait bien prendre le chemin d’une contre-attaque de diversion. Évidemment pas un gros acte terroriste ou une catastrophe nationale provoquée, mais plutôt dans le genre Charles Pasqua « Créer un affaire au sein de l’affaire, et si ça ne suffit pas créer une autre affaire à côté de l’affaire« .

Mais d’abord, il va éviter d’aller à Brégançon inaugurer la somptueuse piscine « hors sol » que les contribuables lui ont offerte, et aller en l’Espagne et au Portugal pour « laisser du temps au temps » et tenter de faire croire qu’il n’est pas concerné par cette affaire minable puisqu’il a un Chef de cabinet, Patrick Strozda, fusible éventuel dont le boulot est justement de gérer les « müllabladeplatz », les poubelles.

En attendant, les fake news vont bon train, comme celle-ci-dessous, double qui plus est,  publiée par Nord Presse et que dénoncent les décodeurs de La Voix du Nord (voir la coupure du journal ci-dessous).

 

L’Imprécateur
23/07/2018

 

(1) Les Allemands surnomment aimablement les « mukhabarats » ou les « müllabladeplatz » (les « poubelles ») parce qu’ils ont pour mission de s’occuper des saletés des grands personnages du pays.

(2) CCME = Conseil de la Communauté Marocaine à l’Étranger, placé directement sous l’autorité du roi et rémunéré par lui, recrute les personnalités qui ont réussi à occuper un poste important, si possible dans l’entourage d’un ministre ou d’un président, dans les pays étrangers. Mme Vallaud-Belkacem y occupait officiellement une place à la Commission d’émancipation de la femme, mais comme la plupart des autres membres du CCME n’y siégeait pas, ayant beaucoup mieux à faire en France auprès de Hollande pour le service du roi.



Share Button
 

3 Commentaires

  1. Michaël Wanther dit :

    Le résultat d’un Putsch sans soldats.? L’élection présidentielle a amené M. Macron à la présidence, est le fruit vénéneux d’un déni de Démocratie..
    L’opération a été montée de main de maître, que le président a été élus (avec moins de 30%), alors que l’immense majorité du corps électoral lui était, sinon hostile, du moins opposée.? << j’ai moi-même participé aux dépouillement >>
    Or, le président est peut-être légal aux termes de la constitution, mais illégitime au regard de la moral politique..
    Au bilan, Macron est un Usurpateur.. En réalité, la Démocratie française d’aujourd’hui n’est qu’une Dictature qui se déguise ( type Soviétique). Elle est devenue le pire des régimes comme tant d’autres…

     
  2. lepatriote1111 dit :

    Nous sommes gangrenés à tous les étages de l’Etat par des étrangers issue de la diversité muzz ,l’ennemi est infiltré par et grâce à la complicité de nos politocards traîtres et dhimmis , rien que pour cela ils méritent tous de passer sur la bascule à charlot .Il y a peu de chance que cela arrive vu le niveau de dhimmitude d’une partie des français , plus préoccuper à regarder leurs émissions de télé débiles , leurs loisirs , vacances etc.etc. , donc nous ne sommes pas encore sorti de l’auberge .

     

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

3 août 2018

Chers Compatriotes, Le 1er août 2018, Minurne-Résistance a officiellement rejoint le CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE), solennellement créé par Renaud Camus et Karim Ouchik le jeudi 9 novembre 2017 – jour du 47ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle – à Colombey-les-Deux-Églises. Dès la création duLire la suite

 
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO (L’Imprécateur)

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO
(L’Imprécateur)

14 août 2018

Souvenons-nous de COP21 et du triomphe annoncé de la « transition énergétique » qui allait sauver la planète (moyennant tout de même cent milliards d’euros à faire débourser chaque année aux contribuables des pays réputés riches, ceux des pays en développement, comme la Chine, en étant exemptés.) Se croyant assurés d’une manneLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite