BENALLA ! BENALLA OUTRAGÉ ! BENALLA BRISÉ ! BENALLA MARTYRISÉ ! MAIS BENALLA LIBÉRÉ !
(L’Imprécateur)

Share Button

Dès que j’ai vu Benalla sur TF1 apparaitre dans un beau costume bleu avec la cravate bleue adéquate, ressemblant à l’uniforme des ministres et des secrétaires d’État, de fines lunettes sur le nez, bien propre et rasé de frais, ce qu’il n’avait pas fait depuis des années, j’ai immédiatement pensé à l’une de ces opérations de « com » dont l’Élysée a le secret.

En l’entendant, dès ses premiers mots, le ton qu’il prenait du « petit garçon qui a fait une bêtise, mais qui croyait bien faire et qui demande pardon à papa qu’il aime si fort », m’a confirmé dans ma certitude que pas grand-monde ne croirait à cette mascarade. Grave erreur !

L’article de défense et illustration de l’innocent Benalla signé par Élisabeth Lévy dans Causeur m’a laissé pantois. J’ai beaucoup hésité à prendre la plume pour rétablir les choses, car je n’aime pas reprendre de front les inepties de mes collègues journalistes, tout en précisant que je l’ai été mais ne le suis plus depuis longtemps. Seulement j’ai été dans ma jeunesse rédacteur en chef adjoint d’un quotidien et chef d’un service de presse et je pense qu’il y a des choses à ne pas laisser passer, d’autant plus que jusqu’ici j’appréciais l’intelligence, l’esprit critique et le courage de Madame Lévy. « C’est pas possible », me suis-je dit, « c’est le syndrome de la cinquantaine, elle est tombée amoureuse du bellâtre cinglé, si mignon, si fort et certainement si bien membré ! ». Eh puis non, ce serait plutôt qu’elle ne connaît pas l’affaire ou n’y a rien compris ? Dans le doute, voilà ce que j’en pense.

« Je l’avoue, j’ai été convaincue par les explications de Benalla sur les événements (d’une grande banalité) de la place de la Contrescarpe ». – Non, madame, voir l’adjoint du chef de cabinet de la présidence de la République tabasser deux manifestants n’est pas « d’une grande banalité ». D’autant que nous savons aujourd’hui qu’il était coutumier du fait. En attendant que l’enquête trouve d’autres témoignages, il y a ceux de son intervention sur la place de la Contrescarpe et celle, trois heures avant, au Jardin des Plantes (Libération).

« Quand il dit qu’en voyant des manifestants agresser des policiers (ce que ne montrait pas la première vidéo, habilement montée à charge)«  Encore une erreur, madame, cette vidéo amputée de sa première partie est effectivement celle qui a été le plus exploitée par vos collègues et sur Internet, mais celle où l’on voyait un petit groupe de manifestants acculés par les CRS contre la terrasse d’un café leur lancer des bouteilles et des verres circulait déjà. Et cela n’excuse en rien le comportement de votre nouvel ami Benalla que l’on voit fendre la masse des policiers pour d’abord appréhender la jeune femme et la brutaliser, puis son compagnon et le tabasser, fussent-ils ce qu’ils étaient, des militants d’extrême-gauche. Comme l’a déclaré le commandant de la brigade, les CRS ont l’habitude de ce genre de situation, la maîtrisaient parfaitement et n’ont pas compris l’intervention subite de « l’homme du président » et de son comparse en brutalités, Vincent Crase.

« [Quand il a dit que] il a réagi instinctivement et qu’il le referait s’il n’était pas membre de la présidence, non seulement je le crois, mais je trouve ça plutôt honorable ». D’abord, s’il est toujours « membre de la présidence », il y a un problème. Mais là, vraiment, où est l’honneur ? Voilà un adepte du culturisme et des sports de combat qui aime faire le coup de poing, et au vu du nombre de ses interventions musclées, y compris contre des membres de la presse, on peut en déduire qu’il y trouve du plaisir ou qu’il veut prouver quelque chose. Si les policiers avaient été en train de reculer sous l’assaut des manifestants, l’explication de l’honorabilité était en partie recevable, mais ils avaient acculé les manifestants et n’attendaient que l’ordre de la préfecture de les appréhender. Car vous savez, je suppose, que le chef du groupe doit rendre compte seconde par seconde de l’avancement de l’opération et qu’il y a des conditions très strictes à toute épreuve de force comme appréhender un manifestant.

Vous le reconnaissez d’ailleurs dans le membre de phrase qui suit : « Il est vrai qu’en l’occurrence, on n’avait pas vraiment besoin de lui » Eh non ! Les CRS faisaient leur boulot en essayant d’éviter les bavures comme on le leur recommande et voilà que ce fouteur de merde protégé par son statut de chouchou du président (si fier de l’avoir embauché !) intervient.

« […] mais les victimes d’agression souffrent plus, dans notre pays, de la passivité des témoins que d’un interventionnisme excessif. » Un bon point pour cette phrase, mais voyez plus dans cette situation la peur d’ennuis judiciaires très probables pour les défenseurs des victimes que de la lâcheté.

« Si je me faisais attaquer dans un RER comme ce jeune homme qui, le 15 juillet, s’est jeté par la fenêtre d’un train qui roulait pour échapper aux quatre racailles qui le rouaient de coups devant d’autres voyageurs, j’aimerais bien qu’il y ait un Benalla dans les parages. » Là, vous faites à nouveau une grosse erreur de jugement en vous fiant à la peinture à l’eau de rose que l’Élysée nous a faite de Benalla.

Vous ignorez donc que Benalla est célèbre sur le site de drague Tinder sous le pseudo de « Mars », Mars se trouve être le fils de Jupiter et de Junon dans la mythologie grecque et le père de Romulus et Remus dans la romaine. Dieu de la guerre, Mars, sur le site de drague en question, chasse la bécasse en lui montrant des photos de Mars avec Macron, Mars avec Trump, et d’autres. Les faibles femmes et filles, il les saute, il ne les protège pas. S’il ne les tape pas avant, estimons-les heureuses ! Et « en même temps », il se mariait !

« […] le gars est sympathique et franc du collier[…]«  Bon, vous êtes libre de le voir comme ça, mais moi qui pendant une période de ma vie ait été payé très cher, d’abord par un premier ministre, mais surtout par des grandes entreprises, pour évaluer la fiabilité d’énarques et de polytechniciens, je vous le dis : Benalla est une petite crapule, intelligente certes, et même très intelligente si vous voulez, mais menteuse et manipulatrice comme peu de gens le sont. En lui faisant confiance et en devenant sa victime, une femme à l’esprit critique affûté comme l’est le vôtre en fait la démonstration.

Je vous le dis sincèrement, je regrette d’avoir eu à écrire ce qui précède, mais votre article m’est resté en travers de la gorge. Surtout quand, en fin d’article, vous appelez comme témoin à décharge le général Bio-Farina connu pour avoir organisé, parce que c’est sa spécialité, sur l’ordre de Hollande, le service des écoutes clandestines de l’Élysée au cabinet du président, où le dernier en date l’a maintenu. Pour quoi faire dans une République de clarté « inaltérable » ? Croyez-moi, il existe de meilleurs témoins de moralité !

Une bien étrange perquisition…
cliquez sur l’image pour voir la vidéo (01:35)

J’allais oublier : saviez-vous aussi que le 24 mai les services du ministre des Affaires Étrangères Le Drian ont offert à Benalla un passeport diplomatique ? Quelle dure sanction ! Ce gouvernement est décidément en état de décomposition avancée. Vous allez pouvoir vous rattraper, il y a maintenant l’affaire de l’arsenal de Benalla soustrait à la Justice (3 pistolets Glock et un fusil à pompe) et la disparition du coffre-fort à armes. Que contenait-il de si important qu’il ait fallu la faire disparaître de nuit ? Enquêtez, madame Lévy, enquêtez, c’est la base de votre métier. Et surtout ne venez pas nous dire ensuite que ces armes, c’était juste pour aider Madame Hidalgo à chasser les rats dont Paris est infestée. Il est si gentil ce Benalla…

Un sondage réalisé quelques heures après le show élyséen de Benalla a fait progresser le président de deux points. Seulement tout le monde, ou presque, ayant vite compris la supercherie avec Benalla essayant de récupérer à la fourrière sa Renault Talisman de service et ne rapportant qu’une partie des armes, le sondage YouGov suivant pour Le HuffPost et CNews, enregistre une chute de 5 points pour Emmanuel Macron. Pour la première fois depuis son élection, il passe sous la barre des 30%, à 27%. Une vidéo circule depuis quelques jours sur Internet, elle montre comment beaucoup de Français voient maintenant le couple Macron-Benalla. On y voit l’empereur César expliquer à son chef de cabinet Demetrius qu’il faut punir le soldat Vénus en le mettant de garde la nuit prochaine à la porte de sa chambre. Demetrius à son tour explique au commandant de la garde qu’il faut mettre Vénus à la porte de la chambre de l’empereur, mais en prévoyant un remplaçant au cas où… ! Ça coûte cher de mentir pour protéger Benalla.

 

Et quand on lit, dans Le Figaro, il y a quelques jours, que le Président veut profiter de cette affaire pour mettre au pas la haute fonction publique en commençant par la Préfecture de Police de Paris, on se dit avec inquiétude qu’on n’en a peut-être pas fini avec les Alexandre Benalla, Vincent Crase et Jamel Debbouze dans l’administration selon Macron. Heureusement, Debbouze dit dans le JDD qu’il a refusé la « proposition qui lui était faite d’être secrétaire d’État » (sic !).

Benalla n’est peut-être qu’un gros mytho « qui voit trop de films » comme vous le dites dans votre article, Madame Levy, mais alors le petit homme d’une quarantaine d’années, bien fait de sa personne, qui l’a embauché et que l’on voit à côté de lui sur les photos de Mars publiées sur Tinder ne s’en serait pas aperçu ? Pourtant, « il m’a trompé » a-t-il déclaré devant ses fidèles. Ce serait un naïf ? Et vous… vous n’avez pas le sentiment qu’il vous a trompée aussi ?

 

L’Imprécateur
05/08/2018



 

Share Button
 

17 Commentaires

  1. Encore coupé?
    L’ensemble des acteurs de la force publique sur le terrain ou administratif sont responsables d’avoir LAISSER FAIRE tout le reste n’est pas « causable »
    L’armée est entièrement responsable et là …on pourrait en « causer »

     
  2. Vous avez amputé mon commentaire ?? Voici ce qui y manque

    Tant que vous n’aurez pas pris conscience que pour être bien compris et suivi il faut dans toute réflexion sur une responsabilité se réduire à trouver :
    — Le point essentiel et unique de départ soit la cause exacte supérieure
    — qui en est responsable un et unique tout autant échelon ultime supérieur
    Pour savoir ainsi clairement et simplement :
    — Qu’a-t-on outrepassé ( quel principe, règle ou législation etc. ?)
    — Qui a laissé outrepasser (qui en était gardien au plus haut niveau et non les sous-fifres ?)
    Ainsi vous n’iriez pas même prendre le temps de discutailler avec la miss Lévy niveau CAUSEUR business le sien mais avec l’Histoire niveau la FRANCE …tout autre business le nôtre! C’est ce que votre pseudo, vos écris et vos imprécations voudraient faire croire ! Désolé je n’en crois rien et je vous dis pourquoi !

    Quelle est l’objet de mon imprécation à moi :

    — CAUSE : La force publique est dévolue à faire régner l’ordre public dans la République par sa Constitution acte suprême sans rien au-dessus un point c’est tout tout le reste n’est pas « causable »

    — RESPONSABILITE : C’est la force publique dont l’armée qui est uniquement ultimement dévolue à cette responsabilité des citoyens . Ainsi ordres d’un Benalla, Macron Ministres, ou Généraux de pacotille ou qui que ce soit sont ici inférieurs en Droit mais bien plus en DEVOIR ! L’ensemble des acteurs de la force publique sur le terrain…

     
  3. Macron a montré son vrai visage ,celui d’ un incompétent narcissique , il n’a pas mais alors pas du tout l’envergure d’un chef d’état , il nous a pris pour des idiots ,enfin ceux qui ont voté pour lui ,pour ma part ,il a fait partie du gvt d’hollande c’est tout dire !!
    Ce qui m’inquiète le plus c’est benahlia ,que fait ce franco-marocain si près d’un président de la république française ,je ne peux m’empêcher de craindre pour l’avenir de mon pays !

     
  4. Bravo pour ce grand moment de remise en place et sa place ! C’est pourtant la première fois que je vois Élisabeth Lévy dérailler à ce point !
    Et la vidéo est parfaite

     
  5. Ping : BENALLA ! BENALLA OUTRAGÉ ! BENALLA BRISÉ ! BENALLA MARTYRISÉ ! MAIS BENALLA LIBÉRÉ ! (L’Imprécateur) – Salimsellami's Blog

  6. Ah ça pour causer vous causez et évidement toute la France ne fait que ça derrière vous et s’en contente ! Là est le problème voyez-vous , elle s’en contente et évidement ne bouge pas ! C’est exactement ce que d’autres veulent!
    Pendant vos causeries de journaleux au coin du feu, le château va y passer Madame la Marquise et tout va très bien pour la com de Jupiter lui avec ses professionnels terre-à-terre !
    Cher « Imprécateur » Quelle différence entre vous et « Causeur » dites moi ? Rien l’un cocause ici et l’autre cocause là à grand renfort d’égo de bassecour, ces habituelles fanfreluches « parigotes » type précieuses ridicules de salons du XVIII, Telle va toujours l’Histoire de la France et ainsi la cause, la vraie, la sure, la citoyenne on n’en cause évidement pas, on prend le thé, pouce levé! Tout va bien!

    Tout autant rigolo que 2 équipes jouant au foot avec un ballon de rugby ! Ca part dans tous les sens car l’un et l’autre tentez de taper dans le ballon vers le but adverse alors qu’auparavant on aurait du convenir d’avoir le ballon adéquate ou changer la règle du jeu mais non, non! Vous tapez à qui mieux mieux et vous êtes contents, Lévy ou vous ..ouf on vous a lu c’est ce qui vous intéresse!

    Je ne pense pas que cela soit volontaire et c’est donc plus grave que de ne pas s’en apercevoir!
    Tant que vous n’aurez pas pris conscience que pour être bien compris et suivi il faut dans toute réflexion sur une responsabilité se réduire à trouver…

     
  7. Victoire de Tourtour dit :

    J’ai pris l’article de’Elisabeth Lévy sur Benalla comme un pamphlet maniant l’humour par antiphrase et le deuxième, voire troisième degré.

     
  8. Anne Merlin-Chazelas dit :

    Oui, depuis le début, je m’étonne que le microcosme politico-médiatique ne parle que du grave incident du 1er mai. Incident grave, certes, et qui jette un jour pénible sur l’organisation de l’entourage du Président de la République. Mais qui ne justifiait certainement pas qu’on en fasse une « affaire d’État », qu’on y consacre, depuis des semaines, des heures et des heures d’émission et de pleines pages de journaux imprimés, tant que l’enquête policière et judiciaire nécessaire n’a pas encore discerné les responsabilités.
    En revanche, je crois qu’il y a une véritable « affaire d’État » dont on ne parle qu’à peine, rares étant les hommes politiques, chercheurs et autres journalistes qui ont eu la curiosité de sortir du moule imposé (sans parler de ceux qui, comme Mme Élisabeth Levy, ont apparemment cru à la légende dorée que M. Benalla (et qui, derrière lui ?) a réussi à tisser autour de sa personne.)
    Car il y avait bien longtemps que M. Macron connaissait M. Benalla et, apparemment, savait tout de sa personnalité inquiétante, celle d’un homme sans formation, sans expérience, connu seulement pour ses actes de violence et pour un délit de fuite qui l’avait fait licencier par M. Montebourg, totalement inférieur aux fonctions qui lui ont été progressivement confiées.
    M. Macron n’était pas encore Président de la République, pas encore candidat à cette charge, pas même encore ministre, qu’il savait tout de M. Benalla et l’avait cependant admis dans son intimité, en le faisant bénéficier, grâce à son entregent personnel, de nombreuses faveurs imméritées.
    Si cela s’était su alors, cela aurait pu être fort gênant pour un homme qui lui-même aspirait aux plus hautes fonctions, et, pour donner force à sa candidature, fondait un parti politique qu’il dirigeait. Mais après tout, cela ne concernait qu’une personne privée et c’était donc loin d’être une « affaire d’État ».
    Mais la personne qui a commis ce qu’il faut beaucoup d’indulgence pour ne parler que d’une énorme erreur de jugement, n’est plus aujourd’hui une personne privée. C’est le Président de la République française, le Chef de l’État, celui qui représente la France dans le monde.
    Et quand le Chef de l’État protège un petit malfrat de bas étage contre la justice, laquelle jusqu’à une date très récente n’a jamais eu à connaître du moindre des délits commis par M. Benalla ; quand, obligé de reconnaître l’incident du 1er mai, non seulement il ne prive pas immédiatement M. Benalla des avantages** de la situation qu’il lui a faite, mais continue à les augmenter ; non seulement il ne chasse pas M. Benalla de sa position dans son intimité familiale, mais il la revendique comme normale. Et quand il se sent obligé de réagir, ce n’est pas avec la dignité que l’on attendrait de ses hautes fonctions, mais comme un gamin en cour de récréation : « Eh bien oui, je suis responsable. Chiche : essayez donc de me le faire payer. »
    Alors là, je pense qu’il s’agit bien d’une « affaire d’État » car, sauf à ce que l’enquête policière et judiciaire (s’il lui est permis d’aller au bout de ses recherches) découvre aux actions de M. Macron un motif honorable et convenant à ses hautes fonctions, il y a une faute extrêmement grave de la part de celui qui n’est plus un homme privé mais le Chef de l’État.
    Anne Merlin-Chazelas, 4 allée des lavandes 83640 SAINT-ZACHARIE

    ** Salaire de haut fonctionnaire, appartement de fonction, rénové pour une somme très élevée, dans un immeuble célèbre pour avoir abrité la seconde famille (adultère) du Président Mitterrand ; promotion rapide comme l’éclair, depuis le modeste grade de brigadier qui était celui de M. Benalla, à celui de lieutenant-colonel ; passeport diplomatique ; badge de l’Assemblée nationale permettant d’accéder à tous les locaux ; voiture de grand luxe équipée de dispositifs policiers – gyrophare, radios (tandis que les policiers et gendarmes ne disposent que de matériels vétustes perpétuellement en panne) – et chauffeur personnel ; port d’armes ; seule la tentative d’en faire un sous-préfet (à 26 ans !) a rencontré trop de résistances pour aboutir.

     
  9. Anne Merlin-Chazelas dit :

    Oui, depuis le début, je m’étonne que le microcosme politico-médiatique ne parle que du grave incident du 1er mai. Incident grave, certes, et qui jette un jour pénible sur l’organisation de l’entourage du Président de la République. Mais qui ne justifiait certainement pas qu’on en fasse une « affaire d’État », qu’on consacre, depuis des semaines, des heures et des heures d’émission et de pleines pages de journaux imprimés, tant que l’enquête policière et judiciaire nécessaire n’a pas encore discerné les responsabilités.
    En revanche, je crois qu’il y a une véritable « affaire d’État » dont on ne parle qu’à peine, rares étant les hommes politiques, chercheurs et autres journalistes qui ont eu la curiosité de sortir du moule imposé (sans parler de ceux qui, comme Mme Élisabeth Lévy, ont apparemment cru à la légende dorée que M. Benalla (et qui, derrière lui ?) a réussi à tisser autour de sa personne.
    Car il y avait bien longtemps que M. Macron connaissait M. Benalla et, apparemment, savait tout de sa personnalité inquiétante, celle d’un homme sans formation, sans expérience, connu seulement pour ses actes de violence et pour un délit de fuite qui l’avait fait licencier par M. Montebourg, totalement inférieur aux fonctions qui lui ont été progressivement confiées.
    M. Macron n’était pas encore Président de la République, pas encore candidat à cette charge, pas même encore ministre, qu’il savait tout de M. Benalla et l’avait cependant admis dans son intimité, en le faisant…

