AFFAIRE BENALLA-MACRON : UNE FUSÉE À PLUSIEURS ÉTAGES ?
(Jean Goychman)

Share Button

Depuis une dizaine de jours, l’affaire Benalla monopolise littéralement tous les médias. Je ne vais pas revenir sur ce qui a déjà été largement commenté et continuera de l’être pendant les prochains jours. La chose qui me paraît la plus frappante est le décalage dans le temps entre l’élément déclenchant et sa révélation médiatique.

 

Un secteur devenu primordial

La communication est devenue un vecteur essentiel sur le terrain politique. C’est aussi bien une arme offensive que défensive. Sa mise en œuvre nécessite des stratégies de plus en plus élaborées. Elle s’apparente à un jeu d’échecs dans lequel les adversaires essayent de masquer le plus longtemps possible la pièce sur laquelle va se porter l’attaque. En d’autres termes, ce que les adeptes du billard appellent « la bande avant » à tendance à se généraliser. C’est ainsi que l’affaire Benalla est devenue l’affaire Macron. La grande inconnue réside dans l’intervalle de plus de deux mois entre les événements et leur annonce. Est-ce purement fortuit ou calculé ?

 

Événement isolé ou début de séquence ?

Steve Banon

Trop tôt pour l’affirmer, mais le blog « Insolentiæ » peut apporter un élément de réponse. Son auteur, notre ami Charles Sannat, établit une relation entre les positions internationales et européennes défendues par le président Macron et les attaques médiatiques dont il est l’objet. Il cite même une phrase prononcée par Steve Banon lors d’un interview avec le magazine allemand Die Welt : « Macron et Merkel tomberont comme des quilles ! »

Charles Sannat, s’appuyant sur un article publié dans le magazine Challenges (réputé plutôt favorable aux idées d’Emmanuel Macron) et intitulé « Bannon crée une organisation pour paralyser l’Union Européenne » nous déclare sans ambages qu’une lutte à mort s’est engagée entre « Mondialistes » et « Souverainistes ».

Or ce conflit, qui existe depuis pratiquement la fin de la deuxième guerre mondiale, s’était jusqu’à présent déroulé à l’avantage exclusif des Mondialistes (tenants de ce que d’aucuns appelaient le « Nouvel Ordre Mondial ») vient de connaître un tournant important avec l’entrée à la Maison Blanche en janvier 2017 du Président Donald Trump.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La nouvelle donne mondiale

Car si les « Mondialistes », à la tête desquels on trouve l’État Profond américain, ont réussi à façonner le monde depuis plusieurs décennies grâce à leur doctrine (ou plutôt « leur dogme ») du Libre-échange généralisé étendu à la Planète, un courant de pensée souverainiste remettant en selle l’idée de la Nation comme entité souveraine, a cependant émergé au fil du temps. Longtemps rendue responsable – au mépris de la réalité – des guerres du passé, l’idée de la Nation comme « seule réalité internationale » est en train de s’imposer. En prenant un peu de recul, on constate que la 1ère guerre mondiale a fait disparaître les empires monarchiques ; la 2ème, les empires coloniaux ; il faut donc aujourd’hui, pour établir un gouvernement mondial (but ultime des Mondialistes) faire disparaître les Nations. Seulement voilà… La financiarisation du monde, nécessaire pour obtenir la croissance économique sans laquelle les États ne peuvent payer les intérêts des dettes sans laquelle la monnaie des banques centrales ne peut être émise, n’a pu s’obtenir qu’en industrialisant les pays émergents. Ces pays sont devenus, pour certains d’entre eux des Nations puissantes, comme la Chine, qui ne veulent pas se voir imposer un pouvoir planétaire.

Dans le projet mondialiste, l’Europe représente l’appartement-témoin, celui que l’on fait visiter aux clients pour emporter la vente et qui fait passer de l’idée au concret. Il faut bien reconnaître que c’est loin d’être un succès et que Steve Bannon a bien l’intention d’exploiter cet échec.

 

Macron et Merkel : les cibles désignées

L’affaire Benalla arrive, de ce point de vue, au moment critique. Le début des vacances est traditionnellement une période où il ne se passe pas grand-chose. Et l’opinion publique n’en est que plus réceptive. Peut-être est-ce une raison de ce décalage de plus de deux mois ? Le journal Le Monde, par lequel l’affaire est arrivée, était pourtant considéré comme favorable à Emmanuel Macron, tout comme le Huffington Post ou Libération. Or, ils ne l’ont guère épargné, bien au contraire. Tout comme les chaînes de TV BFM TV ou LCI qui sont restées en boucle sur le sujet durant des journées entières. Elles avaient beau inviter sur leurs plateaux des députés de la majorité LREM, leur langage « convenu » s’est révélé plutôt contre-productif.

Que s’est-il donc passé qui a provoqué ce lâchage en rase-campagne ?

Ne pouvant plus compter sur Angela Merkel (elle-même en proie à de sérieuses difficultés) Emmanuel Macron – qui a dû annuler son déplacement sur le site du tour de France – pensait pouvoir se refaire avec ses visites en Espagne et au Portugal. Mais le bruit de la tempête Benalla les a rendues inaudibles. Le projet de câble sous-marin reliant la France à l’Espagne pour lui fournir de l’énergie électrique n’a pas captivé les foules. Pas plus que son vibrant appel à la souveraineté européenne à laquelle personne ne croit plus…

 

La main des Souverainistes derrière tout ça ?

Comment ne pas y penser ?

Qui d’autre aurait intérêt à agir de la sorte ? Il faut dire qu’Emmanuel Macron, qui préfère les qualifier de nationalistes ou de populistes, qu’il compare ensuite à la lèpre, n’a pas non plus fait dans la dentelle.

Ensuite, outre les vacances, la campagne pour les élections européennes va bientôt s’engager. Elle va prendre une importance capitale car c’est la première fois qu’il existe un véritable doute sur la majorité future du parlement européen. En fin politique, Steve Bannon le sait et il ne ménagera pas ses efforts pour pousser les Souverainistes vers la victoire.

Il y a également le bras de fer du BREXIT qui se profile avec toutes les incertitudes qu’il porte.

 

Emmanuel Macron a-t-il déjà fait son temps ?

Mais il n’y a pas que cela. Ses prédécesseurs – Nicolas Sarkozy et François Hollande – ont vu également des retournements d’opinion dus à des campagnes médiatiques qui ont conduit à d’inexorables baisse de leur cote de popularité. Ce fut à la fin 2008 pour Sarkozy et dès la fin 2012 pour Hollande. Les « affaires » n’étaient pas identiques mais eurent les mêmes résultats, qui empêchèrent la réélection de Sarkozy et conduisirent Hollande à ne pas se représenter.

Emmanuel Macron subira-t-il le même sort ?

Si tel était le cas, nous devrions assister dès l’automne prochain à la mise à feu des étages suivants de la fusée.

 

Jean Goychman
31/07/2018


Il serait intéressant et CONSTRUCTIF que nos amis lecteurs qui désapprouvent un article ou un commentaire étayé, ce qui est bien sûr leur droit le plus strict,  expliquent (même brièvement) le « pourquoi » de leur désaccord.




Share Button
 

10 Commentaires

  1. Macron a refusé que l’aviation militaire française aide l’US Air Force à bombarder les centrales nucléaires iraniennes. 40% du pétrole à destination de la France passent par le détroit d’Ormuz, que contrôle l’Iran. Un « arc chiite » s’étend de l’Iran au nord du Liban, en passant par l’Irak et la Syrie. Cette situation est inadmissible pour l’entité sioniste. Le dictateur nord-coréen ne menace pas du tout l’entité sioniste. Les menaces de Trump contre la Corée du Nord ne sont que des « clowneries ». Macron est un Juif. Benalla est un Juif d’origine marocaine, franc-maçon, peut-être homosexuel. Le Juif Macron est bisexuel. La vieille Brigitte, son épouse, est une femme perverse (partouzes avec des petites filles et des petits garçons). En plus de la question du bombardement des centrales nucléaires iraniennes, il y a un affaire de mœurs très grave. Macron devra démissionner en 2019 ou 2020.

     
  2. Jean Goychman dit :

    En complément, une analyse intéressante publiée par SPUTNIK :
    https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201807251037355674-poutine-trump-ordre-mondial/
    Les choses semblent avancer…

     
  3. @CHRYSIPPE 03/08/2018-11h46
    Merci pour vos informations.
    Je suppose que vous avez lu le livre de Peter Dale Scott, paru en 2014, aux États-Unis sous le titre : « American Deep State: Wall Street, Big Oil, and the Attack on US Democracy » et publié en Français, en 2015.
    Bien avant l’arrivée de Trump au pouvoir, ce livre développait, en partie, la légitimité du système politique des États-Unis, enfermée dans la communication, pour ne pas dire le « mensonge ».
    Peter Dale Scott y expose en particulier les sources de financement occulte du « Deep State » au travers de guerres ingagnables qui aggravent les conditions de non-droit, nécessaires à la prolifération du trafic de drogue. Ce qui expliquerait que la guerre contre le terrorisme, guerre perpétuelle, liée à la guerre contre la drogue, serait contre-productive, et finirait par augmenter le nombre d’auteurs et de victimes, plus qu’elle n’éradiquerait les terroristes.
    Avec la troïka Sarkozy, Hollande, Macron, la France est tombée dans ce jeu, de même l’U.E.
    La question qui se pose avec l’après Macron : comment allons-nous sortir de ce guêpier ? Alors que notre Armée dont nous aurions tant besoin sur le territoire national pour nettoyer les Écuries d’Augias, s’use dans une OPEX permanente !
    Au fait ! Parlant de Marion Maréchal, Attali « le faiseur de rois » , n’a-t-il pas « prophétisé » que le successeur de Macron, serait une femme ?

     
  4. @ Dorylée

    Pour être parfois quelque peu « informé », d’une nature ni optimiste ni pessimiste a priori, je m’efforce de demeurer un tant soit peu réaliste.
    Je ne prétends nullement que « Saint Michel a définitivement terrassé le Dragon » mais il est pertinent d’observer que le Deep State US n’a pas réussi à mettre Donald Trump hors d’état de (lui) nuire.
    Les accords secrets « pour le futur » entre Donald Trump et Vladimir Putin ont été initiés dès avant les Présidentielles américaines. Elles se sont poursuivies très discrètement et densifiées depuis l’accession du Président Trump à la Maison Blanche. Aujourd’hui, elles s’officialisent (Helsinki et… la réception officielle du Président Putin prévue pour septembre de cette année – du jamais vu : aucun dirigeant russe n’a jamais été invité à Washington depuis la révolution de 1917).
    En Europe, le « Front Populiste » se renforce tous les jours. Après la Hongrie, la République tchèque, la Pologne et la Slovaquie, le nouveau Chancelier d’Autriche s’apprête à rejoindre le Pacte de Visegrád. Les Italiens tiennent bon et la fragilisation de l’accord gouvernemental ne semble pas se produire (attendons prudemment quand même les élections d’automne). En Allemagne, l’AfD donne de plus en plus de fil à retordre à Groß Merkel. Les Suisses s’interrogent. En France si le Front National était dirigé par un leader compétent, nous ne nous en porterions que mieux. Enfin, les Anglais ne reculent pas malgré les manœuvres destinées à faire capoter le BREXIT…
    Certes, le choc sera rude. Aucun coup ne nous sera épargné.
    Mais ce n’est surtout pas le moment de verser dans la complainte. Bien au contraire, il convient de se préparer au maniement des armes (au sens… « figuré » bien sûr.)
    L. Sommeyre

     
    • Westlander dit :

      Faudrait-il voir dans la rencontre prévue entre Trump et Poutine, en septembre prochain, à la Maison Blanche, un nouveau Yalta ?
      Derrière et avec Poutine, il y à les BRICS auxquels Erdogan demande l’adhésion de la Turquie, nous aurions alors les BRICST (Brésil, Russie, Inde, Chine, South Africa et Turquie ! Six pays nationalistes dont cinq n’appartenant pas à l’OTAN avec la Turquie d’Erdogan en passe de s’en retirer !

      La mondialisation made in U.S.A. étant un trop gros morceau à avaler, pourquoi ne pas revenir à un nouveau partage du monde avec ses nouvelles zones d’influences ? A ce titre le projet Eurasia d’Alexandre Douguine, géopoliticien russe, l’un des proches conseillers de Poutine, est révélateur.

       
      • Vos réflexions sont pertinentes. Pour autant, l’adhésion de la Turquie au BRICS sera poliment reconduite sine die. J’écris bien « SINE » die…
        Quant à ce « nouveau Yalta », les prolégomènes ont été initiés (au grand jour) à Helsinki voici peu.
        Enfin, le « mondialisme made in USA » est le fruit des efforts du Deep State (État Profond) qui ont failli aboutir et ont déjà causé bien des méfaits. Mais c’est précisément à la destruction de ce Deep State que s’emploie le Président Trump. Entendez-vous aujourd’hui – hormis quelques râles d’agonie – les voix de Obama et de Clinton ? Représentant les intérêts de la Grande Finance Internationale appuyés par la plupart des dirigeants de la Réserve Fédérale US (Feredal Reverve Board), ces gens-là sont très occupés en ce moment à négocier pour préserver leurs intérêts personnels et, à cette fin, changent non pas leur fusil d’épaule, mais leurs tactiques géopolitiques et géostratégiques.
        En outre, « Bannon’s back! »
        Pour illustrer ce que j’appelle le BNWO (Brand New World Order), lire avec (grand) intérêt : https://fr.sputniknews.com/international/201712121034305125-ordre-mondial-systeme-compromis/
        Enfin, pour aborder par anticipation un sujet qui sera bientôt d’actualité (courant 2019), n’oublions pas que Marion Maréchal (Le Pen) a été adoubée par une « certaine partie d’un puissant lobby » par la voix de Sarah Palin -– voir le financement de son école lyonnaise -– qui porte « certains intérêts » de « certains dirigeants mondialistes », particulièrement les Sionistes, qui revoient leur copie devant l’échec de leurs thèses globales (« global » est bien le mot qu’il convient d’employer). Des… « mondialistes modérés » ?
        Pourquoi pensez-vous que Marion a « décidé » d’abandonner le patronyme Le Pen accolé à son nom de famille d’usage ?
        PAR VOIE DE CONSÉQUENCE, en fonction de l’évolution de l’agonie de l’Union Européenne (déjà en soins palliatifs), je verrais aisément Marion Maréchal succéder à Emmanuel Macron. « Un bien moindre mal » me direz-vous. – Évidemment… nous l’appuierons loyalement malgré certaines zones d’ombre. (Mais… nous avons de bonnes lampes de poche.)

         
    • Bonjour, la plume Sergent Major, bien employée, peut-elle être considérée comme une arme blanche ? (au sens… « figuré » bien sûr.)

       
  5. Vous avez raison de mettre Charles Sannat en avant. Il est également mon ami et je suis aussi son client. Ses qualités et sa façon d’appréhender les choses font qu’il sort vraiment du lot. Vous aussi d’ailleurs. Pour ma part, comme vous pouvez le juger à travers la consultation de mon blog, je suis un farouche défenseur du Christianisme des origines et entièrement convaincu qu’il n’y a, pour la France et l’Europe, aucune autre alternative qu’un Christianisme augmenté de sa partie la plus profonde qu’il est temps de sortir du fond des tiroirs : l’ésotérisme chrétien et sa volonté de remplacer nos dirigeants actuels par ceux et celles qui auront su évoluer psychologiquement et spirituellement. Bonne chance et continuez, on a besoin de vos articles. Bien à vous. Pierre

     
  6. Les financiers mondialistes poussent leurs pions et n’hésiteront pas à sacrifier ceux qui ne jouent pas leur jeu avec suffisamment d’ardeur. Leur pièce principale anti souverainiste est l’immigration mais les peuples commencent à se rebiffer. Les financiers remplaceront les dirigeants trop mous qui ne tiennent pas leur populace par d’autres plus agressifs qui imposeront, par la force s’il le faut, le remplacement de population indispensable à leurs desseins. Cela ne devrait pas être trop difficile puisque le bon peuple se soucie surtout des résultats du foot, des RTT et de  » faire barrage au Front National  » .

     

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

3 août 2018

Chers Compatriotes, Le 1er août 2018, Minurne-Résistance a officiellement rejoint le CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE), solennellement créé par Renaud Camus et Karim Ouchik le jeudi 9 novembre 2017 – jour du 47ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle – à Colombey-les-Deux-Églises. Dès la création duLire la suite

 
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO (L’Imprécateur)

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO
(L’Imprécateur)

14 août 2018

Souvenons-nous de COP21 et du triomphe annoncé de la « transition énergétique » qui allait sauver la planète (moyennant tout de même cent milliards d’euros à faire débourser chaque année aux contribuables des pays réputés riches, ceux des pays en développement, comme la Chine, en étant exemptés.) Se croyant assurés d’une manneLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite