SOUTENONS LES ITALIENS
ET LE GOUVERNEMENT QU’ILS ONT DÉMOCRATIQUEMENT ÉLU
[deuxième partie]
(Jean Goychman)

Share Button

Sergio Mattarella

Les choses se sont accélérées en Italie depuis le dimanche 27 mai. En refusant de nommer Pablo Savona, ancien banquier opposé à la monnaie unique, au poste de ministre des finances, le président italien Sergio Mattarella a conduit le Premier Ministre Giuseppe Conte, qu’il venait pourtant de confirmer dans son poste, à la démission.

 


Première partie (rédigée avant le coup d’État du dimanche 27 mai 2018) : cliquez ici.


Une décision contestable du président Mattarella

Carlo Cottarelli

La lecture de la constitution italienne n’est pas d’une aveuglante clarté quant aux pouvoirs du président, dont le rôle exécutif est assez limité, voire formel. Cela donne une impression de panique chez les eurocrates qui ont l’air bien décidés à employer tous les moyens pour garder leur mainmise sur les peuples européens. N’étant plus au stade des politesses feutrées et des atermoiements de circonstances, Sergio Mattarella ne fait pas dans la dentelle et va nommer comme Président du Conseil un certain Carlo Cottarelli, ancien haut dirigeant du FMI.

 

Choix subtil ou provocation délibérée ?

Après tout, l’Italie n’a plus de gouvernement depuis le mois de mars. Le choix de Giuseppe Conte était un choix plutôt consensuel que Mattarella avait finalement approuvé. Il ne pouvait pourtant feindre d’oublier le résultat sans équivoque des dernières élections, dans lesquelles plus de 70% des participants avaient voté contre le système européen actuel. Le programme de gouvernement choisi par la coalition de la Lega et du M5S était également sans ambiguïté et conforme au souhait majoritairement exprimé par le peuple italien. Si cela n’avait pas plu au président italien, rien ne l’empêchait de démissionner car, après réflexion, il pouvait considérer qu’il ne représentait plus un courant majoritaire, son parti chrétien démocrate ayant subi un net revers.

Or, non seulement il se maintient, mais il nomme un Président du Conseil qui n’a quasiment aucune chance de se voir voter la confiance, étant plutôt, de par son action passée, notamment au FMI, aux antipodes des aspirations de la nouvelle majorité. Ils l’avaient même surnommé « Monsieur ciseaux » ce qui en dit long…

Dans ces conditions, il paraît très probable qu’il ne puisse se maintenir longtemps en fonction. Il y a donc fort à parier que les électeurs italiens seront bientôt invités à revoter.

 

Ce schéma peut-il se reproduire longtemps ?

Personne ne le sait. Tout dépendra du résultat des prochaines élections, si elles ont lieu. Mais jusqu’à présent, on a plutôt constaté que les partisans d’une Europe « intégrée » n’étaient pas du genre à s’avouer vaincus par un vote populaire, qu’ils baptisent volontiers de « populiste ». Ils seraient même plutôt enclins à faire revoter jusqu’à l’obtention d’un résultat qui leur serait favorable.

Cela peut se produire par lassitude des électeurs qui ont le sentiment qu’ils ne servent à rien et que la démocratie n’est finalement qu’un leurre, une sorte d’attrape-gogos qui n’engage « que ceux qui y croient ».

Seul résultat tangible, les europhiles ont gagné quelques mois. Mais il y a aussi le risque de voir la coalition Lega–M5S exploser en vol, et c’est probablement leur espoir secret. Ils connaissent les divergences qui existent et on peut compter sur eux pour les mettre en lumière et, si possible, les aggraver.

Le peuple doit tenir bon et ne pas se laisser berner

Certains journaux allemands n’ont pas attendus pour jeter « de l’huile sur le feu » en réagissant promptement aux propos de Pablo Savona qui avait décrit l’euro comme une « geôle allemande ».

En réponse, Der Spiegel écrivait :

« La Ligue et le M5S sont « des pique-assiette » : comment pourrions-nous définir autrement le comportement d’un pays qui demande de financer le farniente et qui menace ensuite ceux qui sont sommés de régler leurs dettes ? Au moins, les clochards disent merci quand on leur donne quelque chose. »

Ces propos sont d’autant plus déplacés que la dette italienne appartient presque entièrement… aux Italiens.

 

Faisons confiance aux italiens

La meilleure façon de ressouder un peuple qui aurait tendance à se diviser est de l’attaquer de l’extérieur. Beaucoup de nations (dont la nôtre) se sont construites ainsi. S’ils acquièrent la certitude que le danger peut venir de l’étranger, même les plus europhiles des italiens (et Dieu sait combien ils étaient nombreux à s’enthousiasmer pour l’Europe il y a 60 ans) pourraient alors s’en détourner et faire passer la réalité nationale italienne devant ce qui se révèle de plus en plus comme étant une « tromperie européenne ». Quand un peuple entier se met en marche et qu’il a confiance dans ceux qui le dirige, plus rien ne l’arrête.

 

Quelles sont les perspectives ?

Cette actualité italienne met en évidence un autre phénomène : celui du divorce de plus en plus marqué entre les peuples européens et les élites qui prétendent les diriger. Tout se passe comme si les élections n’avaient pas lieu ou, pire encore, ne changeaient rien.

En Espagne Mariano Rajoy, par exemple, bien que battu électoralement est toujours en place. En Angleterre, personne ne peut dire si le BREXIT aura bien lieu, alors que le résultat du référendum était sans appel. En Allemagne même, la nouvelle coalition d’Angela Merkel est strictement identique à l’ancienne, alors que les électeurs avaient clairement marqué leur désapprobation, notamment concernant la politique d’immigration. Tout ceci donne l’impression d’une Union Européenne « en pilote automatique » et dont le seul objectif des dirigeants serait de se maintenir coûte que coûte dans leur fauteuil. Et cela dure depuis des années.

 

Les élections européennes de 2019 vont être cruciales

Car les choses ne se calmeront pas. La politique du « rien ne bouge » n’a jamais donné de bons résultats. Les élections européennes de l’année prochaine (à moins qu’elles soient supprimées pour cause de populisme) seront une véritable croisée des chemins. Les peuples majoritairement opposés à l’Europe telle qu’elle est aujourd’hui auront l’occasion de s’exprimer simultanément et la raclée risque d’être sévère. Le seul argument qui nous est opposé est celui de la ruine qui nous guetterait immanquablement si nous ne votions pas « bien ». En d’autres mots, cela s’appelle du chantage. Et c’est totalement faux ! Nombres d’économistes, parmi lesquels on trouve de grands noms, dont la liste s’allonge chaque jour, n’hésitent plus à conseiller de quitter cette monnaie unique qui renforce les États économiquement forts au détriment des plus faibles, alors qu’elle avait été créée (soi-disant) pour faire l’inverse.

Que les électeurs européens s’en souviennent l’année prochaine…

 

Jean Goychman
29/05/2018



 

Share Button
 

9 Commentaires

  1. peltier jacky dit :

    solidareité avec le gouvernement ITALIEN, monsieur SALVINI JE VOUS ADMIRE !! nettoyez votre grande patrie, terre de nos ancêtres….LES GLORIEUX ROMAINS

     
  2. Que cette espèce de FRANCE bâtardisée, en voie de disparition identitaire au profit des pays de nègres sous-développés et des pays maghrébins, musulmans fous-furieux contre notre civilisation, prenne exemple sur L’ITALIE que j’admire.
    Dans notre PATRIE, LE NETTOYAGE S’IMPOSE ainsi que la purification ethnique. La FRANCE EST UN PAYS DE RACE BLANCHE, catholique ou protestant depuis la nuit des temps.

     
  3. Plus que jamais, nous devons être solidaires avec nos amis et frères Italiens.

    Leur choix est RESPONSABLE, et nous savons ce que nous cache l’UE et ses conséquences à court terme.

    Courage , gardons confiance aux Français, s’ils comprennent ….

     
  4. Comment unir des peuples qui n’ont pas la même langue, qui ne se comprennent pas !
    L’Europe actuelle est une aberration !
    Si vous êtes d’accord avec cette interrogation, signé la pétition de l’Union des Citoyens Européens Francophone sur le site mes opinions.com.
    Cette pétition a pour but d’unir les peuples Francophone de France de Belgique, du Luxembourg, de Suisse, de Monaco. Pour fonctionner, nous devons cultiver les mêmes objectifs.
    L’UCEF œuvre pour que le Français deviennent la langue officielle de l’Europe comme l’on fait les USA qui ont choisi l’Anglais, les pays Musulmans qui ont choisi la langue Arabe…
    Diffusez ce message à tout votre carnet d’adresse, nous devons recueillir des milliers de signatures dans les 5 pays Francophone. Les langues actuelles deviendront les patois de chaque pays.
    Quand les politiciens se couchent les citoyens doivent se lever !

     
  5. Ping : LES ITALIENS AU PELOTON D’EXÉCUTION DES MARCHÉS FINANCIERS NOUS SOMMES DANS LA FILE D’ATTENTE (Jean Goychman) – MINURNE – RÉSISTANCE

  6. Claude Roland dit :

    « Cela peut se produire par lassitude des électeurs qui ont le sentiment qu’ils ne servent à rien et que la démocratie n’est finalement qu’un leurre, une sorte d’attrape-gogos qui n’engage que ceux qui y croient. »
    C’est une évidence qui devrait faire exploser les peuples et les pousser à reprendre le contrôle de leur pays… Mais non, rien ne bouge ! Car les gens ont peur de se risquer et de perdre leur petite confort personnel qui, pourtant, leur sera arraché sans ménagement, et même de façon cruelle, par des hordes de migrants qui n’ont rien à perdre mais tout à gagner.

    « Quand un peuple entier se met en marche et qu’il a confiance en ceux qui le dirigent, plus rien ne l’arrête. » Encore faut-il qu’un leader se présente et qui inspire la confiance, mais là, c’est le vide intersidéral tellement les eaux de la politique sont polluées et pourries ! Et les peuples ont perdu confiance en eux-mêmes… Et ça, les eurocrates le savent bien : les gens sont pour la plupart soumis, mous, résignés et frileux.

    Je reste dubitatif sur les élections de 2019 car les peuples montreront encore leur incertitude et leur hésitation. Ils ne souffrent pas assez encore. Mais leur soumission arrange l’islam qui compte bien l’aggraver. Plus tard, on dira qu’au 21ème siècle, l’occident a été victime d’une épidémie de lâcheté désastreuse.

     
  7. Comment ne pas rapprocher ce coup d’État de la présidence italienne d’un autre coup d’État perpétré en France par Nicolas Sarkozy pour FORCER L’ADOPTION DU TRAITÉ DE LISBONNE contre la volonté du Peuple ?
    Voir « Le traité de Lisbonne est une trahison de la démocratie » (cliquez sur le lien).
    LA CLIQUE MONDIALISTE EST PRÊTE À TOUT POUR PRÉSERVER LES INTÉRÊTS DE LA « GRANDE FINANCE INTERNATIONALE » DANS LE PLUS GRAND MÉPRIS DES POPULATIONS AUTOCHTONES.
    Et en France, pendant ce temps-là… on a été assez aveugles pour élire à la tête de l’État un « associé Rothschild » !
    Il y a encore du progrès à faire dans l’éveil des consciences…

     
  8. Ping : SOUTENONS LES ITALIENSET LEUR GOUVERNEMENTpremière partie(Jean Goychman) – MINURNE – RÉSISTANCE

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

WordPress spam bloqué par CleanTalk.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

MINURNE REJOINT LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE)

3 août 2018

Chers Compatriotes, Le 1er août 2018, Minurne-Résistance a officiellement rejoint le CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE EUROPÉENNE (CNRE), solennellement créé par Renaud Camus et Karim Ouchik le jeudi 9 novembre 2017 – jour du 47ème anniversaire de la disparition du général de Gaulle – à Colombey-les-Deux-Églises. Dès la création duLire la suite

 
TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO (L’Imprécateur)

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LA FIN ANNONCÉE DU FANTASME ÉCOLO
(L’Imprécateur)

14 août 2018

Souvenons-nous de COP21 et du triomphe annoncé de la « transition énergétique » qui allait sauver la planète (moyennant tout de même cent milliards d’euros à faire débourser chaque année aux contribuables des pays réputés riches, ceux des pays en développement, comme la Chine, en étant exemptés.) Se croyant assurés d’une manneLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

LA STRATEGIE ORBAN (Marc Le Stahler)

15 août 2018

Imaginez un court instant… Après le clownesque et désastreux quinquennat Hollande, Macron renvoyé au Touquet dans ses foyers avant la fin de son quinquennat, acculé à la démission par ses mensonges, ses scandales, son incompétence, son mépris du peuple et ses trahisons… Imaginez encore… Un homme hors du commun émerge soudain, contreLire la suite

 
POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?(Henri Maurel)

POUR MACRON, QUE VEUT DIRE « RÉFORMER » ?
(Henri Maurel)

14 avril 2018

Réformer = « Faire subir à quelque chose des modifications importantes destinées à l’améliorer » (Larousse). Réformer = « Rectifier, c’est-à-dire rétablir dans l’ancienne forme ou dans une forme meilleure » (Littré). Ces deux définitions impliquent un constat initial, un bilan qui montre une dégradation par rapport à une situation antérieure et sur unLire la suite