     
  10. Marie-Agnès dit :

    Ce n’est pas la première fois que Causeur écrit n’importe quoi c’est pourquoi je ne lis plus ce torchon et ne fais aucune confiance aux appréciations de Mme Elisabeth Levy
    Continuez c’est vous qui avez raison

     
  11. flèchebleue dit :

    DE-GOU-TE !!!
    Hurlez braves gens… les chiens aboient, la caravane passe …
    Au lieu d’aller « LE CHERCHER » et de le virer à grands coups de pompes dans le bas du dos, les français sont partis en vacances, abrutis par la chaleur mais pas par l’augmentation du prix de l’essence.
    On se fout des maghrébins, mais eux sont descendus dans la rue pour virer Ben Ali, En Égypte idem, ils ont viré Morsi …
    Hier à Brégançon des décérébrés lui faisaient fête …
    Cerise sur le gâteau, le procureur de la république, ne prendra pas de supplétif d’information quant à la disparition des armes au cours de la perquisition. Et on dira que la justice n’est pas aux ordres …
    Notre petit marquis peut dormir tranquille.

     
  12. Un grand momment cette lecture, je voyais la fumée sortir de mon écran….. Vive l’imprecation, vive l’imprécateur…. !

     
  13. Ce scandale d’État avec ses affaires dans l’affaire n’en est qu’à ses débuts. Macron nous assomme de lois plus COERCITIVES les unes que les autres, et lui et tous ses sbires, MINISTRES, députés, hauts fonctionnaires, et j »en passe, se permettent de transgresser les lois entre magouilles et mensonges sous serment de tous ordres !?? Ah non alors ! Et comme le pas -u-pas-pris est de rigueur maintenant dans notre pays, il doit s »expliquer ou partir. Car plus rien ne sera respecté si lui-même et sa clique ne respectent rien !

     
  14. Ping : BENALLA ! BENALLA OUTRAGÉ ! BENALLA BRISÉ ! BENALLA MARTYRISÉ ! MAIS BENALLA LIBÉRÉ ! (L’I mprécateur) | Boycott

  15. Il est vrai que Paris est infesté de rats. Dans le Vaucluse un rat, c’est un maghrébin. Donc oui, Paris est infesté de maghrébins il suffit de s’y promener (enfin, à vos risques et périls, surtout dans le métro). Il faut pour les femmes avoir double culotte de grand-mère et ceinture de chasteté, pour les hommes avoir une lacrymogène pour se défendre et protéger leur femme à moins d’avoir emporté un voile large noir, des babouches et un peu de parfum récolté sur un bouc pour faire plus vrai que nature et ne pas être importuné par les chances de la France.

     
  16. C’est un enfumage de première dont Macron espère en retour une progression de sa réputation au parti des cons-crédules.

     

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

3 août 2018

Chers Compatriotes, Le 1er août 2018, Minurne-Résistance a officiellement rejoint le CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE), solennellement créé par Renaud Camus et Karim Ouchik le jeudi 9 novembre 2017 – jour du 47ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle – à Colombey-les-Deux-Églises. Dès la création duLire la suite

 
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO (L’Imprécateur)

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO
(L’Imprécateur)

14 août 2018

Souvenons-nous de COP21 et du triomphe annoncé de la « transition énergétique » qui allait sauver la planète (moyennant tout de même cent milliards d’euros à faire débourser chaque année aux contribuables des pays réputés riches, ceux des pays en développement, comme la Chine, en étant exemptés.) Se croyant assurés d’une manneLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite